Accueil Bio-carburants Nissan Murano, premier pas vers le bioéthanol

Nissan Murano, premier pas vers le bioéthanol

413
0
PARTAGER

muranoE.jpg
Ce premier pas vers le bioéthanol est donc fait par Nissan et surtout le Japon, bien plus connu pour les prestations en matières de voitures hybrides, essence/électricité et à Pac conçues par ses constructeurs nationaux. Et pour conséquence, le bioéthanol, biocarburant n’a d’intérêt économique que si les végétaux qui servent à sa conception ont plus de valeur transformés en carburant qu’en aliments

ce qui n’est pas aussi évident dans un archipel, certes immense comme le Japon mais qui importe la moitié de sa consommation en céréales (autres que riz) et bon nombre de ses autres matières premières. Mais les biocarburants étant une des pistes de laprès pétrole donc un enjeu technologique et la façon de les produire réservant probablement des surprises à lavenir, plus efficace et écologique (voir leur production à partir de déchets végétaux), ils ne peuvent être négligés.

Cest donc avec un premier Murano que Nissan démarre ses tests techniques, tests validés et suivis par le gouvernement japonais. Ils concernent trois points principaux : lefficacité  et la consommation de bioéthanol (qui sera mélangé à de lessence pour donner du mélange E10) lors de sa combustion, les rejets de CO2 quil engendre et le contenu des fumées déchappement, et la fiabilité global du véhicule.
muranomurano22009_murano_012009_murano_04
Le programme démarre le 1er avril sur le territoire de la sous-préfecture de Tokachi, dans le cadre du projet Tokachi Zaidan 2 mené par le Ministère de lécologie. Le bioéthanol sera lui produit à partir de blé et de betterave à sucre non retenus pour la production alimentaire.

Lusine produisant le bioéthanol aura elle une capacité denviron 15 millions de litres par an et à terme si les tests sont jugés concluants et économiquement viables, le gouvernement japonais souhaite développer lutilisation du bioéthanol à hauteur de 1% de la consommation de carburant sur lîle dHokkaid.

NB : Si on résume, pour un Murano au bioéthanol il vous faut :

–    Un beau Murano de 2000 kgs
–    8 tonnes de betterave à sucre
–    8 tonnes de blé non conforme à la consommation humaine
–    Une grosse usine Moulinox

NB2 : Nissan propose déjà sur le sol américain le pick up Titan et le truck Armada, tous deux flex fuel (acceptant le super-éthanol E85).

Illustrations : Nissan Murano E10 et Nissan Murano 2009, la version bioéthanol ayant été réalisée avec un Murano 2007

Sources : Duemotori via Autobloggreen

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz