Accueil Bio-carburants Brésil – La révolution Ethanol 3/3

Brésil – La révolution Ethanol 3/3

76
13
PARTAGER

Depuis 2003 maintenant, le parc automobile brésilien vit une transformation unique au monde. Dans ce pays grand comme 13 fois la France, l’éthanol est en train de totalement remplacer l’essence.

La technologie Flex Fuel
Si aujourd’hui la technologie bi-carburant est bien maitrisée, il n’en a pas toujours été ainsi, et il a fallu apporter de nombreuses modifications pour permettre de basculer de façon transparente entre de l’essence et de l’éthanol. La principale différence entre ces deux carburants se situe au niveau du taux de compression nécessaire dans la chambre de combustion. Alors que pour l’essence un taux de compression de 7 est généralement suffisant, pour l’éthanol il est nécessaire de monter jusqu’à 12. C’est encore aujourd’hui l’un des plus gros problèmes que rencontrent les constructeurs qui cherchent à conserver un niveau de puissance et une consommation satisfaisante en mode 100% Ethanol.
Quasiment insolvable dans les années 80, ce problème n’est aujourd’hui plus qu’un mauvais souvenir pour certains grâce aux progrès réalisés au niveau de l’informatique et du traitement de données. Car oui, c’est bien grâce au logiciel que la technologie FlexPower a pu s’installer durablement dans le paysage.

En plus de ce problème de taux de compression, les premiers utilisateurs de voitures roulant à l’éthanol ont été confrontés à d’autres mauvaises surprises. L’un des plus agaçants, quoiqu’assez rare au Brésil, est de ne pas pouvoir démarrer son moteur avec de l’éthanol par des températures inférieures à -18°C. Dans les pays du Nord de l’Europe, Ford a connu pas mal de problèmes avec ses premiers modèles à cause des températures très basses atteintes en hiver. Aujourd’hui la solution communément adoptée par les constructeurs est l’ajout d’un petit réservoir de 500 ml destiné à recevoir de l’essence. En cas de grand froid, la voiture utilisera cette réserve pour démarrer avant de rebasculer sur le réservoir classique. Autre alternative, beaucoup moins contraignante, ajouter en plus de l’éthanol pur un peu d’essence à chaque plein. Et c’est d’ailleurs cette deuxième voie qui a été adoptée dans la majeure partie des pays du globe avec la naissance des carburants E-85 (85% éthanol), E-70 etc… A noter qu’au Brésil les stations ne proposent que du E-100 ce qui explique le besoin du réservoir supplémentaire.

Comme vous pouvez le constater, le ‘roulage à l’éthanol’ est aujourd’hui totalement intégré dans les mentalités brésiliennes, moins pour un aspect écologique que pour un aspect financier. La forte volonté d’un gouvernement, couplé à des ressources naturelles adaptées ont permis à ce pays de proposer un parc et un modèle automobile unique au monde. Et maintenant ? Si plus rien ne semble pouvoir freiner la transformation complète du parc automobile au 100% « FlexFuel » au Brésil, les choses sont bien différentes dans le reste du monde où la disponibilité des pompes à essences équipées d’éthanol est encore très faible. Mais les mentalités changent actuellement à vitesse grand V et la prise de conscience des limites du modèle 100% pétrole pourrait bien pousser les utilisateurs, les gouvernements et les constructeurs à se pencher sérieusement sur l’éthanol issu de la canne à sucre.

A lire également:
Brésil – La révolution Ethanol 1/3
Brésil – La révolution Ethanol 2/3

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz