Accueil Général Peugeot, d’Indianapolis au Mans

Peugeot, d’Indianapolis au Mans

164
3
PARTAGER

DarlmatFr.jpg 

Il est des associations ou des rapprochements étonnants, comme Peugeot remportant les 500 miles dIndianapolis. C’est ce que fit Charles Goux au voalnt dune Peugeot L76 en 1913. Une voiture très performante qui atteint 187km/h! Sous son capot, un moteur à double arbre à cames et 4 soupapes par cylindres.

peugeot_1913A.jpg

Peugeot_1913C.jpg

Peugeot_1913D.jpg

peugeot_1913B.jpg

10 ans plus tard, Emile DarlMat crée son garage Peugeot. Une concession parisienne pas comme les autres, qui conçoit et réalise des modèles hors série. Dès 1936, Emile DarlMat passe à la vitesse supérieure. Conçu par Paulin et réalisé par Pourtout, le roadster 302, né sous linfluence de Charles de Cortanze est une très belle automobile de sport, qui plus est compétitive. Les performances des DarlMat se confirment en 1938, une 402 termine première de sa catégorie au Mans. Le concessionnaire constructeur continue après guerre à travailler sur la 203 Peugeot, en préparant une berline rabaissée capable de 160km/h au lieu de 120km/h pour la version de série. Sans soutien de la firme, il met un terme à ses « spéciales » à la fin des années 50. Le lion reviendra bien plus tard au Mans, après un passage remarqué en rallyes, quils soient sur terre, sur route, sur le sable ou dans les cols

Darmat1936.jpg

Darlmat19363.jpg

Darlmat_19362.jpg
 

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Peugeot, d’Indianapolis au Mans"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
shz972
Invité

Waaa,il y avait deja des moteurs 4soupapes/cyl en 1913!!Une peugeot en plus…éh bé…chapeau!

panama
Invité

Eh oui… les progrès les plus significatifs pour les moteurs à piston ont été effectués dans l’aviation, puis adaptés à l’automobile.

Cf les double arbres 16 soupapes Bentley de l’après-guerre (la première of course)

Dadounet
Invité

Pourrait-on avoir un article sur le camion Latil, 4*4 de cette guerre SVP ?

wpDiscuz