Accueil Toyota Toyota bB : nuit sauvage

Toyota bB : nuit sauvage

73
3
PARTAGER

Toyota_bb_discoLes plus jeunes me pardonneront ce titre réminiscent d’un tube des années 80 mais c’est la première chose qui me soit venu a l’esprit à la vue de la nouvelle Toyota bB présentée lundi a Tokyo. A vrai dire, ce n’est pas vraiment une totale nouveauté puisque qu’un concept car annonciateur était exposé au Salon de Tokyo en octobre. La surprise, c’est que Toyota n’a pas joué la sagesse et a gardé pour la version de série les fonctions les plus spectaculaires du concept. Le responsable me l’avait dit lors du salon, mais je ne l’avais pas cru.

Jugez plutôt: 9 haut-parleurs dont un subwoofer dans la console centrale plus un système Surround avec DSP, un éclairage d’ambiance bleuté configurable réparti sur 11 emplacements différents, y compris le fond des porte-gobelets, qui pulse avec la musique, et la fonction qui tue, le rêve des Casanova du minispace, le mode « mattari » des sièges avants: l’accoudoir central se relève pour former banquette, le dossier s’étend bien entendu vers l’arrière, mais de plus l’assise du siège s’enfonce à la demande de 80 mm. Le dossier de presse s’en tient prudemment à « relaxation » pour décrire cette fonction, c’est un peu réducteur par rapport à tous les usages qu’on peut imaginer pour cette configuration…

Toyota_bb_blackL’extérieur n’est pas particulièrement sobre non plus, et les couleurs disponibles ne sont pas en reste : mauve sombre, mordoré, noir… Le moins qu’on puisse dire, c’est que Toyota ne cherche pas le consensus, ce qui ne les empêche pas de viser 5000 exemplaires vendus par mois. Et en plus ce ne sont pas les kits carrosserie qui manquent si d’aventure le client trouvait la bB trop timide.

Au niveau mécanique, la bB est disponible en deux ou quatre roues motrices avec au choix le 1,3 litre la géneration précedente ou bien un nouveau 1,5 litre VVT-i, la boîte étant une automatique a 4 rapports.
Le niveau de CO2, le taux de matériaux recyclables et le contrôle de la nocivité de l’atmosphère intérieure sont bien évidemment meilleurs que les normes japonaises en vigueur, comme c’est dorénavant le cas pour toutes les voitures qui sortent sur l’archipel nippon.
Les prix selon les configurations s’échelonnent de 1.344.000 yens (9600 euros) à 1.848.000 yens (13600 euros).
Toyota a bien étudié ses clients et pris la température de la rue, comme on dit. De là à mettre tout ça en série, il y a un grand pas que le géant japonais n’a pas hésité à franchir. L’avenir dira si il avait raison, mais on peut saluer l’audace du geste.

Source : Toyota (Thanks Paul !)

Lire également:
Tokyo 2005 : Toyota bB Concept

Toyota_bb_yellow
Toyota_bb_purple
Toyota_bb_illuminations
Toyota_bb_dash
Toyota_bb_white
Toyota_bb_seats
Toyota_bb_mattari_button
Toyota_bb_mattari_seats
Toyota_bb_dial
Toyota_bb_logo

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Toyota bB : nuit sauvage"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ego
Invité

il me semble que le honda S-MX des ’90 intégrait la même fonction couchette…

Pierre-Laurent
Invité

C’est possible… Je regarderai si je tombe sur un S-MX un de ces jours. C’était vraiment le précurseur du bB, mais Honda n’a pas donné suite. Le modèle suivant le Kappa était dèjà beaucoup plus familial et n’a pas fait long feu, et maintenant Honda fait ses choux gras avec le StepWgn et le Mobilio, mais ce n’est plus le même esprit.

Pierre-Laurent
Invité

Je viens de vérifier sur le site de Honda qui a gardé la présentation du S-MX en archive. Les sièges sont transformables mais il n’y a pas l’abaissement de l’assise du siège de 8 cm comme dans le bB, qui fait passer le sujet sous la ligne de flottaison, si je puis dire. Pour l’avoir essayé au salon de Tokyo, c’est assez marrant, mais il faut aimer passer son temps dans sa voiture à l’arrêt. Et il y a effectivement pas mal de Japonais qui en sont adeptes.

wpDiscuz