Accueil 4x4 Essai Chevrolet Captiva (2) : gloire au Diesel

Essai Chevrolet Captiva (2) : gloire au Diesel

360
10
PARTAGER

Captiva_21On la attendu et il est enfin là : le moteur Diesel dans la gamme Chevrolet. Tout vient à point à qui sait attendre. Mais il était quand même plus que temps. En plus, GM a carrément développé un nouveau moteur pour les Coréens. Il sagit dun 4 cylindres à rampe commune de seconde génération avec turbo à géométrie variable. Sa fabrication a commencé en mars 2006, à Gunsan en Corée du Sud.

Disons les choses franchement : le 2 litres Diesel est le meilleur moteur de la gamme Captiva. Ce groupe motopropulseur de 1991 cm³ dispose dune réserve de 150 ch (110 kW) à 4000 tr/min et dun couple de 320 Nm à 2000 tr/min. Captiva_22Honnêtement, ce coup dessai est un coup de maître. Voici un bloc gasoil qui tient le rythme et na pas à rougir de ces meilleurs confrères japonais ou européens. La Captiva tire toujours son épingle du jeu, soit en jouant sur le couple, soit en montant facilement dans les tours. Pourtant, on ne dispose que de cinq vitesses. Ce qui nempêche pas, une fois la mécanique bien chaude, de rester discret. En cycle mixte MVEG, ce diesel consomme officiellement 7,4 litres aux 100 km garantissant ainsi une autonomie maximum de 870 km avec un réservoir de 65 litres. Il est également doté dun filtre à particules.

Avec lui, on na pas eu trop de mal à se tirer daffaire sur les petites routes de montagne de notre essai. Dautant que certaines étaient vraiment en très mauvais état. La Pologne bat donc la Belgique en terme de réseau routier pitoyable. Finalement, Chevrolet a eu le nez fin de faire essayer là-bas sa dernière nouveauté à la presse européenne. On a ainsi parfaitement pu déceler les points forts de son modèle : agilité et confort. Mais revenons au Diesel.

Captiva_moteurCe quatre cylindres est équipé dun système dinjection à rampe commune de dernière génération made by Bosch. Les injecteurs acceptent une pression de 1600 bars dans la chambre de combustion. Ce moteur à double arbre à cames en tête a également reçu une culasse en aluminium, un arbre déquilibrage et un turbocompresseur à géométrie variable. Notons aussi que les ingénieurs ont pensé à permettre aux aubes de modifier leur position angulaire pour diriger les gaz déchappement sur toute la surface disponible. Histoire de répondre à toute sollicitation du conducteur en augmentant la vitesse de rotation de la turbine et la puissance du compresseur. Il faut déjà descendre sous les 1600 tr/min pour rendre la Captiva poussive. Captiva_diagramme Autrement dit, même si la courbe de couple ne garde pas longtemps son point culminant, le SUV de Chevrolet a toujours de la réserve, en gardant encore 270 Nm à 4000 tr/min,  et se conduit vraiment facilement et efficacement. Confirmation sur le papier avec un 0 à 100 réussi en 10,0 secondes et affiche une vitesse de pointe de 186 km/h.

Loffre essence est double : un 2.4 de 136 ch et un V6 3.2 de 230 chevaux. Tous les moteurs, y compris le Diesel, sont disposés transversalement sous le capot. Avec 2.405 cm³, le « petit » bloc essence quatre cylindres atteint ses 100 kW (136 ch) à 5.000 tr/min et son couple maximum de 220 Nm à 2200 tr/min. Équipé de ce moteur à double arbre à cames en tête, le Captiva 4×4 accélère de 0 à 100 km/h en 11,5 secondes et atteint la vitesse maximum de 183 km/h. Notez quil existe aussi une version deux roues avant motrices avec ce moteur. Avec le 2.4, il faut parfois jouer du levier de vitesse de la boîte à cinq rapports. En agglomération, en vaste plaine ou sur autoroute, tout se passe très bien. Le moteur doit juste être bousculé pour les dépassements et les virées sinueuses et pentues. Il sagit dun bloc Holden (une marque australienne du groupe GM rebadgant des Chevrolet) qui avale 9,3 litres aux 100 km en cycle mixte.

Captiva_24Avant de nous intéresser au moteur 3.2, on va insister un peu sur le châssis de la Captiva. En fait, le haut de gamme essence a droit à de petits ajustements. Donc, la Captiva propulsée par le 2.0 Diesel et le 2.4 essence a montré que ses concepteurs avaient réussi à proposer un véhicule de loisirs agréable à conduire. Cette voiture possède une grande tenue de route et évite le balancement de roulis en virage. Preuve dune bonne conception. Selon le constructeur, le châssis de la Chevrolet Captiva a été spécialement conçu pour répondre aux besoins des automobilistes européens. Dailleurs, il a été testé sur les pistes dessai de GM à Millbrook, en Grande-Bretagne, ainsi qu’à Pferdsfeld, en Allemagne. Ce véhicule, disponible en option avec sept places, repose sur une suspension avant à éléments MacPherson et à une suspension arrière à quatre biellettes. Et, hormis le modèle dappel deux roues motrices, il est aussi équipé dune transmission intégrale.

Captiva_25Ce 4×4 fonctionnera plus souvent en mode deux roues motrices, puisque dans les situations de conduite normale, les forces dentraînement sont réparties sur les roues avant. Mais, si les choses se corsent, les roues arrière deviennent motrices avec un rapport de couple pouvant atteindre 50:50. Outre le patinage des roues, le système analyse également de nombreuses autres informations concernant la position de la pédale daccélérateur, le régime du moteur, la vitesse du véhicule, le taux de lacet et langle de braquage du volant. La transmission fonctionne selon le principe des embrayages pilote et multidisques. Le passage des 2 roues aux 4 roues motrices ne prend que 100 millisecondes (trois fois moins quun clin dil). Les deux embrayages, lun pilote électromagnétique et un autre multidisque à bain dhuile, sont pilotés par un module qui, lorsque la situation lexige, met sous tension la bobine délectroaimant de lembrayage pilote pour lactiver. Ce dernier exerce dès lors une pression sur lembrayage à bain dhuile et plus la pression sera forte, plus la force transmise aux roues arrière sera importante.

Captiva_26Sur terrain difficile, on ne peut pas verrouiller manuellement la transmission. Lélectronique a tous les droits. On a juste la possibilité dappuyer sur un bouton pour activer le système DSC de contrôle de descente qui freine automatiquement le véhicule sans que le conducteur nait besoin denfoncer la pédale de frein. Lors de lessai, on na pas eu de peine à traverser un terrain boueux et à se balader sur la rocaille. Dailleurs, les suspensions là aussi ont montré leur efficacité puisque, nous, les occupants supportions sans mal les bosses et autres obstacles sur les chemins forestiers. Enfin, les modèles sept places et ceux dotés de lAWD (transmission intégrale) reçoivent également un correcteur dassiette. Ainsi, les deux roues arrière ne sont pas dotées damortisseurs classiques mais plutôt dun système intégrant une pompe, un réservoir, un capteur et un mécanisme de réglage des amortisseurs.

Captiva_23Sur la route, la Captiva nous a séduit par son comportement avec les deux plus petits moteurs. Certes, la direction assistée manque un peu de consistance, mais le conducteur lambda apprécie de type de voiture sans surprise, agile et rudement efficace. On ne sen plaindra donc pas trop. Par contre, le 3.2 nous a malheureusement moins amusé. Avec un V6 de 230 ch, on se disait quon allait vivre un moment super sympa. Et pourtant. Déjà il y a la boîte automatique à cinq vitesses, trop lente. Pourtant, Aisin, le fournisseur, nest pas le dernier venu. Ensuite, il y a la tendance de la Captiva, ainsi motorisée, à sous-virer et à piquer du nez. Apparemment, elle supporte mal le surplus de poids à lavant provoqué par la présence dun moteur de plus grosse cylindrée. Ensuite, il y a des réglages différents de suspension.

Et dire que sur le papier cest prometteur. Ce moteur développe 230 ch (169 kW) et un couple de 297 Nm pour une cylindrée de 3195 cm³. Ce V6 autorise à la Captiva une vitesse de pointe de 204 km/h. Et puis, elle na théoriquement besoin que de 8,8 secondes pour accomplir le 0 à 100 km/h, départ arrêté. Captiva_27 Ce six cylindres est équipé dune distribution à calage variable, côtés admission et échappement, associée à un collecteur dadmission dair variable. Ce moteur, également produit par Holden en Australie, sinscrit dans une nouvelle gamme de moteurs tout aluminium de General Motors. En conduite cool et sur les rubans, il est vrai que cette solution est silencieuse et joue la carte de la sérénité. Dautant que cette motorisation nest disponible quavec la transmission intégrale. Là où cela se complique cest lorsque que lon se dit, à raison, quavec une telle artillerie, on peut pousser la mécanique. Et bien non, la BVA sessouffle, le moteur attend et lavant ne sait plus où aller. Alors, on se calme et on adapte un style de conduite à laméricaine. Et là, tout redevient plus placide.

Captiva_28 La Chevrolet Captiva est donc très différente selon la motorisation choisie. Bonus maxi plus pour le Diesel particulièrement agréable et efficace. Et, en terme dagrément de conduite, le petit moteur essence na pas à rougir de son grand frère. Loin de là.

À suivre

Captiva_29 Sites constructeur : FranceBelgiqueInternational

1re partie : la prise en main

Captiva_210 Photos : Chevrolet.

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Essai Chevrolet Captiva (2) : gloire au Diesel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Joest
Invité

Bref, la voiture idéale pour se paumer en Pologne, n’est-ce pas MM. du Blog auto?

« Quand te reverrai-je, pays merveilleux? » (air connu)

Dadounet
Invité

Est-ce que le prochain Opel Antara est proche de ce Captiva ?
J’avais eu l’impression sur une photo du début de compte-rendu de l’essai que l’écran GPS est tout petit ; est-ce exact ?
Merci.

pao
Invité

« GM a carrément développé un nouveau moteur pour les Coréens »
Euh, si je ne me trompe pas il s’agit du 1.9jtd en version 150ch monté dans pas mal de véhicules du groupe Fiat et GM (opel, Saab, Cadillac).
Sinon, l’Opel Antara est très proche du Captiva sauf qu’il est plus court d’une quinzaine de cm et n’est donc disponible qu’en 5 places.

Axel69700
Invité

Oui la base est commune avec l’opel antara,mais ils autont un style très différent et un intérieur aussi différent.
Pour ce qui est du diesel du Captiva,c’est un moteur qui est issu de l’alliance GM/daewoo-VM motori.
Il me semble qu’ils fabriquent aussi les diesel pour Hyundai.
Par contre je ne sais pas quel diesel l’antara aura droit,le bloc 1.9l fiat/alfa ou le 2.0 GM…

Amine
Invité

Les diesel Hyundai ne sont-ils pas d’origine detroit diesel? les premiers crdi en tous les cas l’etaient, le 1.5 et le 2l. Hyundai fabrique ses mooteurs en commune avec Dailmer chrysler et mitsubishi dans le cadre du Gema!

wpDiscuz