Accueil Coupés Héritage sportif au rendez-vous Toyota

Héritage sportif au rendez-vous Toyota

48
3
PARTAGER

Le « Rendez-vous Toyota » est situé sur les Champs Elysées, à Paris. Il organise actuellement une mini-expo sur « l’héritage sportif » de la marque nippone. Il y a un côté « choux et carottes », mais c’est avant tout l’occasion de (re)voir certains modèles rares.

Honneur à la doyenne, la Toyota 2000 GT de 1968 (en rouge.)
Sa genèse est un peu floue. Les uns parlent d’un projet créé par Yamaha pour Nissan, sous le pinceau d’Albrecht Graf Goertz. Nissan n’en voulant plus, Toyota l’aurait repris. D’autres parlent d’une GT développée par Toyota au lendemain des J.O. de Tokyo. Satoru Nozaki en serait alors le géniteur. Toyota aurait ensuite demandé de l’aide à Yamaha.
Moteur 6 cylindres double-arbre 3 carbus Solex 2l 150ch, 210km/h en pointe, boite 5… La 2000 GT n’avait aucun complèxe face aux GT Européenne. Au contraire. Caroll Shelby (un temps maqué à Yam’) lui développera une version pour courir en SCCA. Et en prime, elle fut la voiture de Sean Connery (en version cabriolet, l’Ecossais ne pouvant caser ses 1m80 dans le coupé!) dans On ne vit que deux fois.
Son défaut? Un badge « Toyota ». Du coup, seules 351 unités furent vendues.

La blanche est une Corolla WRC de 1998. Toyota fut exclu des rallyes en 1995, après avoir été pris en train de tricher. L’exclusion courrait jusqu’à fin 1996. A l’été 1997, le Toyota Team Europe (TTE) fait son come back avec la Corolla. Le TTE avait fait confiance à Didier Auriol et un jeune débutant Finlandais, Marcus Gronholm. Elle sera championne des rallyes 1999. Par contre, Carlos Sainz et Didier Auriol échoueront de peu à remporter le titre pilote (respectivement en 1998 et 1999.)
C’est l’occasion de faire un clin d’œil au regretté Ove Andersson, mythique fondateur du TTE. A l’instar de Guy Fréquelin et Jean-Pierre Nicolas, il fut un excellent pilote de rallye, puis un brillant manager. Anecdote amusante: son premier job fut d’être casque bleu au Liban.

La verte est une Celica GT de 1975. Puisque l’on parle d’Ove Andersson, il fut le premier à disputer un rallye de championnat du monde avec une Toyota, en 1972 et il s’agissait justement d’une Celica.
Par rapport à la 2000 GT, le constructeur voulait faire un coupé plus « populaire ».
Toyota est volontairement vague sur les caractéristiques techniques: « un bon rapport entre consommation et performance. » La GT correspondait à une simple finition. Sous le capot, différents 4 cylindres. Le plus puissant étant le 2,2l « 20R » 96ch.
Mais ce fut surtout le point de départ de la dynastie des Celica, qui donnera également la Supra

192088192091192094192097191995191999192002192005192008192011

A lire également:
Toyota 1948
La première course d’une Toyota

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz