Accueil Constructeurs Craintes pour Opel et Saab après le licenciement de Fritz Henderson

Craintes pour Opel et Saab après le licenciement de Fritz Henderson

50
0
PARTAGER

Le licenciement brutal du directeur général de General Motors Fritz Henderson par le président du conseil d’administration Ed Whitacre fait craindre des suppressions d’emplois accrues dans sa branche européenne Opel et une possible liquidation du suédois Saab.

Les analystes s’attendent à ce que le nouveau directeur général par intérim réduise les coûts davantage et plus vite que ce qu’avait prévu par Fritz Henderson.

Après le licenciement de Fritz Henderson, les gouvernements britannique, espagnol et polonais réfléchir à deux fois avant de faire appel à l’argent du contribuable pour financer la cure d’amaigrissement des usines d’Opel.
« Pourquoi prêter ou accorder des garanties financières à quelqu’un alors qu’il est brutalement confronté de nouveau à des bouleversements importants ? Cela donne l’impression d’entreprise instable », explique un dirigeant de comité d’entreprise d’une usine d’Opel
Plusieurs sources syndicales craignent une dégradation des relations avec la direction du constructeur automobile américain. 2 500 emplois sont menacés dans l’usine d’Opel de Rüsselsheim.
Après l’échec de la vente de Saab à un groupe d’investisseurs emmenés par le fabricant de voitures de sports Koenigsegg, le nouveau directeur général, Ed Whitacre pourrait tirait un trait sur la marque si de nouveaux délais importants semblent inévitables.
« Si aucun acheteur n’émerge, il est très probable que l’activité (Saab) soit liquidée », estime l’analyste Stefan Bratzel.

Pour plus d’infos concernant le licenciement de Fritz Henderson cliquez ici

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz