Accueil Actualités Entreprise Renault : les heures sup’ ne font pas grimper les ventes

Renault : les heures sup’ ne font pas grimper les ventes

111
33
PARTAGER

Renault_design_renault2Travailler plus pour gagner plus qu’il disait … certes, pourquoi pas, si toute peine mérite salaire. Mais cela ne semble pas être tout à fait le cas, chez Renault ou en tout cas au Technocentre. Un rapport indépendant fait état d’un large dépassement du temps sur ce site de Guyancourt (Yvelines), où ont eu lieu trois suicides ces derniers mois.

Les heures supplémentaires permettront peut-être d’arrondir les fins des mois des salariés du constructeur … il est permis de rêver, surtout dans le monde des créateurs. Mais compte-tenu de la baisse des ventes annoncée récemment par Renault, on pourrait en douter.

Travailler plus, n’impliquerait donc « même pas » de vendre plus ? En ces temps de vaches maigres mais néanmoins sacrées, les concepteurs doivent en effet regorger d’imagination et d’esprit de créativité pour allier le plaisir des sens avec la dure loi du portefeuille …Mais pour créer, qu’est ce qui est le plus important : le nombre d’heures passées devant une planche à dessin ou un ordinateur ou une ambiance facilitant justement la créativité, l’imagination ?

Un rapport indépendant présenté jeudi aux représentants du personnel fait état d’un large dépassement du temps de travail des salariés du Technocentre de Renault à Guyancourt. La direction de Renault s’est déclarée quant à elle « confortée » dans son plan de soutien engagé après les trois suicides au Technocentre par la présentation de ce rapport , jugé par ailleurs « accablant » pour le groupe par les syndicats.

D’après l’étude sur « le bien-être au travail » commandée au cabinet Technologia par un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du Technocentre, deux tiers des salariés déclarent travailler au quotidien « au moins neuf heures par jour ». Ce temps comprend le travail à domicile, fréquent, même pour les techniciens, et les trajets imposés par l’entreprise, mais exclut la pause déjeuner. 20% des techniciens et agents de maîtrise interrogés ont indiqué travailler très souvent au-delà du nombre d’heures hebdomadaires prévues « sans compensation », selon l’étude entamée en juin et basée sur un questionnaire auquel 64% des 9.200 salariés Renault du Technocentre ont répondu. Une centaine d’entretiens individuels ont été également mis en place.

La direction avait semblé reconnaître le problème et présenté un « plan de soutien » assorti, fin septembre, de « mesures sur la maîtrise du temps de travail ». Elle avait notamment resserré les horaires d’ouverture de ses cinq sites d’ingénierie (15.000 salariés) de 07H00 à 20H30 en semaine, contre 05H30 à 22H30 jusqu’alors. 5 h 30, l’horaire laisse perplexe … La direction reconnaissait alors « une maîtrise insuffisante du temps de travail, conduisant à des temps de présence et de travail qui peuvent être excessifs », « un temps de repos parfois insuffisant » et « une diminution des occasions d’échange et de convivialité ».

Selon la CFDT, citant Technologia, 30% des salariés interrogés présentaient « une forte probabilité de troubles pathologiques dus à leurs conditions de travail » et 51% ne se sentaient « pas soutenus par leur hiérarchie ». L’expertise avait été demandée par des syndicats dès le premier des trois suicides de salariés du Technocentre, intervenus entre octobre 2006 et février 2007 et dont l’un a déjà été reconnu comme accident du travail, les deux autres étant en cours d’examen.

« Pour la première fois, une enquête indépendante apporte des signes objectifs et concrets de dépassement massif du temps de travail chez Renault », s’est félicité un syndicat. Technologia « a cherché à savoir si l’organisation générait de la souffrance au travail », a précisé Denis Dedieu (CFDT), et a relevé « des difficultés dans le management de proximité », ainsi qu’un « manque d’autonomie de décision » pour tous, du fait de l’augmentation du niveau d’exigence de la direction et d’une mauvaise répartition de la charge de travail. Selon la sociologue Annie Thébaud-Mony, les évaluations individuelles des salariés par leurs supérieurs ont en outre « pris un tour douloureux et même humiliant », puisqu’ils peuvent être « mis en cause devant leurs collègues ».

Ces résultats « confirment globalement le diagnostic dressé en mars 2007 par la direction qui a donné lieu à un plan d’actions concrètes pour favoriser des conditions de travail motivantes », a assuré la direction dans un communiqué. Ces mesures sont « significatives et bien orientées », car « elles attaquent de front les problèmes révélés par le diagnostic de la situation avec des mesures fortes », révèle le rapport cité par la direction. N’oublions pas que l’employeur a l’obligation de garantir l’intégrité physique et mentale de ses salariés.

La direction a souligné que 66,3% des répondants sont « satisfaits » de leur situation professionnelle et que 67% estiment que « les horaires de travail ne présentent pas de contrainte particulière sur le plan de sa vie personnelle ». Pour améliorer la situation des 30% qui se sentent en situation de « travail-tendu », la direction s’est engagée à mettre en place une « instance de suivi », précisant que ce chiffre était « à prendre avec précaution ».

Pour les 64,7%, en grande majorité des ingénieurs et des cadres, qui déclarent travailler plus de neuf heures par jour, la direction a rappelé son « souci de garantir un équilibre raisonnable entre vie privée et professionnelle », tout en précisant que les salariés bénéficiaient déjà de diverses « compensations ».

Le Technocentre a doublé le nombre de modèles de voitures à concevoir chaque année, depuis le Contrat 2009 de Carlos Ghosn, lancé en février 2006. Les ventes mondiales du groupe Renault (voitures et véhicules utilitaires, marques Renault, Dacia, Samsung) ont quant à elles baissé de 2,8% en septembre par rapport à septembre 2006, a annoncé mardi le constructeur.

Sur l’ensemble du 3ème trimestre, les ventes du groupe sont en hausse de 6,4% par rapport à la même période de 2006 à 575’281 unités. Le groupe indique qu’il «attend une progression de ses ventes mondiales sur l’ensemble du dernier trimestre 2007 avec une accélération sur la fin de l’année», et «confirme ainsi son objectif d’une légère croissance de ses ventes sur l’année 2007».

En septembre, les ventes mondiales du groupe ont totalisé en septembre 193’066 véhicules. Les ventes de la marque Renault sont en repli de 0,8%, celles de Dacia de 7,5% et celles de Renault Samsung Motors de 24,6%. En Europe, les ventes du groupe ont fléchi de 6,5% en septembre. Au 3ème trimestre, les ventes de la marque Renault (490’147 unités) sont en hausse de 5,6%, celles de Dacia (53’145) progressent de 20,2% et celles de Renault Samsung Motors (31’989) baissent de 1,5%. En Europe, au troisième trimestre, les ventes du groupe baissent de 1% à 354’919 unités, tandis que hors d’Europe, elles progressent de 20,9% à 220362 unités.

Source : AFP

A lire également :

. Renault : plan de soutien pour faire face aux suicides

. Renault : recours contre le classement d’un suicide en accident du travail

. Renault : Ghosn s’attaque à la vague de suicide

. Renault:nouveau suicide au Technocentre de Guyancourt

. Renault : mourir pour des voitures à vivre ?

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Renault : les heures sup’ ne font pas grimper les ventes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
szyck
Invité

Encore un paté de désinformations…

deux
Invité

Et si le problème c’était le produit?
T’as beau en faire plus ca marche pas mieux.

LUKA
Invité

Et en quoi s’agirait t il de desinformation soit disant ?

Elisabeth
Invité

source : AFP …. on trouve mieux comme désinformation 🙂
ou alors c’est toute l’info qui est « fausse » en France 🙂

antyblairho
Invité

!!!!EUH JOKER!!!

wpDiscuz