Accueil Brève rencontre Brève rencontre: AC 3000ME

Brève rencontre: AC 3000ME

321
0
PARTAGER

Lorsque l’on pense « AC », on songe presque immédiatement à la Cobra. Certains savent que AC a produit des voitures bien avant la Cobra. Mais qui sait que AC a également produit après la Cobra? La 3000ME aurait justement du permettre au constructeur de tourner la page. A la place, ce fut un bide. En bonus, il y a l’arbre généalogique « à tiroirs », dans la tradition Anglaise…

La première AC « post Cobra » fut la 428 de 1968: châssis rallongé, moteur Ford Galaxie 428ci et surtout carrosserie signée Pietro Frua (on ne l’aurait pas deviné.) 81 exemplaires et 5 ans plus tard, des grèves en Italie (d’où des retards de livraison de caisses) et la crise du pétrole l’ont tué. Quant à la 429, une version 4 places, elle fut abandonnée faute de moyens.

Robin Stables et Peter Bohanna, 2 ingénieurs de Lola, proposent à AC un coupé avec un 1500 d’Austin Maxi au centre. AC décline, mais ils la construisirent malgré tout. La Diablo est présentée en 1973. En la voyant, Derek Hurlock (PDG d’AC) change d’avis et veut la fabriquer. Stables et Bohanna produiront ensuite la Nymph (une Mini Moke sur base Imp), jusqu’à la mort de Stables, en 1977.

Austin refuse de vendre son moteur: ils craignent d’être en rupture de stock face au succès annoncé de l’Allegro (NDLA: quel optimisme!) Il doivent improviser avec un V6 Ford « Essex » 3,0l 138ch, ce qui impose une boite inédite. Un prototype avec ce moteur Ford est présenté en 1974.

AC encaisse 1 600 acomptes et promet des livraisons dans l’année. Mais la 3000ME ne passe pas les crash-tests. Il faut tout reprendre à zéro et l’argent manque… En 1979, la 3000ME sort enfin. Hélas, à 13 238£, elle se retrouve face à des 924 Turbo et Lotus Esprit plus puissantes.

Malgré ses 6 ans de gestation, elle manque de mise au point. Les premiers exemplaires sont mal fini; de quoi lui donner mauvaise réputation. En plus, la ligne est trop typée « 1973 ». En 1981, Ford et Ghia présentent un très joli concept-car sur base 3000ME. Hurlock dit non à sa mise en production, car il juge sa voiture moderne.

Robin Rew propose un kit turbo 200ch, qui sera monté sur une poignée de véhicules. Pour la vendre aux Etats-Unis, PanteraAmerica fait installer un 2,2l Chrysler par Caroll Shelby. Le projet d’exportation fait long feu et cette AC-Chrysler Shelby restera un exemplaire unique.

En 1984, après 79 3000ME, Hurlock veut prendre du recul. Il vend l’outillage à l’Ecossais David McDonald. Ce dernier fonde AC Scotland et transfère la production au nord du mur d’Adrien. Ses 3000ME sont surnommées « McME » par les fans. Le « vrai » AC ne s’occupe plus que du SAV. Notez que dans les années 70, Brian Angliss (fondateur d’Autokraft) avait récupéré les droits de production de la Cobra.

Fin 1985, AC Scotland fait faillite. 30 véhicules avaient été construits. MacDonald avait eu le temps de travailler sur une « MK2 », équipée d’un V6 Alfa. En 1988, cette MK2 réapparait avec un 2,0l Fiat, sous le nom d’Ecosse Signature. Faute d’argent, elle ne fut pas produite et le rideau se baissait définitivement sur la 3000ME.

A lire également:
Brève rencontre: Mini Marcos
Brève rencontre: Bond Equipe

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz