Accueil Berlines Tiroirs de linsolite : Monica

Tiroirs de linsolite : Monica

354
16
PARTAGER

MonicaFront.jpg

Entre la mort de Facel en 1964 et la Ventury de Godfroy et Poiraud 20 ans plus tard, Monica fut certainement la plus belle aventure tricolore

En 1930, M Tastevin rachète les « Ateliers et Chantiers de Balbigny », un fabriquant de matériel pour les mines et le chemin de fer qui fait travailler 50 personnes, et se spécialise dans la démolition de matériel ferroviaire. En 1964, Jean Tastevin succède à son père et reprend la construction de wagons. Lentreprise devenue « Compagnie Française de Matériel Ferroviaire » (CFMF) prospère. Elle compte 400 salariés et quatre wagons par jour sont produits dans les ateliers. Entreprenant et fort de ses succès dans le ferroviaire, Jean Tastevin, vrai passionné dautomobiles, veut créer, dès 1966, sa propre voiture.

Pour son projet dautomobile raffinée, confortable, mais aussi puissante, le patron de la CFMF va se tourner vers le Royaume Uni et Chris Lawrence. Citoyen britannique attaché à la marque Morgan, ce dernier a crée, parallèlement à sa victoire en 2 litres au Mans en 1962, sa marque dautomobiles, Deep Sanderson. Un grave accident l’a contraint à vendre ses travaux sur les liaisons au sol, et à se lancer dans le conseil.
L’épouse de Jean Tastevin, Monique, donnera son nom à la berline de grand standing

L’entrepreneur Forézien va consacrer plus de 7 ans et toute son énergie à faire naître et vivre son projet. La Monica est conçue comme une véritable GT. Châssis tubulaire, caisse en aluminium, double triangulation, essieu De Dion et amortisseurs Koni, moteur V8 de 3,5 litres, conçu par Ted Martin pour la formule 1 et réalésé ou encore boite ZF à 5 rapports, rien nest trop beau. Le premier prototype construit par Williams et Prichard en Grande Bretagne est cependant loin du rêve de Jean Tastevin. Cest un jeune designer Roumain, Tony Rascanu qui dessinera la Monica définitive. Ebauche à léchelle 1 par Chapron, puis réalisation par Vignale, le décès de celui-ci contraint Jean Tastevin à faire de nouveau appel à la sous-traitance britannique.
La Monica 350 est exposée au salon de Paris 1972. Lintérieur est luxueux,  cuir Connolly, bois précieux, volant Nardi, tableau de bord Jaeger, léquipement est aussi complet, vitres électriques, climatisation, quunique avec une ouverture assistée des portesbref elle rassemble tout ce dont on peut rêver. Jean Tastevin a mis tous les moyens pour assurer son succès.

monicabord.jpg

Peu fiable, le V8 anglais est abandonné pour un Chrysler de 5,6 litres poussé à 285cv. Rançon dun équipement généreux et dune mécanique volumineuse, le poids de la belle senvole à 1850kg. La Monica 560 exposée au salon de Paris 1973 est aboutie. Avec 240km/h en pointe, cest la berline la plus rapide du monde.

Mais voilà, sous-traitance douteuse, choc pétrolier, manque de notoriété, 17 Monica seront construites à Balbigny. Larrêt définitif en février 1975 marque aussi le début des difficultés pour lentreprise de M. Tastevin qui finira par déposer son bilan en 1987. A Balbigny, on construit aujourdhuides remorques de camions. Regrets éternels

MonicaFRR.jpg

monicaARR.jpg

monicarear.jpg
 

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Tiroirs de linsolite : Monica"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
abou
Invité

Elle avait de la gueule (et du coffre; 285 ch, vé!) pour l’époque! et je cracherais pas deçu encore aujourd’hui!

firecracker
Invité

avant a chi**, mais allure et ligne superbes

Karim
Invité

La ligne a un je-ne-sais-quoi de Jaguar. Très belle voiture, qui semble avoir été un vrai haut-de-gamme.

Il faut croire que décidément, le haut-de-gamme et la France, ça fait deux.

Yoyo
Invité

On la ressort maintenant telle quelle avec des techniques et des materiaux modernes et elle marche du tonnerre !!!!

J’addooooooorree regarder danser les vieilles voituuuuures….

Math / Classic Spirit
Invité

Voiture vraiment élégante. J’ai eu la chance d’en croiser une il y a quelques années, le bruit du moteur rappelle furieusement celui des Facel II, donc sublime. On dirait un Riva 🙂

wpDiscuz