Accueil Daytona Randy Lanier: des podiums à la prison

Randy Lanier: des podiums à la prison

322
0
PARTAGER

Le sigle IMSA signifie « International MotorSport Association ». Mais dans les années 80, on la surnommait « International Marijuana Smuggling Association » (association du trafic international de marijuana.) Nous avions évoqué le cas du sulfureux Colombien Ricardo Londoño Bridge. Mais l’un des pilotes les plus emblématique de cette époque fut Randy Lanier.

Lanier est né en 1954, en Virginie. Il a 14 ans lorsque ses parents déménagent en Floride. D’après Lanier, l’état était alors un supermarché de l’herbe. Est-ce parce qu’il dealait qu’il raconte cela?

A la fin des années 70, il débute en SCCA (championnat amateur) avec une Porsche 356 (ci-dessous, une autre 356 courant en SCCA à la même époque.) Il se prend au jeu et devient un concurrent régulier du championnat du Sud-ouest.

En 1980, il est champion SCCA en classe E. Preston Henn, propriétaire du cinéma géant Swap Shop et fan de voitures, le fait débuter en IMSA en 1981. Il court aux côtés de Dale Whittington sur une Kremer K3.

Henn est lui-même un personnage haut en couleur: son Swap Shop fut d’abord un cinéma porno, puis il le transforma en cinéma « normal » et profita du parking pour y organiser un marché aux puces, devenu depuis un centre commercial.

Aux 24 heures de Daytona 1982, Lanier pilote une Ferrari 512BB LM du NART aux côtés de Bob Wollek, toujours grâce à Preston Henn. La course prend fin prématurément lorsque Lanier pulvérise la voiture.

La voiture reviendra néanmoins aux 24 heures du Mans 1982, avec Lanier et Henn au volant. Mais ils renonceront.

Lanier veut passer à l’étape supérieure et devenir patron d’écurie. Il fonde ce qui deviendra en 1984 le Blue Thunder Racing. Son associé est son unique sponsor, Ben Kramer, propriétaire d’Apache Power Boat.
En attendant, il est 2ème des 24 heures de Daytona 1983.

Chaque année, l’équipe s’offre une March-Chevrolet neuve. Mais dans les paddocks d’IMSA, on fait l’autruche. La série est née au début des années 70, lorsque des Californiens fans de runs sauvages sur Mullholland Drive ont voulu se défouler sur un circuit. On ne s’inquiète pas du nombre de voitures de pointe sans sponsors ou soutenue par d’obscures PME. On ne se pose pas de question lorsqu’une autre équipe, censée être en grandes difficultés financières, débarque avec un motorhome neuf et paye son inscription en cash…

En 1984, la March/Chevrolet 84G N°56 de Lanier est la voiture à battre, malgré la présence de pilote issu de l’Indycar. Avec 5 victoires et 2 deuxième places, il est sacré champion. Notez qu’il a plusieurs fois partagé son volant avec Bill Whittington (grand frère de Dale.)

Il y eu une polémique car les boites de vitesses des March étaient très fragile. Solution trouvée par Lanier: supprimer la marche arrière (ce qui est interdit par le règlement) et profiter de la place libérée pour installer de plus gros pignons. Faute de contrôle, Lanier ne fut pas sanctionné.

Son titre IMSA lui ouvre les portes de l’Indycar. Non-qualifié à Indianapolis, il connait une saison 1985 moyenne.

En parallèle, il court toujours en IMSA. Faute de temps, il doit dissoudre le Blue Thunder Racing. Il court pour d’autres équipes, comme ici, le Joest Racing:

En 1986, les choses s’améliorent en Indycar, avec une 6e place à Meadowlands. Il est voté « meilleur rookie ».

Mais les nuages s’amoncèlent. Les frères Whittington sont arrêtés pour trafic de drogue; Ils produisait de l’herbe en quantité industrielles. 3 ans plus tôt, John Paul senior (un temps pressenti pour partager avec lui la Ferrari 512 BB, au Mans) est arrêté pour trafic de drogue et tentative de meurtre d’un repenti. Son fils, le pilote d’Indycar John Paul junior (autre ex-futur équipier pour la 512BB), est incarcéré en 1986, toujours pour trafic de drogue.

Lanier est interpellé en janvier 1987, alors que sa nouvelle compagne vient de lui donner un fils. Il confesse qu’il trafiquait de l’herbe avec Ben Kramer depuis 1983, pour financer son équipe. Kramer est d’ailleurs le neveu d’un « parrain », Meyer Lansky. Lorsque la police l’interpelle, il a fait transiter au moins 300 tonnes d’herbe entre la Colombie et les Etats-Unis.
Liberé sous caution, Lanier s’échappe, mais il est appréhendé en octobre à Puerto-Rico. En vertu d’une loi sur le crime organisé, il est condamné à la prison à vie en 1989. En 1999, il aurait planifié une évasion et fut placé au mitard. Depuis, il tente sans succès de faire appel de sa condamnation.

A lire également:
Nascar: deux membres de la famille France arrêtés!
Ricardo Londoño Bridge: mort obscure d’un pilote obscur
F1: à côté d’eux, Briatore est un saint!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz