Accueil Essais Essai Kia Soul : Le cave se rebiffe (3/3)

Essai Kia Soul : Le cave se rebiffe (3/3)

235
8
PARTAGER

Généralement, les voitures mode (FIAT 500, MINI…) et personnalisables présentent un intérieur en accord avec l’extérieur. Pour le Kia Soul, les possibilités sont un peu moins pléthoriques, avec tout de même un certain choix.

En fait, ce choix est en rupture totale avec le « noir c’est noir » des autres modèles de la gamme. Il est ainsi possible d’opter pour une planche de bord rouge ou encore beige (dans ce cas assortie à une sellerie pied-de-poule). Les style est plutôt avenant mais certains matériaux déçoivent par leur aspect, à l’image du couvercle de boîte à gants. De même, les contre-portes sonnent creux. Dommage, le style du véhicule lui aurait autorisé un positionnement plus haut de gamme avec des matériaux à l’avenant. Quitte à le payer un peu plus cher (surtout si on considère le prix de certains concurrents potentiels comme le C3 Picasso). Toutefois, l’ensemble est très sérieusement assemblé et l’ergonomie est bonne.

L’équipement est riche dès la version de base, avec notamment clim, radio CD MP3 avec connexion i-Pod et quatre vitres électriques sur toutes les finitions. L’Edition Numérotée va jusqu’à proposer une caméra de recul. Si la liste peut paraître pléthorique, certaines petites lacunes sentent les économies, comme les clignotants dont la commande n’est pas à impulsion ou la vitre conducteur à descente automatisée… contrairement à la remontée. De même on regrette l’allumage automatique des phares ou le capteur de pluie, indisponibles. Plus étrage est l’absence au catalogue du régulateur de vitesse alors que le fonctionnement de cet équipement est décrit dans le manuel d’utilisation !

L’espace est agréable à vivre, notamment grâce aux flancs très droits, qui laissent une place enviable aux épaules. Les passagers arrière ont également leurs aises. Le coffre est lui un peu moins géant, quoique sa forme très carrée le rende pratique, de même que son seuil placé à juste hauteur (pas besoin de se baisser pour chercher les objets qui y sont placés). La banquette est facilement rabattable mais le cache-bagages mal fichu, puisqu’il est impossible de le retirer sans rabattre la banquette.

A l’intérieur, le Soul est donc assez loin de proposer la polyvalence d’un monospace citadin comme le C3 Picasso. Il s’agit d’une voiture traditionnelle, au volume intérieur plus carré. Mais pour faire adopter la position du lotus à la banquette, il faudra repasser.

Kia a donc réussi son pari de proposer un modèle séduisant, proposant un peu plus que du sérieux et un prix attractif. Le Soul se révèle agréable et, bien plus important, amusant.

En effet, son comportement est le digne reflet de son style dynamique et frais. Si les familles regretteront son confort limite, les « jeunes d’esprit » visés par Kia ne pourront qu’apprécier l’agrément général.

Un agrément surtout palpable en version diesel, grâce à un quatre cylindres très agréable, plus que l’essence (et c’est un anti-diesel qui vous le dit). Une petite rallonge de 2000€ est à prévoir pour s’offrir ce moteur.

Le Soul est une voiture polyvalente, habitable sans être trop encombrante pour la ville. Son look le fait en effet paraître beaucoup plus imposant qu’il ne l’est réellement.

Il s’agit toutefois d’un modèle des plus classiques en termes de conception. Si la ligne attire l’attention, on ne retrouve pas cette originalité à l’intérieur. La modularité est ni plus ni moins celle d’une citadine standard. Le Soul n’est pas là pour concurrencer les monospaces urbains, la version de série du concept n°3 sera là pour ça.

Le prix est très intéressant, surtout comparé à des modèles comme le Toyota Urban Cruiser ou le C3 Picasso (ce n’est pas un concurrent direct mais il tire sur la même corde sensible). Ceci est assorti d’un équipement riche dès la base, bien que présentant quelques lacunes. Le tout est assorti d’une garantie 5 ans.

Le Soul est donc une voiture simple mais bien faite, conçue classiquement mais tout de même attirante. Il n’en faut pas plus pour adhérer à sa philosophie, sur un marché où l’aspect mode est bien souvent cher payé sur le bon de commande. En tout cas on aime l’idée et la réalisation aussi. En noir brillant avec le « tatouage dragon » noir mat, le Soul présente un style inimitable et imbattable à ce niveau de prix. C’est une Scion à la coréenne et le premier modèle de ce genre à arriver en Europe. Il était temps !

http://www.dailymotion.com/swf/video/x9aasv
Essai Kia Soul
envoyé par leblogauto

192167192171192174192177192183192186192189192198192204192207

Lire également :
Essai Kia Soul : un cru de belle robe
Essai Kia Soul : Nunc est bibendum

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz