Accueil Historique Le haut de gamme tricolore: le mythe de Sisyphe: IV: TALBOT et...

Le haut de gamme tricolore: le mythe de Sisyphe: IV: TALBOT et la TAGORA.

153
7
PARTAGER

Tagorasx_1Impossible de terminer le sujet sans rappeler la marque TALBOT et son modèle TAGORA. Ce serait comme insulter une nouvelle fois un blason et une voiture au destin de gueule cassée.

Ce n’est pas que l’ensemble ait été mauvais, c’est que, jamais, ses décideurs n’ont su très bien quoi en faire, alors que le potentiel était pourtant là. Puis les conflits sociaux ont fini par avoir définitivement sa peau. Elle mérite bien un modeste rappel.

TalbottagoraEn 1978, le groupe PEUGEOT-CITROEN prend possession de CHRYSLER-Europe. Il y découvre, dans les cartons, le projet C9, soit la remplaçante des vieillissantes CHRYSLER 180 et 2 litres. La gestation durera jusqu’en 1980 où, au salon de Paris d’octobre, un nouveau haut de gamme français fait son entrée: la TAGORA.

Entre-temps, elle a été rebadgée TALBOT, nom officiel depuis le 10 juillet 1979. Elle a bénéficié des organes tout droit issus de PEUGEOT. Seul, son 2,2 litres 4 cylindres est la survivance d’un passé révolu. La tâche est immense: positionner le blason, conquérir sa place et l’affermir. Pour cela il faut une détermination sans faille et voir sur le long terme. Exactement le contraire de ce qui va se passer…

Tagora_tbord1La gamme se décline en trois temps: un 2,2 litres essence de 115 ch avec deux niveaux de finition dits GL et GLS (5 rapports), un diesel turbo de 80 ch baptisé DT et, surtout, un V6, le PRV de la 604, estampillé SX, de 165 ch. A la sortie de la TAGORA en février 1981, cette SX est tout simplement la berline française la plus puissante jamais construite.

Au printemps 1981, une version dite "Présidence" est à l’étude et présentée au salon de Francfort; télévision, magnetoscope, chaîne Hi-Fi, téléphone, rien ne manque pour le business-man pressé. L’esprit haut de gamme est bien présent. Mais la marque TALBOT n’arrive pas à s’ancrer et le vaisseau amiral TAGORA est le premier à en souffrir. Dernier soubresaut, en 1983, une 2,2 litres revisitée par PORSCHE qui présentera fièrement 160 ch.

Mais les tergiversations politiques et les sabotages sociaux feront sombrer tout le navire. L’acte de decès de la TAGORA est enregistré, déjà, en juin 1983. 20 133 exemplaires ont été produits.

Talbottagora_81Cette courte vie porte en son sein toute la problématique française à l’entame du monde du haut de gamme. Il y a toujours eu un partage entre une volonté d’accéder au sommet et de populariser le rêve pour mieux en tirer profit. L’osmose n’a jamais su être faite entre ces deux impératifs, les modèles présentés étant, certes, techniquement intéressant, mais à la finition aléatoire et aux motorisations faiblardes pour des raisons d’accessibilité tarifaire. Aujourd’hui encore, la quadrature du cercle n’est toujours pas dessinée… 

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Le haut de gamme tricolore: le mythe de Sisyphe: IV: TALBOT et la TAGORA."

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Laurent
Invité
Celle là, je l’avais carrément oubliée ! D’ailleurs ça fait bien quelques années que je n’en en point vu. La conclusion est très juste. On veut faire des autos de prestige et en même temps on a du mal à assumer la décision, alors on fait dans la demie-mesure. Manque de confiance qui fait que nos constructeurs essaient de se raccrocher tout de même à une clientèle qu’ils connaissent déjà ? Aujourd’hui je crois que c’est pire que jamais car entre temps la bataille au plus haut niveau a été intense et la barre s’est élevée très haut alors que… Lire la suite >>
P.G
Invité

Excellente série ! Merci André.

Jean-Bernard
Invité
Bonjour, vous résumez bien la situation semble-t-il. J’ai eu une Tagora DT achetée en 1987 pour une bouchée de pain, alors qu’elle avait 153000 km. Je l’ai emmenée à 350000, puis revendue à un collectionneur (eh! oui, un fan des SIMCA, Chrysler et autres Talbot) en 1996. C’était du vrai confort, de belles garnitures (tissus et panneaux, ma Tagora avait un intérieur fauve clair très lumineux et très agréable), le 2.3 Turbo D de Peugeot allait pas mal, même si avec 80 ch, on ne faisait pas de courses de côtes ! Mais la carrosserie, quelle misère. La voiture rouillait… Lire la suite >>
florian
Invité

bonjour, j’aurais une question pour l’auteur de l’article : où a-t-il trouvé l’existence d’une tagora 2.2 préparée par porsche avec 160 cv ? collectionneur de ce modèle, je suis intéressé par cette info. si l’auteur, mr Lecondé je crois, veut bien me renseigner je lui serais reconnaissant qu’il laisse un commentaire pour que je puisse le contacter et que nous échangions nos coordonnées. merci.

gilles
Invité

Moi aussi je suis très curieux de cette Tagora Porsche !
N’y aurait-il pas confusion avec la Peugeot 505 turbo-injection qui était équipé du moteur Tagora complété par un turbo et qui a développé successivement 150, 160(avec un échangeur air-air) puis 180 ch.

wpDiscuz