Accueil F1 F1 – GP de Turquie (Istanbul) : Au-delà des affaires

F1 – GP de Turquie (Istanbul) : Au-delà des affaires

38
4
PARTAGER

kimi_raikkonen_250.jpgLe sport va-t-il reprendre ses droits en F1 ? Il est certain que ces derniers temps, elle fait bien plus parler d’elle dans la rubrique scandale et faits divers que dans celle du sport. La faute à qui ? Aux acteurs eux-même, à Ecclestone, à la presse ? Nous sommes tous à mettre dans le même sac, ce qui nous fait aussi comprendre que la F1 est un sport mondial qui sort bien souvent de son espace pixelisé ou cathodique. Cependant, à chaque Grand-Prix, la machine se remet en route avec son horaire, ses essais, ses conférences de presse et son actualité… sportive !

Venons-en justement alors que la première séance vient de se terminer par une prise de pouvoir des Ferrari devant les McLaren. Déjà !

Même si il est prématuré de dire que les « Rouges » sont de retour, il faut cependant reconnaître que c’est le meilleur moment pour le faire. Le travail, même si la monoplace de 2007 n’est pas celle de 2006, a été quelque peu plus facile puisque l’an dernier, Massa signait ici à Istanbul sa première victoire alors que Schumi se classait 3e. Une manière comme une autre pour le petit Brésilien de fêter un aniversaire. Ce n’est pas encore le cas puisqu’en fait, c’est son équipier, Kimi Räikkönen qui signe le temps de référence en étant de peu le seul sous de la barre des 1:28. Mais plus que le chrono, excellent du Finlandais, ce sont les écarts à obersver et l’on remarquera que la bagarre n’a pas encore commencée. Round d’observation puisque Massa est à 4/10 et que l’Espagnol Alonso place la première McLaren à 1,2 sec.; 4 centièmes devant son équipier ou rival selon que l’on écoute l’un ou l’autre, Lewis Hamilton.

alonso_mclaren-470.jpg

Je ne vais pas polémiquer car autant ces deux sujets, constructeurs et pilotes, sont sujets à passion, mais il est certain que la tactique de Ferrari est claire : lancer « Iceman » avec peu de carburant pour titiller l’égocentrisme des pilotes McLaren et les faire « exploser ». Massa, en observateur privilégié, attend son heure. Si le script devrait se confirmer en seconde séance d’essais, cela voudra tout simplement dire que Ronn Dennis n’a plus la main mise sur ses pilotes. Il sera plus facile de « gérer » Hamilton, qui doit tout ou presque à son « patron », mais cela n’est certainement pas le cas d’un Alonso sur le départ.

Et nous voilà avec Heikki Kovalainen qui lui aussi pourrait bien prendre son baluchon et quitter la formation Renault alors qu’il place la RS27 sur une provisoire 5e position. Pas qu’il le veuille, non, mais la saison des transferts a déjà démarré en coulisse et Alonso en est la clé.

Tout se tient et pourtant la séance a commencé sur un mode mineur où l’on a vu les Spyker monter les premières en piste. La référence orange de 1’34 est vite passée à la trappe par la volonté de Nico Rosberg qui a imposé au volant de sa Williams-Toyota un rythme bien plus rapide en atteignant le mur des 1’31. Un tempo que Jarno Trulli est venu relancer avec sa Toyota et de titiller le pied droit des « Ferraristes » et p articulièrement celui de Felipe Massa qui d’un coup va au 1’30. Cela doit rester en travers de la gorge de Räikkönen puisqu’il alignera 4 tours version sprint et finir avec un temps de 1:28.019 !

Si tout tourne rond pour les Ferrari, sur la piste, Schumacher et Webber ont décidé de tester la résistance latérale de leurs pneumatiques en partant en tête-à-queue alors que Coulthard est prié quant à lui de refroidir sa « théière », euh pardon, sa Red Bull-Renault et de rejoindre son stand au ralenti.

De petites péripéties qui n’ont pas pour l’heure l’air de tracasser Räikkönen qui est reparti en piste et d’aligner le chrono final de référence. Un temps que ne viendrons pas chercher les McLaren qui sont plus dans une recherche de réglages que dans un état de performance pure. Cela viendra, mais plus tard. Hamilton, lui, n’a pas la choix et à force de vouloir en faire un peu plus, il a coupé un vibreur, abîmant par la même occasion son fond plat !

Les temps en resteront là sans surprise.

Classement essais libres 1

1 Kimi Räikkönen (Ferrari – 6) 1:27.988
2 Felipe Massa (Ferrari – 5) + 0.403
3 Fernando Alonso (McLaren-Mercedes – 1) + 1.234
4 Lewis H amilton (McLaren-Mercedes – 2) + 1.273
5 Heikki Kovalainen (Renault – 4) + 1.358
6 Nico Rosberg (Williams-Toyota – 16) + 1.415
7 Ralf Schumacher (Toyota – 11) + 1.426
8 Giancarlo Fisichella (Renault – 3) + 1.553
9 Nick Heidfeld (BMW – 9) + 1.653
10 Jarno Trulli (Toyota – 12) + 1.697
11 Robert Kubica (BMW – 10) + 1.722
12 Anthony Davidson (Super Aguri-Honda – 23) + 2.396
13 David Coulthard (Red Bull-Renault – 14) + 2.410
14 Jenson Button (Honda – 7.) + 2.495
15 Rubens Barrichello (Honda – 8.) + 2.592
16 Vitantonio Liuzzi (Toro Rosso-Ferrari – 18) + 2.624
17 Takuma Sato (Super Aguri-Honda – 22) + 2.636
18 Alexander Wurtz (Williams-Toyota – 17) + 2.888
19 Mark Webber (Red Bull-Renault – 15) + 2.929
20 Sebastian Vettel (Toro Rosso-19) + 3.395
21 Adrian Suttil (Spyker-Ferrari – 20) + 3.457
22 Sakon Yamamoto (Spyker-Ferrari – 21) + 4.282

Source & Photos : FIA F1

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "F1 – GP de Turquie (Istanbul) : Au-delà des affaires"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Anonyme
Invité

« mais cela nest certainement pas le cas dun Alonso sur le départ. »

Comment pouvez vous affirmer ce fait ? Avez vous une info officielle qui le confirme ??

A part ce point (nourri des rumeurs les plus débiles) c’est un très bon article

plouf plof plaf
Invité

C’est plus qu’une rumeur, c’est une certitude, et elle est pas débile, elle est logique (quoique parfois logique et débillité vont bien ensemble)…

Anonyme
Invité

« Cest plus quune rumeur, cest une certitude »

ok donne le lien qui confirme ce que tu affirmes !

Si c’est un forum quelconque, aucun intérêt
Donc c’est bien une rumeur, donc ce n’est pas une certitude

plouf plof plaf
Invité

Ben tu as pas besoin de moi puisque tu fais les questions et les réponses…

wpDiscuz