Accueil Essais Essai Peugeot 206+: tout-haut-sixe (1/3)

Essai Peugeot 206+: tout-haut-sixe (1/3)

407
11
PARTAGER

C’est ancien, ça vient de sortir! La Peugeot 206+ est l’une des dernières nées de la marque au lion. Il ne s’agit néanmoins que d’une remise à jour de la 206, qui va sur ses onze printemps. Est-ce qu’à l’instar du vin, elle se bonifie avec les années?

Petit retour en arrière. La 205 fut la voiture qui permit à Peugeot de renaitre. Mais sur la fin, elle devint un boulet pour la marque.

Jacques Calvet avait refusé de la remplacer au début des années 90. Or, quelques années après, la 205 marquait largement le pas face à la Renault Clio ou à la Fiat Punto.

Le mot qui pourrait résumer l’arrivée de la 206, en 1998, fut « enfin ».

La « tout-haut-sixe » (dixit Gilles Panizzi, célèbre pour son anglais « Oxfordien ») fit un carton. Comme la 205 à la belle époque, elle attira bien au-delà des fans habituels de la marque au lion.

A titre personnel, j’adorais la 206. A l’époque, faute de voiture personnelle, il m’arrivait fréquemment de louer des citadines. Et je la préférais largement à ses concurrentes de l’époque, tant en terme d’habitabilité, de performances, que d’esthétique.

Le succès de la 206 avait dépassé les prévisions de Peugeot.

Quatre ans après le lancement de la 207, son succès ne se démérite pas. En 2008, elle pointait au 16e rang des immatriculations Française. Au premier trimestre 2009, il s’en est encore vendu 10 789 unités. Cela représente un tiers des ventes de 207, mais cela correspond quasiment au total du cumul des ventes de 107 et de 1007.
La 207 est trop grosse et trop chère, la 107 est une citadine pure, quant à la 1007… On ne va pas tirer sur une ambulance. En tout cas, il reste un espace pour la 206, ce qui empêche Peugeot de tourner la page.

La gène est palpable. Au mondial de Paris, la 206 était planquée dans un coin, derrière le stand. A Genève, il n’y avait ni 206, ni 206+, alors que cette dernière avait été présentée un mois plus tôt.

La 206+ est une version reliftée de la 206. Elle reçoit un capot et une calandre directement inspirées par la 207 et de nouveaux feux arrières. A titre comparaison, voici une 206 (à gauche) et une 206+ (à droite), de profil:

A titre personnel, je n’apprécie pas ce lifting. Ils ont gâché le dessin assez pur de la 206!
Déjà, je ne suis pas fan du design actuel de Peugeot avec ses calandres hypertrophiées et ses feux étirés au-delà du raisonnable.

De plus, cela rappelle ces voitures que les constructeurs Européens produisent au bout du monde. Souvent, il s’agit de modèles déjà anciens que l’on a relifté avec plus ou moins de bonheur (et généralement, c’est moins.) Comme la Fiat Mille, cousine Brésilienne de la Uno, qui est toujours au poste…

D’ailleurs, la 206+ est produite au Brésil et en Chine (sous le nom respectifs de 207 Passion et de 207.) Sauf que contrairement à la Fiat Mille, la 206+ est vendue en France!

198954198958198961198964198967198970198973198976198979198982

A lire également:
Essai Peugeot 206+: 207- (2/3)
Essai Peugeot 206+: léonin (3/3)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz