Accueil Nostalgie ALFA 75: La fin d’une époque.

ALFA 75: La fin d’une époque.

294
12
PARTAGER

Face L’Alfa Romeo 75 a été produite de 1985 à 1992 et reste la dernière émanation d’une longue lignée de berlines Alfa à propulsion. Cette familiale qualifiée "d’objet de culte" par ses promoteurs de l’époque est, en effet, le 4°modèle de la lignée des classiques du constructeur milanais, avec moteur double arbre avant, boite de vitesses à l’arrière et pont de Dion. Après la "90" remplaçant l’Alfetta, la 75 succède ainsi à la Giuletta…   

Arriere Commercialisée en France en Juillet 1985, la gamme débute avec un 1,6 l de 110 ch pour se poursuivre avec un 1,8 l de 120 ch et un 2 l de 128 ch. Le marché français se voit privé de la version 2,5 V6. En 1987, les motorisations se modernisent avec l’apparition du concept "Twin Spark", soit un 2 l double allumage de 148 ch, mais touche à la félicité avec un superbe V6 3 l de 188 ch qui sera ensuite porté à 192 ch. L’acoustique de ce dernier, bien que moins feutrée que le fameux 2,5 l faisant le bonheur du coupé GTV, s’inscrit parmi les plus belles mélodies de la production automobile. Entre-temps, en mars 1986, était apparue une motorisation sans doute moins noble mais au tempérament sulfureux: la 1,8 l turbo de 155 puis 165 ch. Propulsion, Turbo, aucune assistance à la conduite, le plaisir du pilotage n’est pas loin…75am

1987 marque aussi un important rafraîchissement plastique avec l’arrivée des versions "America". Nouveau bouclier avant, bas de caisse aérodynamiques et béquet arrière. Loin d’alourdir la ligne générale, ces appendices donnent à la 75 une esthétique aboutie. Une "Potenziata" sonnera le début de la retaite avec direction assistée et jantes de 15 pouces.

75wheelspin_2Les Alfa de cette époque n’étaient ni faciles à vivre, ni dociles à dompter, mais, paradoxalement, c’est ce qui faisait leur charme. Faire chauffer avant d’attaquer, faire reposer avant de mettre en sommeil, être stricte sur les révisions, regarder les niveaux régulièrement, et l’Alfa rendait au centuple ces attentions par des envolées rageuses, des accélérations franches et un grondement sympathique.

L’Alfa 75 est la dernière Alfa Romeo d’une époque où la clientèle achetait la marque en sachant pertinemment qu’on leur vendait d’abord un moteur et qu’il fallait se débrouiller avec le reste. L’heure est à présent aux sigles electroniques annoncés salvateurs dans certaines conditions et aux caisses alourdies. Le plat épicé est passé de l’aigre-doux à l’insipide. Le conducteur déresponsabilisé s’en est parfaitement accommodé. C’est sans doute le progrès et Alfa y a d’ailleurs trouvé les raisons de son éclatant renouveau. Mais ce n’est plus la même histoire…   

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "ALFA 75: La fin d’une époque."

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Laurent
Invité
Etrange cette voiture. Pas franchement un canon esthétique avec son gros popotin et ses roulettes de 14 pouces (les 15 sont apparues bien tard et que sur la V6 America et la Turbo Potenziata), avec une qualité de finition perfectible, une ergonomie personnelle (les commandes vitres électriques au plafond, un frein à main comme sur la dernière Mégane…) Mais à l’usage…. Ah, cette rage mécanique, ce son…. Elle reste un souvenir attendri pour bien des anciens propriétaires et un choix passionnel pour bien des nouveaux utilisateurs qui la bichonnent bien plus qu’elles ne l’étaient il y a 5 ans… On… Lire la suite >>
Jacques
Invité
Pas vraiment esthétique peut être pour aujourdhui, mais si lon revient 20 ans en arrière ce nétait pas si mal à lépoque ! Il faut quand même reconnaître quAlfa avait fait de gros progrès sur la carrosserie par rapport aux Alfasud ou autres. Ma 75 2.0 Twin Spark na quun petit point de rouille a larrière. Cest vrai quelle nest pas facile à dompter sous la pluie, larrière décroche facilement si lon appuie un peu trop dans les virages ou sur des pavés, jen ai fait lexpérience plus dune fois. Mais cela fait partie de son charme et du tempérament… Lire la suite >>
greg
Invité

Je suis moi meme atteint du virus 75 et je suis d’accord pour dire que c’est une voiture d’exception
En dessous de 3000 tours/min, elle broute, me reclame de chatouiller l’accelerateur et son temperament fougueux et rageur
Je ne la possede que depuis 1 mois mais 1 mois d’ivresse de la conduite
mon oncle qui la possedait avant moi me l’a donner et c’est un tres beau cadeau.Apres 2000 euros de frais environs elle marche du tonnerre et donne bien le temperament de ces ainées
bref, une merveille que je ne peut que recommander

julien
Invité

bonjour je possede une alfa 75 t s ,j’ai un petit souci mon cable de trappe de coffre a cassé coté serrure ,donc je ne peut plus ouvrir . Pouvez vous me donner une solution merci

Bertrand
Invité
Tout d’abord, je vais me dresser contre ceux qui prétendent cette auto disgracieuse … Personnellement, j’adore cette voiture depuis l’enfance pour son look tout d’abord. Quelle gueule !!! Question finition intérieure, une Peugeot 405 avait de série fermeture centralisée et vitres électriques av en entrée de gamme ??? Ceux qui en ont possédé une et gardé quelques années se souvienent certainement de la mauvaise qualité d’assemblage et des matériaux utilisés à l’intérieur… Donc l’Alfa 75 n’avait pas à rougir face à ses rivales de la production Française. Niveau moteur … quel plaisir !!! Pour avoir possédé un 1600 carbu, un… Lire la suite >>
alfiste78
Invité
J’ai appris à conduire sur la 75 twin spark 2.0 de mon père. Il y a les voitures et les alfa. La 75 n’est pas une voiture c’est la passion à l’état brut. Le moteur est fantastique, souple, puissant, musical à tel point que je pouvais dire à l’oreille le régime moteur et la charge à 100tours près. La 75 n’est pas difficile à conduire, mais la conduire vite et bien est un art et la piloter un grand moment d’humilité… Incompréhensible à la descente de la fiat panda de maman ou de la clio de l’auto école, la 75… Lire la suite >>
wpDiscuz