Accueil Actualités Entreprise Opel/Magna : l’accord signé officiellement dans les prochains jours

Opel/Magna : l’accord signé officiellement dans les prochains jours

25
4
PARTAGER

Après des mois de négociations et de tergiversations, General Motors avait définitivement annoncé le 10 septembre avoir choisi le consortium russo-canadien intégrant notamment Magna et la banque russe Sberbank pour reprendre 55% d’Opel et de sa marque jumelle britannique Vauxhall (35 % pour GM et 10 % dans les mains des salariés). Ne manquait plus que la signature officielle de l’accord entre les partenaires. Celle-ci devrait finalement intervenir dans les prochains jours.

Alors que la Commission européenne étudie de près le dossier Opel, on apprend que la signature de la vente d’Opel et de sa jumelle Vauxhall sera acquise dans les jours à venir selon le coprésident de Magna, Siegfried Wolf.

Visiblement tous les derniers obstacles auraient été levés. « Actuellement, un travail technique est en cours, de vérification du contrat« , a-t-il déclaré, cité par l’agence Interfax avant de poursuivre et de lever le voile sur certains points : « Nous n’avons plus aucune question concernant l’accès à la propriété intellectuelle et je pense que c’est très avantageux pour l’industrie russe« .

Sans aucun doute, le constructeur GAZ, malgré des difficultés importantes, récupérera la production des véhicules de la firme au Blitz. Quant au partenaire de Magna, la banque Sberbank, il a officiellement confirmé sa volonté de revendre sa part dans le futur. « Pour nous, c’est un investissement financier dans l’intérêt d’un partenaire russe« , s’est ainsi exprimé Guerman Gref, le patron de la Sberbank.

A lire également. Vente d’Opel : GM a choisi Magna et Magna reprendra Opel.

Source : Interfax via AP.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Opel/Magna : l’accord signé officiellement dans les prochains jours"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
mapaulo
Invité
Anonyme
Invité

Il y a longtemps que cet accord sentait le gaz. Mais pas pour tout le monde, telle la Commission européenne qui s’occupe d’établir un diagnostic après signature. Il aurait fallu que ses commissaires tirent avant; pour venir discuter après, et non l’inverse. Maintenant; l’affaire est classée et le devenir des ouvriers est tracé.

wpDiscuz