Accueil Général Le « French Paradoxe »

Le « French Paradoxe »

154
29
PARTAGER

Olin_Prius.jpgPoint dallusion viticole, mais deux nouvelles concomitantes. La première nous informe que la  France est dorénavant le plus gros marché européen de la Toyota Prius. La seconde nouvelle sétonne de labsence de Mme Nelly Olin,  ministre de lécologie et du développement durable, au mondial de lautomobile alors même que les politiques parisiens, pas franchement autophiles, lont visité et que les constructeurs français, C-métisse en tête, ont mis en avant des prototypes respectueux de lenvironnement ou moins polluants.Quel paradoxe de voir que le succès de la Prius est dû aux mesures daides dun ministère qui visiblement fait peu cas de la chose automobileIl faut se réjouir de voir que lautomobiliste français peut-être sensible à largument écolo, pourvu quil y trouve, et cest logique, un intérêt financier. Les mesures incitatives ça marche. Mais si les constructeurs locaux continuent à récuser systématiquement certaines technologies et à ne présenter que des concepts et le ministère concerné à sen  désintéresser, on peut comprendre pourquoi lauto de demain  trouve dans dautres pays un meilleur écho

Source : autoactu

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Le « French Paradoxe »"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Flo
Invité

Complètement d’accord Bernard.

D’autant que le choix de l’éthanol relève une nouvelle fois d’un choix politique et l’on va se rendre compte dans quelques années une fois que l’on aura dépensé beaucoup d’argent pour l’installer qu’il s’agit d’une erreur ou du moins d’une solution par totalement viable (impact de l’agriculture intensive, etc…)

Le ministère de l’environnement n’a aucune espèce d’influence en France, et ce ne sont pas les Verts qui vont améliorer cela…

Anthony
Invité

J’ai essayé la Prius IPA aujourd’hui à titre informatif et non en vue d’un achat. Je suis littéralement tomber sous le charme de cette technologie : pas de bruit en ville, pas d’à-coup, pas de crampe à la jambe gauche 😉 Bref, no stress avec cette voiture…

Seul regret le prix…

Flo
Invité

Le bioéthanol ne serait à mon avis viable que s’il était produit par une filière « bio » (je sais je reve)
cela aurait bien sur un important surcout, des baisses de rendement mais cela pourrait etre compensé par des économies liées aux achats d’engrais/pesticides qui rappelont le sont fabriqués à base de pétrole, et pourquoi pas par une forte baisse de la fiscalité sur le carburant obtenu , fiscalité qui rappelont le représente 80% du prix du carburant…

Quelqu’un aurait-il quelques chiffres (ex cout des engrais) pour confirmer/infirmer ce que je dis?

(uyq
Invité
« ompensé par des économies liées aux achats dengrais » si l’augmentaion des rendements et les benefices qu’ils entrainent ne compensait pas largement le prix d’achat des engrais tu pense bien qu’acun agriculteur n’en utiliserait maintenant si tu fait du bioethanol « bio », alors qu’il existe du bioethanol « pas bio » au bresil par ex et que ce dernier est -cher lequel va se retrouver dans la pompe de la station service ? en + du bioethanol « bio » va te demander + de surface de cultivation, si tous les pays du monde en font y’a des millions de gens qui vont crever de faim… Lire la suite >>
yacine
Invité

bio ethanol bio et ben pour la demande il va en falloir des champs…

wpDiscuz