Accueil Audi Essai Audi RS4 Avant (2018)

Essai Audi RS4 Avant (2018)

4236
44
PARTAGER
Essai Audi RS4 Avant (2018)

Best-seller incontesté de la gamme Audi Sport, la RS4 Avant nous revient avec un nouveau moteur et des prestations dynamiques en progrès. Notre essai dans la région de Malaga (Andalousie).

Un peu d’histoire

Notre bébé du jour est une lointaine descendante de la fameuse Audi RS2 de 1994, celle par qui la saga RS a débuté. À l’époque, la firme d’Ingolstadt cherche à entretenir le mythe de l’Audi Quattro Sport qui a permis à la marque allemande de s’imposer sur le marché des sportives, mais aussi et surtout en compétition automobile.

L’Audi RS2, développée en collaboration étroite avec Porsche, reprend le fameux 5 cylindres turbo dans une version de 315 ch. Elle lance aussi la mode des breaks survitaminés, dont Audi sera le fer de lance.

Essai Audi RS4 Avant (2018) - Historique

D’un gabarit supérieur et mieux adaptée à une utilisation familiale, l’Audi RS4 Avant voit le jour en 2000. Ce break reçoit alors un V6 à double turbo, une architecture très rare à l’époque et dont la puissance de 380 ch lui permet d’humilier bon nombre de sportives.

Le succès étant au rendez-vous, Audi récidive en 2006, avec une RS4 encore plus ambitieuse, puisqu’elle adopte un gros V8 4.2 atmosphérique de 420 ch. Une puissance portée à 450 ch sur la RS4 Avant de 2012.

Depuis l’année 2000, plus de 27000 Audi RS4 ont été vendues, ce qui en fait un modèle essentiel dans la gamme du constructeur.

Il ne fallait donc pas se louper avec ce nouvel opus, qui sera lancé courant 2018 sur notre marché.

Une esthétique soignée

Par rapport à une Audi A4 Avant, cette version RS4 Avant gagne en longueur (4,78 mètres), en largeur (1,87), mais se montre plus basse (1,40 m). Cette évolution s’explique par ses ailes élargies de 30 mm, par un bouclier avant et arrière plutôt très musclés, par la présence d’un déflecteur d’air et par un châssis abaissé de 27 mm.

Essai Audi RS4 Avant (2018) - Extérieur

Le résultat final est plutôt impressionnant, et ce cru 2018 s’impose comme le plus dynamique. Mention spéciale pour notre modèle d’essai, équipé du Pack Esthétique carbone & aluminium mate (2280 €) et des superbes jantes 20 pouces en aluminium forgé (2770 €).

Un break sérieux

Point de boiseries et de couleurs vives pour l’habitacle de notre Audi RS4 Avant, mais un intérieur sérieux, sportif, mais néanmoins assez cossu. La planche de bord est bien évidemment reprise de la gamme A4, mais se distingue par son très beau volant à méplat et jante épaisse, un virtuel cockpit spécifique RS, des sièges sport au maintien exceptionnel, et sur notre modèle d’essai, un superbe pack carbone intérieur (1200 €).

Essai Audi RS4 Avant (2018) - Intérieur

Un mot aussi de l’équipement de série, qui inclut la navigation, l’installation audio de 180 Watts, la climatisation automatique 3 zones, le Pack Assistance City (Parking system plus,  Caméra de recul, Audi side assist, Audi Pre sense…)…

Aussi exclusive qu’elle soit, une Audi RS4 Avant garde la fibre familiale, avec un beau confort aux places avant et arrière, mais une 5ème place qui reste toujours sacrifiée.

Avec son seuil d’accès très bas et ses contours réguliers, le coffre (505 litres) est amplement suffisant pour une sportive de cette trempe.

Essai Audi RS4 Avant (2018) - Coffre

Un V6 qui a du coffre

Nombreux sont ceux, dont votre serviteur, qui regretteront le V8 atmosphérique. Pas tant pour ses performances, mais plutôt pour l’agrément incomparable que cette architecture procure aux amateurs de belles mécaniques.

Mais ne boudons pas notre plaisir. Le V6 2,9 litres à double turbo de notre Audi RS4 Avant partage ses pistons avec la Porsche Panamera. Ultra-sophistiqué, ce 6 cylindres développe la même puissance que l’ancien V8 (soit 450 ch), mais le surclasse en valeur de couple avec 600 Nm. Vous y ajoutez une masse réduite de 80 kg (1715 kg à vide), et le résultat est tout simplement détonnant.

Bien aidé par une excellente boîte automatique à 8 rapports, le V6 pousse très fort et de manière quasi instantanée. Collé au siège, je me surprends à chaque coup d’œil sur le compteur, tant la facilité à atteindre les 200 km/h est sidérante. Audi annonce un temps de 4,1 secondes pour parcourir le 0 à 100 km/h, et croyez-moi, il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

La sonorité quelque peu artificielle et la relative linéarité du moteur restent finalement secondaires tant l’agrément est indéniable.

Break à grande vitesse

Équipé du Pack Dynamique RS à 7570 € (Direction dynamique, Quattro avec différentiel Sport, Châssis Sport RS plus avec Dynamic Ride Control…), notre modèle d’essai est la parfaite illustration qu’une Audi peut être amusante à conduire, surtout comparée aux BMW M3 et Mercedes C63 AMG.

