Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Adler Trumpf

Brève rencontre: Adler Trumpf

410
8
PARTAGER

Adler_trumpfjunior.jpg La plupart des marques Allemandes ont survécu jusqu’à nous. Adler a la « chance » de figurer parmi les rares disparus. N’allez pas croire que la firme produisait des modèles surannés: les Trumpf et Trumpf Junior étaient d’ingénieuses voitures à traction avant. Les ventes étaient bonnes, mais la guerre interrompra définitivement la production.

adler_trumpf_1932.jpg

C’est en 1900 qu’Adler (« aigle » en allemand) se lança dans l’automobile, via une voiturette à moteur De Dion. En 1931, Adler embauche Gustav Röhr, un ingénieur qui convaincra la marque d’adopter la traction avant et la carrosserie monocoque.

Adler_trumpf_berline.jpgRöhr ne fait qu’exploiter les brevets Budd (monocoque) et J.A. Grégoire (traction avant), mais ça reste mieux que Citroën qui aura plus tard une interprétation « Chinoise » de la propriété intellectuelle…

Adler_trumpf_cabrio.jpgLa Trumpf sort en 1932 avec un 1,5l 32ch et une carrosserie encore raide. Röhr part chez Mercedes et Karl Jenschke prend sa place. Dés 1934, la Trumpf reçoit un 1,7l 38ch et se décline en Junior 1l 25ch.

Rosengart_2.jpgLa Trumpf eu une cousine Française: la Rosengart Super- traction (photo.) Bras droit d’André Citroën, Lucien Rosen- gart (inventeur du baby-foot!), part produire des Austin Seven sous licence. En 1933, parce qu’une femme a traité sa voiture de « caisse à savons », il décide de monter en gamme, via des Trumpf sous licence… Et d’épou- ser cette femme. En 1937, la Supetraction s’éloignera d’Adler.

Trumpf_Racecar.jpg

Retour en Allemagne. Jenschke secoue la firme jusqu’ici discrète. Adler au Mans en 1937 avec la Stromlinie ou Reichs- Autobahn-Wagen. Son auteur, Paul Jaray, étant Juif, Reinhard Koenig-Faschenfeld reconnait le bébé (pour plaire aux nazis.) Bilan: 3 participations, 2 6e places et 2 victoires de classe.

Adler_2l.jpgJenschke sait aussi s’occuper des voitures de route: il profite de l’absence de tunnel de transmission pour créer des châssis profilés, souvent carrossés de manière élégante par Karmann. En 1938, la gamme est coiffée par la 2l 45ch (photo; à comparer avec la Trumpf 1,5l de la 2e image.)

trumpf_2.jpgEn 1941, Adler doit arrêter les voitures. En 9 ans, elle a vendu 100 000 Trumpf Junior, (sur 213 000 Adler produites depuis 1900.) Après- guerre, seules les filiales motos (vendue à Norton) et bureautiques (toujours là) reprirent.
ADLER.jpg

A lire également:
Brève rencontre: BMW 3/15
Brève rencontre: Rumpler Tropfen-Auto

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Brève rencontre: Adler Trumpf"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
tonio
Invité

Merci encore de faire connaître des marques inconnues.

Thomas
Invité

Bien bel article !! 😉

Laurent
Invité

Merci bien, parce que je n’avais jamais entendu parler de cette marque !

Grand Tourisme
Invité
« Röhr ne fait quexploiter les brevets Budd (monocoque) et J.A. Grégoire (traction avant), mais ça reste mieux que Citroën qui aura plus tard une interprétation Chinoise de la propriété intellectuelle » Qu’est ce qu’ils sont méchants chez Citroën… Si je comprends bien quand c’est Adler qui exploite le brevet c’est génial mais quand c’est Citroën qui le fait c’est honteux… Venant de toi c’est pas étonnant tu n’es plus à ça prés!!! Vu la durée de vie de la marque Adler, je ne pense pas qu’ils aient eu le temps d’avoir une interprétation Chinoise de la propriété intellectuelle(lol) Si Citroën est… Lire la suite >>
Grand Tourisme
Invité

Un autre extrait de citroen.fr

« A lépoque, dautres constructeurs ont déjà tenté la conception dune automobile tirée par les essieux avant, comme lAllemand Adler, mais avec un moteur trop imposant qui pénalise lhabitacle. Les automobiles dalors sont normalement à propulsion, poussées par lessieu arrière.  »

Et oui, Citroen reconnait ne pas être le premier constructeur à avoir adopter la traction avant!!!

wpDiscuz