Accueil Actualités Entreprise Groupe VW: remue-ménage

Groupe VW: remue-ménage

38
5
PARTAGER

107884_normal Les tensions au sommet du groupe VW continuent de s’activer. A croire que nous sommes revenus 7 ans en arrière lorsque le PdG de VW Ferdinand Piëch menait une guerre sans merci contre son homologue de BMW, Bernd Pischetsrieder, pour prendre le contrôle de quelques marques prestigieuses britanniques. Aujourd’hui l’ancien boss du constructeur bavarois est à la tête du directoire de VW alors que le grand ingénieur, petit fils de F.Porsche, est président du conseil de surveillance. Ce dernier avait récemment évoqué la possibilité que le conseil n’accorde plus la confiance à Bernd Pischetsrieder en critiquant ses décisions de restructuration. Retournement de situation puisque voilà l’actuel patron reconduit jusqu’en 2012. Et Piëch sommé de démissionner.

Piëch, déjà épinglé pour sa présence au directoire de Porsche en même temps qu’à celui de VW, se voit reprocher sa mise en doute publique de la politique de réduction des coûts de Bernd Pischetsrieder. En se rangeant derrière le personnel et en demandant plus de considérations pour les employés du groupe, Ferdinand Piëch a tenté de maintenir son influence déliquescente à la tête du groupe allemand.

Forcément, les investisseurs actionnaires n’ont que très peu gouté à ce petit jeu et accuse Piëch d’avoir sapé l’autorité de la direction actuelle avant des négociations cruciales avec les syndicats et ainsi retardé l’application de mesures plus qu’urgentes. Ils demandent ouvertement son départ du conseil.

En attendant, Bernd Pischetsrieder savoure sa petite victoire. Lui qui n’a concédé qu’un minimun de garanties aux représentants du personnel fait coup double en étant reconduit grâce aux voix de ces derniers et en faisant porter la colère des investisseurs vers l’homme qui lui a sans doute causé le plus de maux de tête depuis 7 ans !

Le plan de restructuration baptisé "ForMotion Plus" doit permettre de tripler le bénéfice du groupe pour le porter à 5.1 milliards d’euros d’ici à 2008.
L’annonce de la restructuration drastique de la branche brésilienne de VW étouffée par l’appréciation de la monnaie locale face au dollar devrait aboutir à plusieurs milliers de suppressions d’emplois. Et peut être d’usines.

L’ouvrier brésilien aura t’il autant de poids que son homologue allemand ?

Lire également: Les autobahns de la colère
                         Restructurations: et le prochain est Volkswagen            
                         Porsche & Volkswagen: grincements            

source Autoactu.com

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Groupe VW: remue-ménage"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Bern
Invité

C’est surtout en Allemagne que ca va degraisser…
Bernd avait annonce il ya quelques temps qu’il considerait qu’il y avait 2 fois trop d’employes en Allemagne.

Hier encore, il annoncait d’autres suppressions d’emploi.

Elisabeth
Invité

Dur dur en ce moment en Allemagne donc , avec les pbs dans la métallurgie !

Elisabeth
Invité

Coucou , patrick , tu peux ouvrir la bouteille , ton article est très bien référence sur le sujet sur Google Actu Suisse !!

et oui les suisses bcp intéressés que les Franbcais pour l’economie …

yves
Invité
Bernd ( soyons amicaux) considère qu’il y a 2 fois trop d’employés en allemangne ? Et si il considérait une bonne fois pour toute ses compétences à lui ? car jusqu’a présent il n’a pas prouvé grand chose en matière d’étoffe manageriale. Ne perdons pas de vue que BMW l’a viré pur sa gestion calamiteuse… Si les affaires vont mal pour VW, je doute que ce soit les ouvriers et les employés qui en soit la cause…Il suffit de jeter un oeil sur la production VW, se documenter sur son coût d’utilisation, sa fiabilité devenue aléatoire et sur le service… Lire la suite >>
brg
Invité

Quand on compare avec le choix de Carlos GHOSN:
pour maintenir les emplois, il faut augmenter
la production soit tout le contraire des autres …
qui disent comme il y a surproduction, il faut licencier …

wpDiscuz