Accueil F1 GP de Saint-Marin: La revanche de Schumi

GP de Saint-Marin: La revanche de Schumi

280
141
PARTAGER

Schumacher_1
27°C dans l’air, 43°C sur la piste, les conditions sont estivales à Imola lorsque les 22 pilotes prennent place sur la grille de départ de ce premier Grand Prix européen de la saison. Au feu vert, Michael Schumacher réalise un envol impeccable de sa pole position devant le reste de la meute. Fernando Alonso grapille, quant à lui une place au détriment de Barrichello qui se fait également passer par Massa. Les pilotes ont à peine parcouru quelques hectomètres lorsque la voiture de sécurité entre en piste en raison d’une impressionnante série de tonneaux de la Midland d’Albers, véritablement poussée dans les graviers par Ide.

A la suite d’une telle bévue, on ne donne plus cher de la peau du japonais, déjà en sursis chez Super Aguri. Après seulement deux tours de neutralisation, la safety car s’efface, l’occasion pour Schumacher de repartir en tête devant Button, Massa et Alonso. Derrière l’espagnol, Barrichello se fait surprendre et laisse un
boulevard entre lui et son prédécesseur au moment du re-start,
pénalisant par la même occasion l’ensemble de ses poursuivants. Au quatorzième tour Barrichello ouvre le bal des ravitaillements mais perd beaucoup de temps aux stands. Son équipier Button l’imite un tour plus tard confirmant la stratégie agressive de Honda. Pendant ce temps Alonso attaque et revient au contact de Massa, alors deuxième. L’espagnol n’aura pas besoin de tenter un dépassement puisque Massa opère son premier ravitaillement au 19eme tour, un tour avant son chef de file chez Ferrari. Au 21eme tour de course, Alonso se retrouve en tête avec 7 secondes d’avance sur Schumacher et 12 sur Montoya. Jusqu’à son premier arrêt effectué au 25eme tour, la Renault hausse encore le rythme en améliorant au passage le meilleur tour en course. A sa sortie des stands, Alonso a chipé la seconde place à Button et se retrouve 11 secondes derrière Schumacher.

Au 30eme tour, pour son second arrêt, Button perd de précieuses secondes en arrachant l’embout de sa machine à ravitailler. La faute au mécanicien responsable de la "sucette" qui l’a libéré trop tôt. Fort heureusement l’incendie est évité et Button peut reprendre la piste. En tête, Alonso fond littéralement sur Schumacher à raison de plus d’une seconde au tour. La jonction entre les deux champions du monde s’opère au 34eme tour. La bagarre peut alors commencer. Pendant quelques tours, on se croit revenu un an en arrière avec un Alonso se montrant particulièrement menaçant derrière la Ferrari. Sauf que cette fois les positions sont inversées.

Derrière les deux champions, Massa et Montoya refont leur retard par poignées de secondes. Le rythme de Schumacher est anormalement lent ce qui impose à Renault d’avancer le second ravitaillement d’Alonso pour lui permettre de passer l’allemand dans les stands. Malheureusement pour eux (mais heureusement pour les spectateurs) il ressort juste devant l’espagnol après son second arrêt, effectué un tour plus tard. Alonso n’a plus le choix, il doit passer le septuple champion du monde sur la piste s’il veut gagner ce Grand Prix. Il lui reste alors 19 tours pour trouver l’ouverture.

Jusqu’à 4 tours du drapeau à damiers, l’écart entre les deux hommes n’excède pas 5 dixièmes de secondes, sans qu’Alonso ne porte de véritable attaque sur la Ferrari qui le précède. Une légère erreur de sa part qui le fait passer tout près de la catastrophe après avoir tutoyé un vibreur d’un peu trop près scelle le sort de cette course. Dans l’optique du championnat, Flavio Briatore ordonne à son pilote de se maintenir derrière Schumacher et d’empocher les 8 points qui ne font que conforter son avance au classement général.

Derrière, Montoya complète le podium juste devant Massa et son équipier Raïkkonen qui réalise une course plutôt anonyme.

Ce Grand Prix constitue le premier "véritable" succès de la Scuderia depuis le Grand Prix du Japon 2004. Michael Schumacher en profite par la même occasion pour empocher sa 85eme victoire et prendre sa revanche sur le Grand Prix d’Imola 2005.

Ferrari confirmera-t-elle sont retour en forme lors du prochain Grand Prix ? Réponse dans quinze jours au Nurburgring.

Classement:

1.  5  M.SCHUMACHER Ferrari           B   1h31’06"486  201.261 Km/h 

2.  1  ALONSO       Renault           M   +  0’02"096  201.184 Km/h 

3.  4  MONTOYA      McLaren Mercedes  M   +  0’15"868  200.679 Km/h 

4.  6  MASSA        Ferrari           B   +  0’17"096  200.634 Km/h 

5.  3  RAIKKONEN    McLaren Mercedes  M   +  0’17"524  200.618 Km/h 

6.  9  WEBBER       Williams Cosworth B   +  0’37"739  199.881 Km/h 

7. 12  BUTTON       Honda             M   +  0’39"635  199.813 Km/h 

8.  2  FISICHELLA   Renault           M   +  0’40"200  199.792 Km/h 

9.  7  R.SCHUMACHER Toyota            B   +  0’45"511  199.600 Km/h 

10. 11  BARRICHELLO  Honda             M   +  1’17"851  198.435 Km/h

Championnat pilotes:

1. ALONSO     36 Pts
2. M. SCHUMACHER    21
3. RAIKKONEN     18
4. FISICHELLA    15
5. MONTOYA    15
6. BUTTON    13
7. MASSA    9
8. R. SCHUMACHER    7
9. WEBBER    6
10. HEIDFELD    5

Championnat Constructeurs:

1. RENAULT    51 Pts
2. MC LAREN MERCEDES    33
3. FERRARI    30
4. HONDA    15
5. BMW SAUBER    10
6. WILLIAMS COSWORTH    8
7. TOYOTA    7
8. RED BULL    2

Source image: F1-live

Poster un Commentaire

141 Commentaires sur "GP de Saint-Marin: La revanche de Schumi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
S A R B O
Invité

J’ai suivi la course en direct de l’Atelier Renault sur les champs Elysées, il y avait une bonne ambiance !

Super course et duel de deux grands champions du monde, on aurait crû qu’il ne restait qu’eux sur la piste ! En tout cas, Schumi est toujours là et toujours aussi fort pour gérer les situations même les plus délicates… BRAVO !

Josh
Invité

Et dire que la 5eme place sur la grille était un coup dur pour ALonso ( J’ai drolement Ris )

Une belle victoire pour schumi (a voir) si Flavio a dit a Alonso de Ralentir… Je ne conteste en rien son talent

Stéfane
Invité
Où sont les anti-Schumi et les anti-Ferrari? Ils doivent chercher quel commentaire à faire après cette victoire de Schumi! J’avais prévenu : la victoire de Schumi n’était pas acquise mais le leader de la Scuderia était en meilleure position que les autres pour empocher la victoire. J’avais aussi dit que les Honda ne seraient pas un si gros problème que cela. Et on a vu le résultat! Que peut-on dire? Simplement que le succès fut acquis de main de maître et il est indiscutable! La pole position n’était pas due au hasard! La 248 F1 était simplement au-dessu du lot,… Lire la suite >>
Stéfane
Invité

Une dernière précision afin que les mauvaises langues s’emparent du sujet : Schumi a bien un des soucis mais les vérifications à distance ont montré que cela n’était pas plus inquiétant que cela et que la quantité d’essence économisé n’était pas étrangère à cela. Donc qu’on n’y voit pas une plus grosse faiblesse que cela de la 248 F1. Elle n’est pas encore parfaite cette monoplace rouge mais elle va encore progresser pour dans deux semaines!

ga force
Invité

schumy est le boss de la f1 tout simplement.
par contre ferrari ils faut qu ils continuent sur leurs lancée ca la r26 est supêrieur a la 248f1 et ca se voit que schumacher peut gagner avec une voiture un peut moins performante.Et je pense que alonso et les autres ne peuvent pas realiser une performance que celle ci. « SCUMACHER T ES LE BOSS INCONTESTE DE LA FORMULE 1 »

wpDiscuz