Accueil Actualités Entreprise Chery veut faire le forcing en Ukraine

Chery veut faire le forcing en Ukraine

277
4
PARTAGER

Ioula Tymochenko, premier ministre Ukrainienne, a rencontré le vice-premier ministre Chinois, Zhang Dejiang. Objet des discussions: la production de Chery chez Zaz, le constructeur Ukrainien.

Zaz est l’acronyme de « Запорожского Автомобилестроительного Завода » (usine [d’]automobiles de Zaporijia.)

En 1956, le gouvernement Soviétiques décide d’implanter une usine de productions de voitures à Zaporijia, en Ukraine.

Le modèle-phare fut la Zaz 966/968 (ci-dessous), clonée sur la NSU Prinz. Plus près de nous, il y a eu la Tavria, brièvement venue en France.

Éclatement de l’URSS, indépendance de l’Ukraine… Zaz fut malmené durant les années 90. Les propriétaires tentèrent de se diversifier en produisant les véhicules d’autres constructeurs.

D’où un empilement des partenariats et une gamme façon inventaire à la Prévert.

La Tavria est toujours au poste, mais uniquement en 4 portes (Slavuca) ou en fourgonnette:

Héritage de l’URSS, Zaz produit des Lada, dont le break 21043 (Kalinka en France):

Dans les années 90, Daewoo signait de nombreux accords aux quatre coins du monde. Ainsi, la Lanos est toujours au catalogue de Zaz. Il en propose également une version, la Sens, équipée du moteur de la Tavria.

Lorsque GM racheta Daewoo, il laissa de côté certains sites. Zaz eu le « privilège » de faire parti de ces sites oubliés… Ce qui ne l’empêcha pas de signer ensuite avec GM pour produire des Chevrolet ex-Daewoo!

Il assemble notamment le Chevrolet Niva, version reliftée et rebadgée du fameux 4×4 Russe.

Zaz représente également Opel. La plupart des modèles de la gamme sont proposés, ainsi que la Vectra et la Tigra:

Enfin, depuis 2006, Zaz assemble des Chery expédiées en kits de Chine.

A l’époque, le constructeur Chinois s’intéressait également à la Russie. Lorsque Chery a commencé à de l’ombre à Lada, Moscou a sorti l’artillerie lourde. Zao Avtotor, l’un de ses partenaires, ferme ses portes dans des conditions douteuses. Tandis que l’autre, Tagaz, a rebadgé sa Chery A5 et ne paye plus de royalties à Chery!

Bouté hors de Russie, le constructeur souhaite désormais mettre l’accent sur l’Ukraine et le Belarus. Cette fois, Chery voudrait que Zaz produise intégralement ses véhicules, au lieu d’assembler des kits. Le cas échéant, Chery pourrait se servir de l’usine Zaz pour exporter en Europe de l’ouest.

Pour Ioula Tymochenko, le dossier devient politique. Car la premier ministre, qui pilote le projet, est également candidate aux prochaines présidentielles. Or, une usine de voiture, c’est des emplois. Et elle espère que les Ukrainiens se souviendront le jour du vote que c’est elle qui les a créé…

A lire également:
Zao Avtotor en faillite
Un passeport Russe pour la Chery A5

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz