Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Porsche F1

Brève rencontre: Porsche F1

135
4
PARTAGER

Porsche_787.jpg

Citez une Porsche de Grand Prix. Les Auto-Union des années 30? Très bien, mais savez-vous que Porsche a disputé des Grand Prix après-guerre? La marque a fait plusieurs tentatives, outre le cas particulier des McLaren/TAG. De la Cisitalia à la Footwork, sa persévérance ne fut guère récompensée.

Cisitalia_porsche.jpg

En 1947, Tazio Nuvolari veut relancer sa carrière. L’ex-pilote Auto-Union connait les compétences de Porsche. Il convainc son équipe, Cistalia, d’entrer en contact avec le bureau d’étude, via Carlo Abarth. Porsche crée la 360, une F1 à moteur central V12 et 4 roues motrices! En 1949, Cisitalia fait faillite. Son PDG part en Argentine où la voiture courra, sans succès.

Porsche_718_RSK.jpg

Porsche débute ensuite comme constructeur. Invincible en 1500, il décide de s’attaquer aux monoplaces. Le rêglement en F2 est libéral: il suffit de mettre le pilote au centre et d’enlever les phares pour homologuer la 718RSK. L’Est-Allemand Edgar Barth l’inaugure, suivi par Jean Behra. Essai concluant: avec la 718/2, Porsche passe aux « vraies » F2.

Porsche_804.jpg

Porsche devient une valeur-sure de la F2. En 1961, avec la F1 1500, F1 et F2 fusionne. Porsche débute ainsi en F1, avec la 787. Les résultats sont modestes et ça ne s’améliore pas en 1962 avec la 804. Même si Dan Gurney l’a imposée au Grand Prix de France. Fin 1962, Porsche se retire, reste les privés, comme Carel Godin de Beaufort qui pilotera une 787 et se tuera à son volant en 1964.

McLaren_TAG_Porsche.jpg

En 1982, Ron Dennis veut un V6 turbo pour McLaren. Il propose un cahier des charges à Porsche et Mansour Ojjeh (TAG) finance le projet. Bilan: 2 titres constructeurs (84 et 85) et 3 titres pilotes avec Lauda (84) et Prost (85 et 86.) Mais, vers 1987, le moteur TAG-Porsche est dépassé par la concurrence. Alors, pour 1988, Ron Dennis signe avec Honda.

Footwork_Porsche.jpg

Porsche veut revenir avec un moteur Porsche « tout court ». Après avoir approché Onyx, elle signe avec Footwork-Arrows fin 1990. Trop lourd, trop gros, pas assez fiable, la campagne 1991 est un désastre. A mi-saison, après une énième non-qualification, Jacky Oliver, patron du team, remplace les Porsche par un bon vieux V8 Ford.

A lire également:
Porsche, Porsche, Porsche!
Porsche, Porsche, Porsche! (la suite)

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Brève rencontre: Porsche F1"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
4aplat
Invité

Comme quoin Posche n’as pas fait que des tops, mais il y a eu ausi des Flops …
On leur pardonne …

ninids
Invité

Juste quelques rectificatifs : MacLaren a gagné des GP avec TAG/Porsche dès 1983 (Lauda et Watson) mais le titre, pilotes et constructeurs, n’est arrivé qu’en 1984 avec Lauda devant Prost (pour 1/2 points…). Prost n’a été champion qu’en 1985, et récidivera en 1986, année où MacLaren perd le titre face à Williams/Honda.

Jan C.
Invité

tres interessant! Carel Godin de Beaufort avec Porsche est aussi interessant

Williams
Invité
Edgar is almost the same story as his friend Hans Stuck (1900-1978), he has a son for Edgar is Jürgen Barth winner of the 1977 Le Mans 24 Hours with Jacky Ickx and Hurley Haywood. For Hans Stuck it’s Hans-Joachim Stuck double winner of the 1986 and 1987 edition with with Derek Bell and Al Holbert on Porsche 962 C. Edgar made his way with BMW at the start then Porsche he is Winner of the Targa Florio in 1959 (with Wolfgang Seidel), and many other titles as for Hans Stuck it is Auto Union which is Audi then Porsche… Lire la suite >>
wpDiscuz