Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Panther

Brève rencontre: Panther

623
2
PARTAGER

86_Kallista.jpgDepuis toujours, la Grande-Bretagne fourmille d’artisans. Entreprise composée d’un seul ou de mille employés, qui dure le temps d’un salon ou qui fête ses cinquantes ans, qui propose un véhicule inédit ou se contente d’une énième réplique de Lotus Seven… La palette est très large. Parmis eux figura Panther, spécialiste du roadster « neo-classique ».

Oldies_but_goldies.jpgEn quelques années, entre le milieu des années 50 et la fin des années 60, la possession d’une voiture de collection (en particulier les modèles prestigieux ou sportifs de l’entre-deux guerre) passe d’un hobby pour garagistes retraité à ZE truc à la mode, lorsque les chanteurs pop s’y mettent (ici un détail d’un album des Beatles.)
Mais les anciennes sont difficilement utilisables au quotidien (problème de confort, de fiabilité, de performances et de prix des pièces.) D’où la vogue des « néo-classiques »: un style « ancien », mais une mécanique moderne. De l’artisan scrupuleux (mais cher) au petit malin qui vous propose un kit pour transformer votre Cox en Mercedes SSKL, l’offre était vaste.

Panther J72_1.jpgL’Anglais Robert Jankel est créateur de mode et passionné d’automobile. En 1970, il traverse l’Espagne dans sa Rolls-Royce 1930. Un torero tombe amoureux de sa voiture et la lui achète (alors qu’elle n’est pas à vendre.) Jankel se dit donc qu’il existe un marché pour les pigeons passionnés de voitures anciennes.
Il fonde Panther (par analogie avec Jaguar) en 1972 et présente dans la foulée une J72. Calquée sur la Jaguar SS100, ce roadster deux places possède une finition très soignée. La version de série utilisera les mécaniques Jaguar contemporaines: 6 cylindres 3,8l ou 4,2l et le V12 5,3l. Malgré un prix élevé, la clientèle est au rendez-vous.

Panther_FF.jpgLoin de se contenter de faire de la monoculture, il multiplie les projets. En 1974, il s’associe avec Willy Felber, le spécialiste allemand du kitsch dans les années 70-80. Le résultat sera la Panther FF (parfois baptisée Felber 330 GTC.) La Felber-Ferrari reprend une plateforme de Ferrari 330 GTC pour en faire une espèce de Lotus Super Seven. Seuls sept véhicules seront produits par Panther (d’autres seront ensuite produites en France.)

Panther_Deville.jpgToujours en 1974, il crée la Deville. Il s’agit d’une berline au style inspiré par la Bugatti Royale (d’où la calandre en fer à cheval.) Sous le capot, le 6 cylindres 4,2l ou le V12 5,3l de Jaguar. Vendue au prix de deux Rolls-Royce pendant une dizaine d’année, sa diffusion sera évidemment limitée. Elton John, célèbre pour son bon goût, en a possédé une.

Il y eu également une version cabriolet.

Panther_six.jpgPanther exécuta des projets encore plus fous. En 1974, son importateur Canadien voulait un véhicule unique pour sa femme. Ce sera le roadster Lazer… Dont la femme en question ne voudra pas. Finallement, il la revendra au prince héritier d’Iran.
En 1977, il créera la Panther 6, disposant d’un V8 Cadillac en position centrale et comme vous pouvez le voir, de six roues.

Panther_Rio.jpgPersuadé qu’avec la crise du pétrole, les acheteurs de Rolls-Royce se tourneront vers des modèles plus modestes (mais aussi luxueux), Jankel imagine la Rio. Il s’agit d’une Triumph Dolomite « rollsisée », tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.
Présentée en 1975, elle est vendue environ 9500£, alors qu’un Dolomite normale en vaut près du tiers et qu’une Jaguar XJ12, nettement plus noble, ne coûte « que » 7500£. Panther en vendra une quarantaine en deux ans avant de jeter l’éponge.

panther_lima.jpgPanther rectifie le tir en 1977, avec la Lima, basée sur l’Opel Kadett contemporaine (alias Vauxhall Viva), dont elle reprend le 2,3l atmo ou turbo.
GT au look « retro » (mais ne s’inspirant d’aucun modèle en particulier), elle amorce le tournant de Panther qui veut devenir un constructeur de voitures de sports.
La Lima MKII, bien qu’ayant la même apparence, possède un châssis en acier inédit.

panther_kallista.jpgEn 1979, Jankel fait faillite et se reconvertit comme carrossier. Panther est alors reprise par Ssangyong, qui fait ainsi ses premiers pas dans l’automobile. Les Coréens sont le pendant des Chinois aujourd’hui et d’aucuns les regardent avec scepticisme.
En 1982, la Kallista (ce qui signifie « la plus belle » en Grec) prend la suite de la Lima. Le carrosserie est désormais en aluminium et surtout, elle propose un large choix de mécaniques Ford.

Avec l’arrêt des J72 et Deville, elle deviendra le seul modèle de la gamme.

panther_solo.jpgAu milieu des années 80, les petits coupés ont presque tous disparus. Panther veut en profiter pour se diversifier. Au salon de Birmingham 1984, elle présente la Solo, qui disposant du moteur de l’Escort XR3. Hélas, Toyota commercialise la MR qui joue dans la même catégorie (mais moins cher) et lui ressemble étrangement.
La Solo retourne à la table à dessin afin de s’en distinguer. Pendant des années, elle est l’Arlésienne de Panther. Elle reçoit une mécanique et une transmission intégrale de Sierra RS Cosworth, tandis que Comtec (une filiale de March) s’occupe du châssis. La Solo réapparait en 1989. C’est un bide et elle s’efface au bout de quelques mois (on ne connaît pas le nombre exact de Solo, car certains modèles ont eu succéssivement plusieurs numéros de châssis.)

Kallista.jpgSsangyong a perdu beaucoup d’argent avec la Solo. Les Coréens tenteront ensuite de déménager la ligne de production de la Kallista en Corée (afin d’éviter les taxes sur les voitures importées.) Le transfert s’éternisera, creusant un peu plus les dettes de Panther. Equipées d’un 2,3l, un petit nombre de Kallista seront fabriquées au pays du matin calme.

Ssangyong est fatigué de sa danseuse, d’autant plus que depuis 1988, il a commencé la fabrication des Korando. La dernière Kallista sort en octobre 1992.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Brève rencontre: Panther"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Hercéo
Invité

Bel article mais il manque l’Equus du début des années 80, joli proto qui devait diversifier la production. La Solo présentée est la 2ème génération. Je ne savais pas que ce modèle avait été commercialisé.
La P6 devait concilier les performances d’une Ferrari et l’aspect pratique et luxueux d’une Rolls (coffre conséquent,…). Pour la petite histoire elle disposait de 2 types de (vraies) roues de secours car les pneus étaient de tailles différentes à l’avant et l’arrière.

Jean Dupont
Invité

A part la J72 initiale, c’est un ramassis de mochetés, la pire étant la fausse Royale (Et pourtant le style rétro ou néo-rétro peut me plaire, voir la Nuovecento et le proto Fulvia).

J’aimerais bien en savoir plus sur la Dolomite rollsisée. S’il en sortit une quarantaine, doit bien y en avoir (vu que nos voisins britons sont, dieu merci, conservateurs) qui ont réchappé du jet massif et continu de cageots entiers de tomates sur leur passage.

wpDiscuz