Accueil Ferrari Un trafic de fausses Ferrari

Un trafic de fausses Ferrari

198
16
PARTAGER

Ferrari_small.jpg

Avant-hier, les Guardia di Finanza Italienne ont démantelé un réseau de fabrication et de ventes de produits de contrefaçons. Originalité: il ne concernait pas de polos « Lakoste » ou des parfums « Chunel », mais des fausses Ferrari (et une Diablo.)

Les voitures étaient construites sur la base de Pontiac Fiero. Et alors, me direz-vous, des Pontiac Fiero ou des Toyota MR (et même des 406 coupé!) transformées en Ferrari, il y en a plein sur eBay! Sauf que là, le travail était réalisé sans respecter aucune norme d’homologation (donc bonjour la sécurité) et qu’elles étaient vendues comme de vraies Ferrari (20 000 pièce.)

Au total, une dizaine d’ateliers ont été perquisitionnés. Le trafic s’étendait sur toute la péninsule, au gré des spécialités de chaque garagiste (tôlerie, peinture, électricité, etc.) Des receleurs ont été appréhendés et certains véhicules avaient déjà trouvé un pigeon acheteur (lesquels sont pénalement responsable.) Au total, 8 personnes ont été mises en examen.
Ce n’est pas un cas isolé. Des fausses Ferrari, sur base Porsche ou Mercedes (?) ont été découvertes à Rome et en Sardaigne. Franco Frattini, le commissaire Européen à la justice, se plaint que l’on voit de plus en plus de fausses Ferrari en Chine.

672556725967262672656726867271672746727767280

Source:
Wall Street Journal

A lire également:
Brève rencontre:Pontiac Fiero
Ferrari F1 made in China
Unique Performance: on touche le fond

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Un trafic de fausses Ferrari"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Cupra C.
Invité

@JJO: à moins que la loi italienne diffère beaucoup de la nôtre sur ce point (ce dont je doute, d’après mes connaissances en droit italien), les personnes qui voulaient acheter ne sont pas pénalement responsables.
Evidemment non: ce sont elles les victimes.

gariou
Invité

Il faut quand même être un gros boulet pour se faire avoir. quand on s’apprète à acheter une Ferrari d’occasion à 20000 euros, je pense qu’on s’y connait un minimum sur les modèles en question (moteur, habitacle), et on ne se fait pas leurrer par ces pathétiques reproductions. donc oui, je pense que les acheteurs sont responsables et savent très bie nce qu’ils achètent

Vincent P.
Invité

J’ai lu un autre article au sujet de ces ferrari, et il disait que les acheteurs étaient au courant de la supercherie. Ils étaient cependant prêts à débourser 20’000 euro pour pouvoir se balader dans une voiture avec un cheval cabré dessus…
Maintenant, si ils sont au courant, je ne sais pas si ils peuvent se dire « victimes » (juridiquement parlant)

Cupra C.
Invité
@JJO: D’une part, le fait que les voitures aient été construites en dépit de toutes les normes de sécurité laisse penser que les acheteurs n’étaient pas au courant de la supercherie. D’autre part, pour que les acheteurs puissent être inquiétés pour l’éventuel recel de produits contrefaits, il faudrait que les acheteurs aient été conscients d’acheter des contrefaçons. Or, lorsque vous dites quelles « étaient vendues comme de vraies Ferrari », cela semble exclure la connaissance du délit par les acheteurs. Sinon, elles étaient vendues comme de vraies Ferrari auprès de qui alors? En matière de recel, le droit pénal français exige un… Lire la suite >>
wpDiscuz