Accueil Ecologie Les voitures électriques pourraient représenter de 64 à 86% des ventes d’ici...

Les voitures électriques pourraient représenter de 64 à 86% des ventes d’ici 2030

37
24
PARTAGER

Commandée par le « Center for Entrepreneurship & Technology » de l’Université de Berkeley, une étude estime que les ventes de voitures électriques pourraient représenter de 64 à 86% des ventes d’ici 2030 aux Etats-Unis.

Comment arrivent-ils à ces chiffres ? L’économiste Thomas Becker, qui supervise l’étude, s’est posé la question suivante : si le modèle de BetterPlace s’imposait aux Etats-Unis, quelle serait l’impact sur le marché de l’électrique ?

Better Place, Coulomb Technologies, ou encore ECOtality sont des sociétés qui permettent aux possesseurs de voitures électriques de louer des batteries, et d’être ensuite facturés au kilomètre. Ainsi, les conducteurs s’affranchissent des couts de batteries, mais aussi de la logistique liée. Imaginez : vous achetez une voiture sans batteries. Elle devient par conséquent très abordable (car ce sont souvent les batteries qui plombent le prix). Le coût d’acquisition d’une voiture électrique devient alors comparable à celui d’une voiture traditionnelle. Et le coût de revient au kilomètre est lui aussi plus intéressant. Alors, si ce modèle de location de batteries et paiement au kilomètre s’impose, que peut-on espérer pour le marché de l’électrique ?

En 2030, les ventes de voitures électriques pourraient représenter 64% des ventes totales aux États-Unis (pour les véhicules légers) et composeraient ainsi 24% du parc en circulation. Ce scénario prévoit également une réduction des importations de barils de pétrole de 18 à 38%. Ainsi, pour ces spécialistes, et selon toute logique, passer à l’électrique est le scénario le plus efficace pour réduire les importations de pétrole. Mieux, le déficit commercial annuel pourrait être réduit de 94 à 266 milliards de dollars en 2030. Un autre scénario, se focalisant lui sur le développement de modèles moins consommateurs d’essence (mais pas électriques) est lui moins optimiste.

Enfin, finissons par le secteur de l’emploi : tiraillé en ce moment avec les conséquences de la crise, entre 130.000 et 350.000 emplois pourraient être créés d’ici 2030. Production de batteries, construction de stations, maintenance… les emplois verts sont nombreux. L’étude pense que ces emplois créés compenseraient les emplois détruits, issus de l’automobile traditionnelle. Ces chiffres ne sont qu’une projection, focalisée sur une technologie. Il est plus vraisemblable que ce sont plusieurs technologies qui vont se combiner, faussant ainsi un peu l’étude… Mais qu’on se le dise, le vert est un investissement de croissance.

L’étude complète en pdf.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz