Accueil Actualités Entreprise Un peu de F1 dans l’affaire Saab : Mister E et Genii...

Un peu de F1 dans l’affaire Saab : Mister E et Genii Capital entrent dans l’arène

57
5
PARTAGER

On payerait cher à Hollywood pour un scénario à rebondissements de cette trempe : alors que s’égrenaient les minutes avant la énième date butoir pour les offres de reprises de Saab par GM (on se demande bien d’ailleurs a quoi ça sert encore de fixer ces limites si c’est pour les repousser à chaque fois) , une mystérieuse nouvelle offre faisait surface, relayée par la presse suédoise qui n’en savait pas plus et le blog auto où les amateurs de Saab dans la rédaction, qui partagent curieusement le même prénom, n’ont plus d’ongles à ronger depuis plusieurs semaines déjà. Quelques heures plus tard on sait désormais qui sont ces enchérisseurs de la dernière heure : rien moins que Bernard Charles Ecclestone et ses nouveaux meilleurs copains de Genii Capital !

Le grand argentier de la F1, ayant sans doute fait le tour des plaisirs de la collection de voitures, a décidé de passer à l’étape ultime, se payer un vrai constructeur avec usine, gamme, concessionnaires et bilan dans le rouge. Bernie, qu’on ne savait pas jusqu’alors amateur de suédoises à ce point, justifie son offre tout en taclant d’entrée le vendeur, en grand négociateur qu’il est : « C’est une bonne marque. C’est une bonne marque qui a probablement été négligée par ses propriétaires actuels. Nous n’avons pas encore conclu l’affaire, voyons maintenant ce qui va se passer. »

Il est donc associé dans cette offre de rachat avec la société d’investissement luxembourgeoise Genii Capital, qui vient de prendre le contrôle de Renault F1. Robert Kubica, qui n’en demandait sûrement pas tant, bientôt au volant d’une Saab avec Mister E comme patron ?  Rendez-vous dans les dix dernières secondes avant la prochaine date butoir pour le savoir.

Pendant ce temps, le patron de GM Ed Whitacre reste bassement terre à terre face à toute cette dramaturgie. Sa position est d’une simplicité redoutable : « C’est extrêmement simple : montrez moi l’argent et vous pouvez avoir Saab ». En d’autres termes, « La maison ne fait pas crédit ». A bon entendeur…

Source : The Guardian et divers

Lire également:
Dossier Saab : une offre de dernière minute ?
F1: Renault continue son engagement

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz