Accueil F1 F1 Monaco: Hamilton se surpasse

F1 Monaco: Hamilton se surpasse

142
24
PARTAGER

lewis_hamilton_monaco.jpg 

Les Ferrari étaient les favorites après leur doublé en qualifications mais sous des conditions climatiques très changeantes, Lewis Hamilton s’est montré le plus fort et s’impose pour la première fois à Monaco. Grâce à ce succès, il reprend la tête du championnat.

C’est sous une pluie intermittente que les 20 pilotes s’installent sur la grille de départ du Grand Prix le plus prestigieux de la saison, ce qui n’était plus arrivé à Monaco depuis 1997 si ma mémoire ne me fait pas défaut.

Dès le départ du tour de formation, Heikki Kovalainen connait un problème technique et reste scotché sur la grille. Le Finlandais perd d’entrée le bénéfice de sa qualification et doit s’élancer depuis la voie des stands.

A l’extinction des feux, l’ensemble des pilotes se montre extrêmement prudent et tout le monde sort de Sainte-Dévote sans encombre. En tête, Massa conserve l’avantage de sa pole tandis que Raïkkonen se fait surprendre par Hamilton. Dans le ventre mou du peloton, plusieurs pilotes se touchent et cassent leurs ailerons comme Nico Rosberg et Jenson Button obligés de repasser par les stands pour réparer.

Epargné par les projections d’eau alors que la pluie redouble, Massa enfile les records du tour comme des perles et prend ses distances sur la McLaren et surtout sur son équipier. Au sixième tour, le Brésilien prend encore un peu plus de champ lorsque Lewis Hamilton est obligé de rentrer aux stands en raison d’une crevaison.

Deux tours plus tard, les évènements se précipitent lorsqu’Alonso tape le rail à Mirabeau, imité quelques secondes après par Coulthard puis par Bourdais qui vient terminer sa course dans la boite de vitesses de la Red Bull. Les deux hommes mettent pied à terre alors que le pilote Renault parvient à changer aux stands sa roue endommagée.

Le temps de dégager les voitures accidentées sous safety car et la course reprend au 10ème tour. Et le classement est immédiatement chamboulé lorsque Raïkkonen écope d’une pénalité pour ne pas avoir monté ses pneus trois minutes avant le départ de la course. Ce drive through lui fait perdre une place.

Au même instant Alonso est en bataille contre Heidfeld pour le gain de la cinquième place  et ce que l’on craignait arrive lorsque les deux hommes se touchent à l’épingle du Fairmont. L’Espagnol doit encore passer par les stands pour remplacer son aileron avant endommagé dans la manoeuvre.

Dans ces conditions difficiles, les erreurs touchent aussi les hommes de tête et au quinzième tour Felipe Masse tire tout droit à Sainte-Dévote et perd la première place au profit de Kubica.

La piste s’asséchant, les pilotes chaussés de pneus intermédiaires se retrouvent maintenant nettement plus performants et notamment Nico Rosberg qui réalise une série de tours canon pour revenir aux basques de Fernando Alonso à raison de 4 secondes au tour.

Au moment d’entamer la première vague de ravitaillements, Kubica et Massa sont les plus rapides et déposent Hamilton et Raïkkonen au rythme de une à deux secondes au tour.

C’est le Polonais qui ouvre le bal des arrêts et lorsqu’il ressort en piste au 26ème tour, il le fait devant le museau meurtri de Raïkkonen qui vient tout juste de titiller le rail à Sainte-Dévote. Après cette touchette, la Ferrari semble avoir perdu de sa superbe et se fait même dépasser par Sutil qui fait un véritable festival en cinquième position.

En tête, Massa reste en piste et aligne les records du tour jusqu’à son arrêt au 33ème tour. Logiquement, il ressort avec un avantage de 5 secondes sur Kubica.

A cet instant de la course, Hamilton est en tête et s’échange le meilleur tour avec Webber et le surprenant Sutil. Grâce à ce rythme endiablé, le jeune Britannique se ménage un avantage suffisant pour lui permettre de ressortir en tête après son second arrêt.

Au 46ème tour, Alonso tente le tout pour le tout en chaussant des pneus rainurés. Il est vrai que l’Espagnol n’a alors rien à perdre puisqu’il végète au fond du classement.

Robert Kubica opère son dernier arrêt au 53ème tour, imité par Hamilton le tour suivant. Les deux pilotes repartent en pneus pour piste sèche, Alonso commençant à faire claquer des temps avec ce type de pneus.

Trois boucles plus tard Massa fait de même et se fait passer par Kubica à sa sortie des stands. Quant à Hamilton, il caracole en tête avec une quarantaine de secondes d’avance sur la BMW.

Mais à 20 minutes du drapeau à damiers, Hamilton perd tout le bénéfice de sa magnifique course lorsque Rosberg se sort très violemment à la piscine, entraînant l’entrée en piste de la safety car. Désormais, son avance est réduite à néant.

Finalement, la voiture de sécurité s’efface alors qu’il ne reste qu’une poignée de minutes à courir. Et le premier évènement n’est pas long à venir lorsque Raïkkonen se loupe au freinage de la chicane du port et vient taper Sutil qui n’avait rien demandé à personne. Le pire c’est que l’Allemand doit abandonner alors que le champion du monde peut repartir mais hors de points. Quel dommage pour l’équipe Force India qui s’apprêtait à marquer de gros points !

Au bout de deux heures, et comme pour saluer une course magnifique, le soleil fait son apparition sur la Principauté et Lewis Hamilton passe en vainqueur sous le drapeau à damiers. Quel plus bel épilogue pour un Grand Prix aussi palpitant ?

Classement:

1. Hamilton

2. Kubica

3. Massa

4. Webber

5. Vettel

6. Barrichello

7. Nakajima

8. Kovalainen

9. Raïkkonen

10. Alonso

11. Button

12. Glock

13. Trulli

14. Heidfeld

Championnat pilotes:

1. Hamilton 38 points
2. Raïkkonen 35
3. Massa 34
4. Kubica 32
5. Heidfeld 20
6. Kovalainen 15 

Championnat constructeurs:

1. Ferrari 69 points
2. McLaren 53
3. BMW 52
4. Williams 15
–   Red Bull 15

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "F1 Monaco: Hamilton se surpasse"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
thomas
Invité

superbe grand prix jai vraiment pris mon piez!!!!:D:D:D:D

Emir d'afric
Invité

Massa est presque aussi bon que Raikonen c’est incroyable. Il mérite beaucoupm de respect. Et Kubica… magnifique, un future poids lourd. Hamilton… rien à dire fantastique.

stormy
Invité

Bravo Hamilton c’etait bien méritée, superbe grand prix!

sylvain
Invité

yé quand meme assez bon Bertrand! Vous trouvez pas?

Admin

Pauvre pauvre Adrian Sutil ! Toute la course sans une seule erreur et venir se faire harponner à 10 mn de la fin par Raikkonen (qui ne l’a pas fait exprès, mais bon). Il n’aura pas de sitôt une occasion de voir les points d’aussi près avant bien longtemps… Et bravo Sebastien Vettel qui lui aussi fait un sans faute et par contre concrétise avec la cinquième place.

wpDiscuz