Accueil 4x4 Essai Subaru Forester D : Pourquoi faire compliqué (2/3)

Essai Subaru Forester D : Pourquoi faire compliqué (2/3)

137
1
PARTAGER

Au moment de rentrer à l’intérieur, premières constatations : les portières ne font pas un bon bruit sourd, mais résonnent un peu, surtout à l’arrière. Avantage Koleos de ce côté.

Une finition moyenne

Le tableau de bord est bien assemblé, mais les matériaux utilisés sont de qualité quelconque. De ce côté encore, les amateurs de plastiques mous préfèreront le Koleos. La finition intérieure reste cependant correcte pour ce type de véhicule, Comme l’extérieur, le design du tableau de bord est sans excentricités. Ce n’est décidemment pas chez Subaru que nous trouverons des révolutions stylistiques (à part feu le coupé SVX). Mais cette simplicité a du bon, pas de surprises et on se sent rapidement à l’aise avec les différentes fonctions, sans avoir à potasser un manuel de 100 pages.
Indéniablement, le Koleos est mieux fini que le Forester et fait plus cossu à l’intérieur.

Pas d’équipements superflus dans notre version d’entrée de gamme, mais le minimum et même plus est bien là (climatisation automatique, air conditionné, lecteur CD, anti brouillards, fermeture centralisée à distance et les sièges chauffants à l’avant).
Les rétroviseurs sont de taille XXL ce qui facilite la rétro-vision mais donnent un petit air de Mickey, surtout quand ils sont noirs comme ici.

Une bonne position de conduite est facile à trouver, et finalement, on n’est pas assis tellement haut par rapport aux autres véhicules. En fait, malgré mon 1m83, il reste un bon 15cm au dessus de ma tête. C’est donc surtout à ce niveau que le Forester a gagné de l’espace en hauteur par rapport à la version précédente.

De la place

Il y a de la place en abondance, mais peu de rangements. Pas de tiroirs sous les sièges par exemple. Heureusement, l’accoudoir central est de bonne taille, mais pourra gêner certains conducteurs. Il contient la prise audio AUX, élément dont je me demande encore pourquoi, à l’heure des MP3 et iPods, il n’est pas disponible en série sur tous les véhicules.


Beaucoup de place a l’arrière aussi, et petite touche originale, les sièges arrière sont inclinables, de quoi se sentir dans un train ou un avion (en moins étriqué pour ce dernier…).
Le coffre offre une contenance de 450l, pouvant aller jusqu’à 1660l une fois les sièges rabattus. Dans cette configuration, le plancher est plat, idéal pour y jeter un VTT. Seule fausse note, le cache bagage qui fait un peu cheap et pièce rajoutée au dernier moment.


Mais il est temps de tourner la clé (oui, c’est une clé sur cette version) et de passer à l’essai sur route et chemin.

199704199644199647199650199662
199677199698199701199626199641

A lire également:

Essai Subaru Forester D : discret mais gagne à être connu (1/3)
Essai Subaru Forester D : Toujours un peu break (3/3)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Essai Subaru Forester D : Pourquoi faire compliqué (2/3)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
eric.schmid
Invité

SUBARU Forester après 5 autres AWD est la mieux pour mes besoins.
Confort: Dimensions 4.56×1.78×1.70 = passe partous, baucoup d’éspace intérieure.
Motorisation: 2 litre Boxer (flat 4) 150 CV bien suffisant pour mes besoins préalpins.
Route: Au dessus de tout épreuve; pluie, neige, verglacé (là il faut quand meme^^etre très prudent, comme toujour).
Maniabilité: époustouflante de facilité; en toute circonstance.
Value for money: TOP.
Bonne route & drive carefully.

wpDiscuz