Accueil Berlines Essai Ford Focus RS : Quoi ma gueule ? (1/3)

Essai Ford Focus RS : Quoi ma gueule ? (1/3)

333
29
PARTAGER

Capitalisant sur l’image de son engagement en WRC, Ford vient tout juste de lancer sa Focus RS, version sauvage de la compacte allemande. Avec 305ch, il s’agit d’une des tractions les plus puissantes sur le marché. Dans son viseur : les Subaru Impreza WRX et Mitsubishi Lancer Evo X.

Extérieurement, la Focus RS fait tout pour paraître méchante et y réussit très bien. Déjà, les ailes élargies lui donnent un air massif et assis qui fait paraître la ST frêle à côté. C’est encore plus flagrant lorsqu’elle est de couleur vert Shrek que sur notre modèle d’essai bleu foncé. Outre ce vert acidulé et le bleu, la Focus RS est également disponible en blanc, plus passe-partout.

Un volume carré pour s’imposer, donc, le tout agrémenté d’appendices à faire pâlir une réunion de GTIstes sur un parking Norauto : spoiler avant « ramasse-miettes », fausses ouïes de débourrage derrière les roues avant, aileron bien visible, diffuseur arrière noir laqué et rétros assortis, sans compter les jantes de 19 pouces avec pneus taille basse.

Si au premier coup d’œil, on peut croire que c’est du cinéma, cet attirail n’est pas uniquement là pour la décoration. On s’en aperçoit en observant attentivement la grille avant qui n’a rien de factice et qui est nécessaire à l’alimentation de l’imposant radiateur. De même, on constate que le silencieux d’échappement a une aérodynamique soignée, destinée à prolonger l’effet du diffuseur. Il n’y a que les ouïes sur les ailes avant pour faire faussaire. Il n’en reste pas moins que si tout cela est efficace, ce n’est pas discret ! La Ford est certainement la plus exubérante du segment. Il n’y a guère que les versions ultimes (réservées au marché britannique) de la Mitsubishi Lancer Evo pour lui faire de l’ombre sur ce point… Pour preuve, les nouvelles Mégane RS ou Mazda 3 MPS sont beaucoup plus discrètes (on peut même les qualifier de sage à côté).

Bref, la Focus RS est impressionnante à défaut d’être élégante. Quitte à faire dans le tape à l’œil, autant choisir le vert Shrek (officiellement appelé vert Australe par Ford), vraiment original. Mais on ne peut pas dire que la Focus RS soit une reine de beauté (comme la majorité de ses concurrentes d’ailleurs).

208838208845208848208851208860208866208872208875208878208881

Lire également :

Essai Ford Focus RS : RS Inside
Essai Ford Focus RS : Born to be wild

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz