Accueil Nissan Ghosn:pas de recherche de partenaire de Renault/Nissan

Ghosn:pas de recherche de partenaire de Renault/Nissan

58
5
PARTAGER

Alliance Le suspens continue …

Alors que les rumeurs avaient un temps laissé croire à un possible mariage à trois entre Renault, Nissan et un éventuel interessé, le président Carlos Ghosn, cité lundi par le quotidien slovaque Pravda a déclaré que son groupe ne recherchait pas de troisième partenaire en vue d’étendre l’alliance.

Pourtant en octobre dernier, Ghosn avait affirmé non pas avoir envie de fraise mais tout de même avoir des envies d’alliances alors que l’échec des négociations avec GM venait à peine d’être rendu public.

Ghosn aurait-il changé son régime alimentaire ?

Ghosn avait fait part à plusieurs reprises de son intérêt pour une alliance américaine après la rupture l’année dernière par General Motors de discussions préliminaires avec Renault et Nissan.

« Nous n’envisageons rien de similaire actuellement, Renault et Nissan ne recherchent pas un autre partenaire », a précisé Ghosn, cité par Pravda. « L’alliance Renault-Nissan enregistre de bons résultats, nous n’avons besoin de personne comme troisième partenaire, ce n’est donc pas une nécessité ».
Ghosn a ajouté que Renault se concentrerait sur ses objectifs définis dans son plan à 2009.

« Ce n’est pas le meilleur moment pour un élargissement. Mais si une opportunité pour augmenter la productivité à long terme se présente, il est de mon devoir de l’évaluer », a-t-il ajouté.

Ah, tout de même ! il faut toujours laisser une petite place pour le fromage, le meilleur dans les repas comme dans les annonces étant souvent pour la fin …

Source : Reuters

A lire également :

. Renault : des envies d’alliances

. RENAULT-NISSAN : alliance en discussion avec GM

. General Motors et Ford peuvent-ils faire faillite ?

. Ford : la bourse, c’est fini ?

. Automobile : sortie de route pour Renault

. Renault : Ghosn prend Chine et Inde comme modèle

. Renault serre les dents … les actionnaires serrent les fesses

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Ghosn:pas de recherche de partenaire de Renault/Nissan"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Lord_emile
Invité

Ben voyons ! Avec un peu de sagessel le partenaire le virerait en moins de deux, le grand génie visionaire qui doit en bouffer par boîtes des aspirines. Vu les résultats cumulés qu’il a engendré chez Renault et chez Nissan !

seth
Invité

A l’égal d’un Schweitzer, encore un homme qui se plait à diriger une entreprise qui vend des produits qu’il n’aime pas..Un peu marre de ces capitaines d’industrie qui peuvent vendre des voitures comme des chaussures et qui n’ont pas de véritable passion pour l’automobile

anonymous
Invité

« Un peu marre de ces capitaines dindustrie qui peuvent vendre des voitures comme des chaussures et qui nont pas de véritable passion pour lautomobile »

rien à voir, est-ce qu’on demande au pdg d’alstom d’être un fan de train, ou au pdg de danone, d’être fondu de Yaourt!!! Pourquoi cela s’appliquerait au milieu automobile.
On leur demande d’être d’excellents financiers, de charismatiques managers mais pas de vouer un culte à l’automobile.
Leur rôle est de diriger une entreprise, peu importe le milieu (folz venait du sucre, gohsn des pneus), pas d’être collectionneur de majorettes!!
A+

Patrice-L
Invité

Désolé mais je ne pense pas que soient de vrais capitaines d’industrie. Ils n’ont aucun intérêt pour une réelle stratégie industrielle, car ils représentent essentiellement les intérêts du capital financier qui est à la recherche du meilleur rendement (auquel eux-mêmes sont liés par les stock-options).
D’où vient aujourd’hui la réussite des japonais? Ils arrivent à concilier les impératifs industriels (développement, recherche, stratégie à long terme, portection de l’outil et des savoirs-faire) et les impératifs financiers.
A mon humble avis, Carlos Goshn n’est pas vraiment concerné par l’industrie, sauf pour les profits qu’il peut en tirer.

Pierre V.
Invité
Je partage l’avis de Patrice L. pour l’essentiel. J’ajoute que si l’on juge un DG à sa capacité à développer le résultat, tout le reste sert cet objectif ; le destin d’un modèle obéit à cette logique. Concernant la reprise ou le partenariat avec un acteur du secteur automobile, c’est donc la même logique : ou cela accroit la valeur de l’entreprise donc la valeur unitaire du titre, ou cela la dévalorise ; dans ce dernier cas, l’accord ne se fait pas, quel que soit la logique industrielle (plateformes etc.) J’ajoute que quelque part, cela préserve les salariés de l’entreprise… Lire la suite >>
wpDiscuz