Accueil Gadgets Essai Nokia 6710 Navigator: téléphones et voitures (1/2)

Essai Nokia 6710 Navigator: téléphones et voitures (1/2)

553
2
PARTAGER

Un essai de téléphone portable dans Le Blog Auto? Cela peut paraitre curieux, sauf que téléphones et voitures ont une longue histoire commune.

En 1876, Graham Bell dépose le brevet du téléphone (inventé en fait par son assistant Antonio Meucci, des années plus tôt.) 10 ans plus tard, Karl Benz et Gottlieb Daimler créaient chacun une automobile. Il était donc logique que quelqu’un ait l’idée de mêler ces deux inventions contemporaines.

Ce « quelqu’un », ce sera Lars Magnus Ericsson. Cet artisan réparateur de télégraphes Suédois avait eu le nez creux: dés 1878, il a réparé, puis fabriqué des téléphones. En 1900, Ericsson est devenue une grosse PME et à 54 ans, il peut prendre sa retraite…
Sauf que sa femme, Hilda, tenait à voyager. En 1910, Lars Magnus accepta et en vue d’un tour de Suède, il bricola sa voiture. Il y installa un téléphone, avec deux grosses tiges métalliques. Pour le faire fonctionner, il faut accrocher les câbles de téléphones avec les tiges. Du coup, l’installation ne marche que pour appeler quelqu’un.
Notez que c’était Hilda qui était de corvée d’accrochage:

En parallèle, la radio fait des progrès. Au début des années 30, les forces de l’ordre commencent à disposer de radios embarqués. Mais ce sont des installations lourdes et encombrantes.

La deuxième guerre mondiale fut un accélérateur de technologie. L’Américain Galvin (actuelle Motorola) invente le SCR300 « walkie-talkie » (talkie-walkie en V.F.) L’opérateur radio doit transporter un énorme émetteur-récepteur sur son dos, afin de permettre à un autre de communiquer.

Peu après, Galvin récidive avec le SCR536. Son surnom officiel est « handie talkie », mais pour tous, il sera un « talkie-walkie ».

Il s’agit d’un énorme combiné. Il est lourd, encombrant, on entend surtout des grésillements, la portée et l’autonomie sont ridicules, mais c’est la révolution! On peut désormais communiquer directement sur une zone d’opération.

En 1946, les Bell Labs inventent le téléphone par balise (0G.)  Les Scandinaves en sont parmi les premiers clients. Ces pays possèdent de grandes zones peu peuplées (donc difficile d’y rentabiliser l’implantation du téléphone) et à cause des hivers rigoureux, il est compliqué d’y tirer des câbles (aussi bien en souterrain qu’en aérien.)

Lorsque vous appelez, vous tomber sur un opérateur qui vous met en relation avec votre correspondant. Or, tant que vous n’avez pas raccroché, les autres abonnés ne peuvent téléphoner!

En 1973, Motorala présente le tout premier téléphone portable. Le DynaTAC sera produit en série 10 ans plus tard. Il n’est pas prévu pour être emmené en voiture.

A la même époque, les CB se miniaturisent. En France, l’utilisation du « radio-téléphone » est très encadrée et les professionnels (policiers, taxis, ambulanciers…) sont les principaux utilisateurs. En revanche, dans les campagnes Américaines, elles servent de téléphones mobiles.

Pour se convaincre de leur succès, il suffit de regarder les série TV de la fin des années 70, comme Shérif fais moi peur:

A la fin des années 70, un nouveau standard de téléphonie mobile (1G) apparait. Comme d’habitude, les Nordiques sont sur le coup: la Danemark, la Finlande, la Suède et la Norvège créent un réseau commun, le NMT (Nordic Mobile Telephone.) Il assure la fortune du Suédois Ericsson et du Finlandais Nokia.

En France, on a Radiocom 2000. Le système est proche de ce que l’on connait: un réseau et des antennes-relais. Problème: mis à part le NMT, chaque pays possède son propre réseau, incompatible avec les autres.

Quant aux téléphones, ils sont encore très encombrant, très lourds et avec une faible autonomie. Du coup, la solution consiste à installer définitivement le téléphone et son émetteur dans un véhicule.
Compte tenu du prix d’achat et du coût des communications, il est réservé aux chefs d’entreprise et aux cadres supérieurs. Donc, le simple fait d’avoir un téléphone dans votre voiture vous pose son businessman.

A la fin des années 80, les portables 2G apparaissent. Sans surprise, les Finlandais sont les premiers à l’adopter, en 1991. Les pays Européens se sont mis d’accord sur la norme GSM: il est désormais possible d’utiliser son portable à l’étranger.

Et les voitures? Deux idées s’affrontent.

Les uns proposent une évolution du téléphone-voiture avec un système intégré dans le véhicule… Mais si vous avez déjà un portable, il faudra que vous preniez une deuxième ligne!
Ce système était notamment utilisé chez Cadillac:

Pour n’avoir plus qu’une seule ligne, certains constructeurs vous proposeront ensuite d’insérer la carte SIM de votre portable dans le tableau de bord.

Le souci étant que tous les portables ne sont pas forcément prévus pour être ouverts et fermés constamment.
Si on prend le cas du Nokia 6710 Navigator, son cache n’est maintenu que par de frêles picots, qui ne demandent qu’à se casser…

L’autre solution était de laisser l’automobiliste utiliser son propre portable. Ensuite, il a été mieux intégré via le kit mains-libres, puis le bluetooth.

Cocorico, Renault a été le premier a proposer une voiture équipée en série d’un portable: la Safrane Baccara (1993.)

Pendant les années 90, le portable devient un produit de consommation courante. Cette période correspond également au développement massif de l’électronique embarquée dans les voitures.

Or, les portables ne sont pas des appareils anodins. Ils émettent beaucoup d’ondes lorsqu’ils cherchent un réseau ou se mettent en mode Bluetooth. Et si le boitier électronique de votre voiture n’est pas suffisamment blindé, vous risquez de mauvaises surprises

Aujourd’hui, le lien entre téléphones portables et automobiles s’est distendu.

L’influence des portables est devenu indirecte. Ces appareils ont imposé des recherches sur des batteries légères et performantes. Grâce à eux, terminé les lourdes batteries au plomb qui plombaient (jeu de mots) le développement des voitures électriques.
Ainsi, les Prius et autres Tesla Roadster ont directement bénéficié des technologies issues des batteries de téléphones portables.

A lire également:
Essai Nokia 6710 Navigator: téléphone pour voitures? (2/2)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz