Leblogauto.com

Essai Seat Arona TSI 115 ch

Seat n’avait pas encore de SUV urbain ? De l’histoire ancienne. Voici le tout nouveau Seat Arona, qui vient croquer dans le gâteau des Renault Captur, Peugeot 2008 et autres. Nous l’avons essayé dans la région de Barcelone.

Un look réussi

Le nouvel Arona affiche un design bien à lui, qui n’en fait pas une simple Ibiza surélevé. Évidemment on fait le lien avec le genre de la maison, à l’instar des feux avant et des traits relatifs au langage de style ayant vigueur en ce moment chez le constructeur.  Selon nous, il s’agit plutôt d’une réussite. On aime les détails comme le toit « flottant » d’une couleur différente et le X dans le montant C.

En effet, depuis la récente génération de Leon, le dessin des Seat s’avère très moderne, parfaitement dans l’air du temps. Certes, les coups de crayons nous font penser à Volkswagen, mais l’image de la marque y gagne. On ne le prendra pas pour ce qu’il n’est pas, un franchisseur compact. Au pire, il sera un peu plus à l’aise qu’une basse citadine dans un chemin ou pour monter un trottoir, mais guère plus.

Le plein d’équipements

A l’intérieur, les plus fins observateurs repéreront au premier coup d’œil l’habitacle de l’Ibiza. Il s’agit strictement de la même planche de bord. Du coup les qualités et les griefs sont les mêmes qu’une Ibiza. On aime ainsi la présentation, et le tout se fait avec des matériaux sérieux, mais sans fantaisie particulière. Le pas sera peut-être franchi à l’occasion d’un restylage.

En termes de technologies, il marque de gros points. Il récupère ainsi les mêmes éléments dernier cri qui ont cours aujourd’hui au sein du groupe Volkswagen. En plus des aides à la conduite, on apprécie pour le confort le large écran tactile du plus bel effet, et surtout particulièrement réactif. A la différence de taille que ces équipements sympathiques s’avèrent plus accessibles en termes de tarifs par rapports à ses cousines.

Bel agrément moteur

Avant d’entrer dans les détails, on vous le dit tout de suite, il faudra faire le choix idéalement du TSi essence de 115 chevaux. Il s’agit clairement du bloc qui sied le mieux à ce nouvel Arona, exactement comme pour l’Ibiza d’ailleurs. On apprécie en premier lieu sa souplesse, qui nous préserve d’à-coups parasites qui peuvent ennuyer à la longue, notamment lors des démarrages ou des relances en ville.

En outre, il fait preuve d’une polyvalence insoupçonnée, qui nous permet ainsi d’évoluer relativement confortablement hors des villes. Et pour mieux en profiter, il faut si possible s’offrir la DSG7, qui saura mieux profiter non seulement du meilleur de la plage de couple. C’est aussi le meilleur moyen pour assurer une maitrise de la consommation en toutes circonstances. Sans oublier le confort qu’elle apporte.

Un comportement routier de Seat Ibiza

Question comportement, la garde au sol augmentée ne change pas spécialement l’équilibre en conduite normale. Même quand on le pousse d’ailleurs à la limite, ce qui n’a pas franchement d’intérêt. Cependant, il s’avère sensiblement plus confortable. Peut-être l’argument le plus convaincant pour le choisir par rapport à une Ibiza, en plus d’une position de conduite permettant de mieux appréhender la route.

Sur les petites routes de l’arrière-pays catalan, il a peu ou prou les mêmes réactions que l’Ibiza qu’on avait mené sur ces routes quelques semaines plus tôt. Il s’avère ainsi plus dynamique qu’un Renault Captur, mais cela étant avec un compromis un peu meilleur sur le Français. Pour ceux qui aiment conduire, on préférera le Seat plus rigoureux dans ses placements et qui se verrouille mieux sur ses appuis. A noter qu’il fait l’impasse sur une transmission intégrale.

De 16 500 à 23 345 €

Pour ce qui est des tarifs, il se situe plutôt proche des Français. Il ne s’agit sans doute pas d’un hasard. Ainsi, si on ne tient pas compte des offres commerciales diverses, les amateurs des 2008, Captur ou C3 Aircross ne doivent désormais pas oublier l’Arona. En outre, face à certains d’entre eux plutôt vieillissants, Seat apporte en face une ribambelle d’équipements modernes, tout comme le C3 Aircross d’ailleurs. Les prix en essence s’étendent de 16 500 € (95 ch) à 23 345 € pour la version la plus haut de gamme.

+ ON AIME
  • Agrément moteur
  • Richesse des équipements
  • Habitabilité
ON AIME MOINS
  • Quelques bruits d’air
  • Planche de bord identique à l’Ibiza

 

Seat Arona
Prix (à partir de) 18 952 €
Prix du modèle essayé 23 345 €
Bonus / Malus 2018 Neutre
Moteur
Type et implantation 3 cyl. turbo essence
Cylindrée (cm3) 999
Puissance (kW/ch) 85 / 116
Couple (Nm) 200
Transmission
Roues motrices Avant
Boîte de vitesses Double embrayage à 7 rapports
Châssis
Suspension avant Pseudo McPherson
Suspension arrière Essieu souple
Freins
Jantes et pneus
Performances
Vitesse maximale (km/h) 182
0 à 100 km/h (s) 10
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) 5,0
Cycle extra-urbain (l/100 km) 5,7
Cycle mixte (l/100 km) 4,5
CO2 (g/km) 114
Dimensions
Longueur (m) 4,14
Largeur (m) 1,78
Hauteur (mm) 1,55
Empattement (mm) 2,57
Volume de coffre (l) 400
Réservoir (l) 40
Masse à vide (kg) 1 210