Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Merkur

Brève rencontre: Merkur

206
9
PARTAGER

merkur_xr4ti.jpgDans les années 80, les constructeurs américains se cherchent. D’où cette idée de Ford (USA): vendons des Ford (Européennes)! Mais comme c’était trop simple, Ford a inventé une marque pour l’occasion: Merkur. Ajoutez-y une stratégie marketing floue et de la concurrence en interne et vous comprendrez pourquoi la greffe n’a pas pris.
87xr4ti.jpgEn 1984, la Mercury Capri (une Ford Mustang rebadgée, à ne pas confondre avec la Capri européenne, ni la rivale malheureuse de la Mazda MX-5) ne va bientôt plus être produite. Pour la remplacer, Bob Lutz, alors chez Ford, a une idée: importer la Sierra XR4i aux Etats-Unis. Lutz est un fan de la Sierra qu’il juge meilleure que la BMW Série 3 contemporaine et la surnomme « la Porsche à 5 places ». Mais son V6 2,8l ne passe pas les normes anti-pollutions. Du coup, elle est équipée du 4 cylindres 2,3l turbo 190ch « Lima » des Ford Thunderbird/Mercury Cougar et Mustang.

Merkur_Insignia.gifLutz veut les distinguer des Ford « normales ». L’état-major compte en revanche s’en servir pour compléter la gamme avec une compacte « sportive ». D’où un mauvais compromis: la voiture, baptisée « XR4Ti » (Oldsmobile avait alors un Cutlass Siera à son catalogue), portera un badge « Merkur », mais sera vendue par Lincoln-Mercury. Slogan: « le hurlement bavarois » (alors que les caisses sont fabriquées à Genk, en Belgique et assemblées chez Karmann à Osnabruck, en Rhénanie.)

merkur_scorpio3.jpgLes ventes sont modestes: les journalistes sont enthousiastes, mais à cause du cout de l’importation, elle est vendue au même prix qu’une Cougar. Or, les vendeurs margent plus sur cette dernière, alors ils ont vite faits de convaincre les clients potentiels d’une XR4Ti d’acheter une Cougar…
Néanmoins, Ford est persuadé de tenir une bonne idée. En 1988, la Scorpio V6 2,9l 140ch (toutes options) est également importée sous le badge « Merkur ». Cette fois, c’est avec la Mercury Sable qu’elle entre en concurrence.

88merkurgto.jpgPour la promouvoir, Ford charge Dave Kent (alors célèbre préparateur de Mazda RX-7 en Imsa) de construire une Merkur XR4Ti destinée à l’Imsa GTU. Les résultats sont moyens et l’année suivante, c’est Jack Roush (LE préparateur Ford aux Etats-Unis) qui construit des XR4Ti (qui n’ont plus grand chose à voir avec la série), cette fois en IMSA GTO. Les XR4Ti Roush décrochent les titres 1986 et 1987, avant de s’exiler en Trans-Am où elles remportent le titre 1988.

Officiellement, si l’aventure Merkur s’arrête en 1989, c’est parce que les airbags devenaient obligatoires sur les voitures américaines (or, à l’époque, Ford Europe n’a pas d’unité de production d’airbags.) Mais nul doute que Ford attendait le premier prétexte pour fermer le robinet.

UsaMerkurs.jpg

Merkur dans les années 80, Chrysler dans les années 90, GM aujourd’hui… Soit Bob Lutz a la poisse, soit il est nul en stratégie.

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Brève rencontre: Merkur"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
mapaulo
Invité

« Starsky et Hutch » font partie de nos souvenirs, aujourd’hui le monde évolue …et les 3 G avec!!!

Jean Dupont
Invité

La Scorpio, surtout la dernière version… ne dites pas à Berreterot que ça existe, il mettrait le feu au blogue que les protestations des Benzophiles ce serait de la roupette de samsonite à côté !

La Sierra (dessinée par le Q… du temps où il savait dessiner) avait une gueule sympa pour des dessous très ordinaires, Cosworth exceptée. J’ai eu la version Diesel : un char à boeufs indestructible, mais des boeufs vraiment boeufs.

mapaulo
Invité

le modèle automobile américain est tombé…
Trooois G, ce monde im-pi-toi-yableu…

http://www.ccfa.fr/revue/affich.asp?date=160307&total_titres=28&pos_titre=15&lig_zone=43&lig_titre=44&nb_textes=5

les gros pick-up avec.

Ce qui inquiète davantage c’est qu’ils ont tjrs 10 années d’avance sur nous!!!

6V3L
Invité

Moi j’aimais bien la XR4… et puis la RS Cosworth (blanche avec l’aileron démesuré). Oui celle là c’était du bestial avec des ruades et des glissades de fou… La RS Cosworth 4×4 est tombée sur un os nommé Integrale, face à qui elle n’a jamais pu lutter. Ce type d’autos n’existe plus et les pilotes du dimanche plus forts sur Play Station qu’au volant n’osent plus risquer leur Subaru sur circuit pour la bagarre, autres temps…

wpDiscuz