Accueil Actualités Entreprise Les salariés de Bosch Rodez en mal de diesel

Les salariés de Bosch Rodez en mal de diesel

1079
5
PARTAGER

Les salariés de Bosch Rodez victimes collatérales du dieselgate …. ou du manque d’anticipation et d’adaptation de leur employeur face à une fin programmée du diesel ? Alors que l ‘équipementier est confronté à une importante baisse de la demande engendrée par la remise en cause du diesel lui-même – situation   que l’affaire des tromperies sur le diesel n’a pas arrangé – il a  récemment annoncé  sa volonté  d’investir 14 millions d’euros sur le site de Rodez (Aveyron), spécialisé dans les moteurs diesel … sous réserve que les salariés signent un accord de compétitivité avant avril 2018.

Face à une telle situation, l’intersyndicale demeure « très pessimiste » pour le maintien de l’emploi et de la production. Une « affaire » qui pourrait prendre de l’ampleur étant donné le poids économique que représente Bosch dans le département de l‘Aveyron – géographiquement enclavé – où usines et employeurs ne se bousculent pas.

Investissements sous conditions : chantage à l’emploi ?

Olivier Pasquesoone, le directeur du site Bosch d’Onet-le-Chateau, près de Rodez a annoncé en fin de semaine dernière que le groupe allemand était prêt à investir « 14 millions d’euros » pour « moderniser » une seule des deux lignes de production d’injecteurs pour moteurs diesel. Condamnant de facto la deuxième ligne … Une fermeture partielle noyée dans l’annonce de l’investissement aux yeux du grand public … mais pas des salariés. Un véritable choc alors que cette somme ne sera véritablement investie que si les salariés adhérent à un accord de compétitivité avant avril prochain. Un délai de 2 mois fort bien court octroyé aux 1.600 salariés que compte le site. Qui ne semblent guère avoir le choix, qui plus est …

Des syndicats très inquiets

Désabusés, les syndicats s’avouent très inquiets suite à cette annonce. Les représentants des salariés de l’usine Bosch de Rodez considèrent comme « très négatif », le message qu’ils ont recu de la direction allemande du groupe venue les rencontrer en fin de semaine dernière.

« Nous sommes très pessimistes », a insisté Pascal Raffanel (CGE-CGC) après une rencontre avec une délégation de la direction de l’équipementier, conduite par Uwe Gakstatter, le responsable de la division Powertrain de Bosch.

Si Heiko Carrié, président de Bosch France et Bénélux a déclaré que les négociations avaient pour but de conserver un « maximum d’emplois », les syndicats estiment que la direction envisage une réduction des effectifs qui se situerait entre « deux courbes descendantes », l’une représentant les départs à la retraite et l’autre la disparition de 350 à 450 emplois dans le pire des cas.

« Ils attendent une négociation sans donner des engagements sur l’emploi, sans donner de garanties sur les volumes » de production, a déploré quant à lui Julien Rul (SUD).

Selon les calcules des syndicats, au total entre 8.500 et 10.000 emplois induits pourraient être impactés si le site disparaissait.

Le gouvernement s’en mêle

Fac à une telle situation et pour éviter tout conflit voire nouvelle bombe économique et sociale du style de GM&S, le gouvernement est monté au créneau via la voix le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Lequel a tenu à saluer la « volonté du groupe Bosch de maintenir l’activité industrielle à Rodez. Se félicitant également que l’équipementier négocie à court terme un accord de compétitivité, incluant la modernisation de l’outil industriel et « en envisageant le développement de nouvelles activités à Rodez ».

« Le gouvernement apportera son plein soutien au groupe Bosch et aux salariés pour accompagner cette transition, identifier des activités d’avenir et favoriser leur localisation à Rodez », a souligné le ministre dans un communiqué.
L’Etat prend le dossier d’autant plus au sérieux que l’usine Bosch d’Onet-le-Château, située dans la périphérie de Rodez, est le premier employeur privé du département. En cas de fermeture du site, c’est au total près de 10.000 personnes (emplois directs et indirects) qui seraient impactées. Une catastrophe pour l’agglomération d’environ 55.000 habitants alors que l’emploi ne se bouscule pas.

