Accueil Circuits de légende « Amis de TF1, bonjour… »

« Amis de TF1, bonjour… »

175
13
PARTAGER

Jaguar_type_D_Bueb.jpgAprès les caméras embarquées de Porsche et de BMW, voici une autre video mythique: un tour du Mans en Jaguar Type D avec Mike Hawthorn, en 1956! Suite au drame de l’année précédente, il est là pour démontrer que le circuit est désormais sûr. La voiture est équipée de deux caméras en porte-à-faux et le pilote a un micro littéralement dans sa bouche. A l’époque, pas de chicane des Hunaudières, de rares bottes de pailles en guise de protection… Et plus incroyable, le circuit n’était pas fermé. On y croise donc des voitures, des cyclistes, pas plus choqués que cela d’être frolés par un bolide! Et Hawthorn, en bon gentleman flegmatique: « Typiquement Français. » (video à la fin du post)

Mike_Hawthorn.jpgPremier champion du monde de F1 Britannique, Mike Hawthorn eut une carrière météorique. Né en 1929, il fut marqué par les bombardements nazis durant la guerre, dont il a gardé une haine des Allemands. En 1950, il dispute ses premières courses, à une époque où l’on déboute rarement à moins de 30 ans. 2 ans plus tard, il découvre la F1 avec une modeste Cooper/Bristol. L’année suivante, il est pilote Ferrari. En 1955, sa vie bascule. Pilote Jaguar au Mans, il mène et s’apprète à rentrer au stand lorsqu’il découvre les deux Mercedes-Benz de Fangio et Levegh. Erreur de pilotage ou geste volontaire? Il traverse la piste pour doubler une modeste Austin-Healey, avant de s’engager dans la voie des stands. Le pilote panique et pile. Fangio réussit à slalomer, mais Levegh ne peut éviter le contact. Quel carburant utilisaient les Mercedes-Benz? Les deux voitures forment une boule de feu qui file dans les tribunes, y semant la mort. Hawthorn, choqué, a du mal à conduire ensuite. Il n’en remporte pas moins la course (et sera disculpé lors de l’enquête.)

On raconte qu’une fois, sur le point de gagner, il allait prendre un tour à Fangio. Il a préféré ralentir par respect pour lui. Très chic, il portait toujours un noeud papillon sous sa combinaison. En 1958, il remporte le titre sur Ferrari et marqué par le décès de son équipier et ami Peter Collins, il raccroche son casque dans la foulée. Peu après, sur la Jaguar Mk II avec laquelle il courrait en tourisme, il fait la course avec Moss et sa Mercedes-Benz de fonction, en plein Londres. Il tient à gagner et prenant trop de risque, il percute un arbre. Il n’avait pas 30 ans.

Lire également:
Le Nürburg’ en 911 Ruf…
Le Nürburg’ en M3 GTR

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "« Amis de TF1, bonjour… »"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Television
Invité

Sublime!
Merci.

Laurent
Invité

Très beau document Joest !

Dommage que chez moi il se bloque à 4min 10…
C’est bête mais le truc qui me frappe c’est à quel point les arbres ont poussés : il y a 50 ans la vue était drôlement dégagée dans les hunaudières par rapport à aujourd’hui !

Christophe Labédan
Invité

Superbe… j’etais justement en train de regarder l’avenement de Cooper et du moteur arrière en F1 à partir de 1958… sur AB Moteurs
Qu’elle belle époque…

jpc
Invité

Mythique !
Merci !

fred
Invité

hooo,la maison blanche.

wpDiscuz