Accueil PSA PSA : suicide à l’usine de Charleville-Mézières

PSA : suicide à l’usine de Charleville-Mézières

147
18
PARTAGER

Voiesansissue Il faut d’urgence réagir, car le « phénomène » devient on ne peut plus symptomatique du malaise des entreprises françaises et de leurs salariés.

Alors qu’un cinquième suicide vient d’endeuiller le Centre technique Renault de Guyancourt, le groupe PSA et ses ressources humaines sont confrontés aux mêmes sinistres difficultés.

Un salarié de Peugeot Citroën vient en effet de se suicider en invoquant ses conditions de travail. Et un de ses collègues, sur le site de Charleville-Mézières, se trouve à l’heure actuelle dans un état critique après une tentative de suicide. On comprend pourquoi dans son discours concernant Airbus, le président Jacques Chirac lui-même a du spécifier qu’il s’agissait bien d’hommes, de femmes et d’enfants, parlant des salariés et de leur famille, dont 10.000 d’entre eux seraient sur la sellette….

Un salarié de l’usine PSA Peugeot-Citroën de Charleville-Mézières s’est suicidé le 3 février dernier. Dans une lettre d’adieu, il invoque ses conditions de travail, ont précisé jeudi la CGT et son avocat. Une enquête de gendarmerie a été ouverte. Les gendarmes ont saisi son courrier, selon l’avocat de la famille Me Xavier Medeau, selon lequel son geste est lié à « la pression morale qu’il subissait ».

Contrairement à la décision du parquet de Versailles après le 5ème suicide en  18 mois d’un salarié du Technocentre de Renault à  Guyancourt, il ne s’agit pas d’une enquête pénale sur les conditions de travail.

L’employé de maintenance, âgé de 31 ans et père de deux enfants, travaillait à la fonderie PSA de Charleville, qui fabrique des pièces pour la Peugeot 407. Le constructeur est le premier employeur des Ardennes avec 2.500 salariés. Mais c’est toute la région qui est sinistrée compte tenu des importants problème économiques et sociaux touchant les équipementiers automobiles.

Au parquet de Charleville, « on attend d’avoir quelques éléments qui pourraient nous permettre de soupçonner » que les conditions de travail sont en cause, à propos de cette affaire révélée par le quotidien L’Union.

Le suicide « n’est pas dû à des problèmes personnels mais à des problèmes collectifs, entre autres à l’organisation de travail », a estimé pour sa part la CGT dans une  déclaration au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, le 14 février.

« Rien ne démontre qu’il y ait eu une quelconque pression ou harcèlement », a en revanche affirmé Alain Beaujot, responsable de communication du site PSA. L’enquête a permis, selon lui, d’entendre « des collègues de travail et la hiérarchie » que le défunt citait dans sa lettre posthume.

Un autre salarié se trouve quant à lui dans un état grave après une  tentative de suicide intervenue quelques jours plus tard, selon la CGT, qui  avance dans ce cas-là « des problèmes personnels ».

« Quand on parle de réformes, on parle en réalité du sort d’hommes, de femmes et d’enfants. (…) Cela touche en réalité la vie-même de familles et cela doit être infiniment respecté« , a précisé vendredi dernier Jacques Chirac, lors de son entrevue avec Angela Merkel concernant notamment d’éventuelles suppressions d’emploi chez Airbus.

Sources : L’Expansion, France 3, AFP

A lire également :

. PSA et secteur automobile : les fournisseurs en péril

. Renault : mourir pour des voitures à vivre ?

. Renault:nouveau suicide au Technocentre de Guyancourt

. Renault : création d’un pôle technologique en Roumanie

. Renault : Ghosn prend Chine et Inde comme modèle.

. Renault réduit la cadence en Espagne

. Renault : oui au Brésil, niet en Russie

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "PSA : suicide à l’usine de Charleville-Mézières"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Elisabeth
Invité

test commentaire

superstar
Invité
Ca commence à devenir la mode de parler du suicide de quelqu’un. Même si cela reste douloureux pour toute la famille, il ne faut pas non plus banaliser le fait. Le Blog Auto commence à devenir le blog nécrologie. Et entre deux pages d’employés suicidés, un corbillard gris aux quatre anneaux. Bonjour l’ambiance. Une méthode extrême pour réduire la pression qui mène à ces actes désespérés: l’arrêt de toutes les importations de voitures. Comme ça, pas de constructeurs français qui souffrent. Idée simple et extrémiste, irréalisable et qui ne permettra pas de garder de bons contacts avec le reste du… Lire la suite >>
wizz
Invité

dans la même série des idées « simples », les consommateurs français pourraient aussi être patriotistes.
Ils décident par eux même de ne pas acheter des produits importés, et spécialement des produits venant des pays à bas cout salariaux, à bas cout environnemental.
Ils pourraient essayer d’arreter de vouloir se démarquer de son voisin. « Moi, rouler dans la même voiture Megane que mes ploucs de voisins?????? Niet. Je prends une xxxx…. »

Mais les consommateurs sont ce qu’ils sont….

Lux
Invité
Je souspçonne qu’il n’y ait malheureusement rien de nouveau sous le soleil. Suite à des cas rapprochés chez Renault, chaque nouveau suicide d’un employé travaillant dans l’automobile fait du bruit, mais est-il démontré que leur fréquence ait augmenté ? Et qu’elle est supérieure aux autres secteurs d’activité ? Ca ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire bien sûr, mais restons prudents avant d’en tirer des conclusions catastrophistes sur les conditions de travail dans l’automobile en général. C’est un secteur extrêmement compétitif et donc où les employés sont soumis à du stress et de la pression, mais ce n’est… Lire la suite >>
Keuze
Invité

Moralité, Carlos Goshn n’a pas le monopole du management pressurisé….

wpDiscuz