Le site déjà menacé au début des années 2010

Au début des années 2010, la direction de Bosch avait d’ores et déjà posé le débat de l’avenir du site. Lequel se trouvait en forte concurrence avec celle de Bursa en Turquie qui produisait alors 10 fois plus d’injecteurs diesel avec 12 lignes de production, contre 2 seulement dans l’usine aveyronnaise.

La signature d’un accord de compétitivité avec les syndicats du site de Rodez avaient alors permis de pérenniser la situation.
Bosch avait alors investi dans cette usine pour intégrer de nouveaux outils de production et produire des pièces plus haut-de-gammes, notamment des pièces en céramique. Grâce à 50 millions d’euros d’investissement, la production du site de Rodez était passé de 2,6 millions d’injecteurs en 2014 à 3,7 millions en 2015. Les bougies d’allumage passant parallèlement de 17 à 20 millions sur la même période.

Bosch victime de l’évolution du marché diesel

Le premier sauvetage de l’usine de Rodez voit néanmoins le jour quelques mois avant la chute du diesel.
Alors que les pouvoirs publics français semblent vouloir mener combat contre eux, le scandale Volkswagen survenu en septembre 2016 conduira la technologie vers un déclin désormais inexorable.

« Le taux d’équipement en véhicules diesels en France a chuté de 73% en 2012 à 48% fin 2017. Une évolution du marché qui oblige le site à envisager de nouveaux débouchés en plus d’une modernisation de la production actuelle pour pouvoir répondre aux normes Euro 7 qui seront obligatoires dès 2020″, a tenu à préciser Olivier Pasquesoone en vue de justifier la politique de Bosch.

De nouveaux débouchés pour le site ?

Selon le syndicat CGT, les dirigeants de Bosch ont affirmé que le site demeurerait un site axé sur le diesel mais que l’équipementier n’avait pas besoin de l’usine de Rodez pour fournir le marché actuel.
Globalement, les syndicats se montrent quelque peu sceptiques face aux différentes pistes de diversifications du site proposées par la direction.

Cette dernière estime que l’usine pourrait trouver de nouveaux débouchés dans « l’horlogerie, l’aéronautique, le médical, l’hydrogène ou les véhicule hors diesel ». Néanmoins selon le syndicat SUD, 5 à 7 ans seraient nécessaires pour développer de nouveaux débouchés.

Bosch Rodez victime du diesel …. et de la concurrence de la Turquie ?

Si le site de Rodez avaut pu un temps au début des années 2010 gagner la bataille face à la concurrence de l’usine Bosch en Turquie, tel ne semble plus être le cas désormais, l’étau se resserrant autour du diesel.

Renault, premier client de l’usine située en Aveyron avec des commandes représentant 90% de la production a en effet annoncé vouloir réduire son catalogue de moteurs diesel à terme. Renouvelant toutefois ses commandes d’injecteurs diesel à Bosch … mais auprès de l’usine de Bursa en Turquie, site qui avait déjà failli lui coûter sa position – voire son existence elle-même – quelques mois auparavant.

Une « stratégique turque » justifiée par la stratégie industrielle de Renault, le constructeur possédant sa propre usine d’assemblage à proximité de l’usine turque de Bosch. Site qui fabrique notamment des Clio.

Sources : AFP, Bosch, La Tribune, Syndicats

Crédit Illustration : Bosch

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Les salariés de Bosch Rodez en mal de diesel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
amiral_sub
Invité

bosch, la source du dieselgate, a bien trompé tout le monde pendant des années, fallait bien se douter qu’un jour la vérité éclaterait.

Anonyme
Invité

De toute façon, soit ce genre d’usines se « recyclent » dans autre chose, soit elles disparaissent, car l’avenir n’est plus au thermique, du moins au 100% thermique, si on considère le GPL ou le GNV comme du thermique, par exemple

labradaauto
Invité

article très pragmatique ; merci –
enseignements: pour tenir le coup en industrie, il faut être lèche bottes du politique qui va l’emporter, s’endetter pour payer les meeting de campagne. les retombées en marchés sont inhérentes. la décision de tuer le diesel est politique. L’industrie a toujours bossé, lutté pour sortir des produits d’avant garde.

amiral_sub
Invité

il est tout de même assez clair que l’avenir n’est pas dans les motorisations diesels. Pour tenir le coup dans l’industrie, il faut innover. Bosch a plus innové dans le logiciel pour tromper les autorités que dans les systèmes anti pollution

wpDiscuz