Posée sur des rails, mais avec un train arrière plus mobile qu’auparavant, l’Audi RS4 Avant est un vrai régal à mener sur les grandes courbes de l’arrière-pays andalou. Direction suffisamment communicative, gros freins, belle agilité malgré la masse, cette RS4 est vraiment difficile à suivre. Seul bémol, son inconfort sur chaussée dégradée.

Conclusion

Cette quatrième génération d’Audi RS4 Avant rend une copie à la fois sérieuse et non dénuée de plaisir. Un break comme on aimerait en avoir dans son garage, à la fois très performant, ultra-sécurisant et familial. Un cocktail qui se paie très cher, puisqu’il faudra débourser 92000 € hors options pour se l’offrir. À comparer aux 88800 € requis pour s’offrir une Mercedes C63 AMG Estate.

+ON AIME
  • Performances
  • Châssis
  • Aspects pratiques
ON AIME MOINS
  • Inconfort sur mauvaises routes
  • 5ème place
  • Tarif
AUDI RS4 Avant
Prix (à partir de)92000 €
Prix du modèle essayéNC
Moteur
Type et implantationV6 turbo essence
Cylindrée (cm3)2894
Puissance (kW/ch)331 / 450
Couple (Nm)600
Transmission
Roues motricesTransmission 4×4 Quattro
Boîte de vitessesAutomatique 8 rapports
Châssis
Suspension avantDouble triangles
Suspension arrièreEssieu à cinq bras
FreinsVentilés et perforés
Jantes et pneus265/35 R 19 98Y
Performances
Vitesse maximale (km/h)280 (en option)
0 à 100 km/h (s)4,1
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)11,5
Cycle extra-urbain (l/100 km)7,2
Cycle mixte (l/100 km)8,8
CO2 (g/km)199
Dimensions
Longueur (mm)4781
Largeur (mm)1866
Hauteur (mm)1404
Empattement (mm)2826
Volume de coffre (l)505 à 1510
Réservoir (l)58
Masse à vide (kg)1715

Poster un Commentaire

44 Commentaires sur "Essai Audi RS4 Avant (2018)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pedro5
Invité

Du break sale qui me donne envie de monter vers les sommets enneigés… Quel pied ca doit etre…

ART
Invité

Et des grandes courbes Andalouses a 80km/h, ça doit être un pied énorme en effet ! Hein Thibaut…

Kaiser Sauzée
Invité

Elles sont belles vos pubs.
J’aimerais connaitre vos tarifs pour promouvoir mon entreprise sur votre « site d’information ».

miké
Invité

Ca te coutera une invitation pour bloggeur peu scrupuleux a un weekend en espagne. Sachant que chez audi en général c’est champagne et 5 etoiles. Pas étonnant que le bloggeur en redemande.

beniot9888
Invité

Donc si les rédacteurs de ce site sont invités par Audi à venir essayer une voiture, ils doivent faire quoi, selon toi ?
– accepter, faire un essai et un article dessus ?
– refuser pour être équitable parce qu’ils n’ont pas reçu d’invitation de la part de BMW pour essayer une M3 ou 4 machin et que ça risquerait de passer pour du favoritisme auprès des yeux de… 1 personne très obsessionnelle sur le sujet ?

miké
Invité

je sais pas, peut etre éviter de leur sucer la b.. pardon, des les flatter, en espérant gagner un prochain week-end. Rester impartial, objectif, la base quoi.

Lolo
Invité
@mike 1. Le blog auto est … un blog. Càd pas un journal. Et ça fait un enoooorme différence dans le ton et dans l’impartialité justement 2. Son auteur est donc un simple amateur/passionné partageant son ressenti 3. Il y a bien des critiques négatives dans l’article 4. Je pense que toi et moi on prendrai ton un peid immense au volant de cet engin. Pas étonnant qu’il en soit autrement pour l’auteru 5. Oui je suis d’accord avec toi que les marques savent parfaitement se construire une image grâce à ça. Mais l’an faite à qui !?? Tu es… Lire la suite >>
Francois
Invité

Parce que les autres constructeurs invitent blogueurs et journalistes au F1 de Maubeuge et les essais se font dans la ZI du coin, j’ai bon ?

miké
Invité

Aucun groupe ne claque autant que vw pour ce genre de choses. Ca se ressent sur les blogs, dans les magazines et a la télé (voir turbo depuis 15ans)

Pat
Invité

@benoit9888
Tu fait une erreur, avec cette article, la moitié des commentaires – nombreux – parle de ce problème et pas de la voiture. Turbo sur M6 a perdu une partie de son audience à cause de ça : les passionnés vont chercher ailleurs (en GB notamment) l’information. Cette émission ne tiens d’ailleurs que grâce aux « reportages » gratos fournis par VAG.

Est-ce que l’on veut pour LBA ?

beniot9888
Invité
Non, 1 gars à lancé le sujet polémique et les autres y répondent ou y font référence. C’est un peu le principe du troll, en fait. Je ne vois pas le problème avec le fait d’essayer une voiture, tant que l’essayeur sait rester impartial. Il a peu critiqué cette Audi ? Peut être parce qu’elle est très réussie. C’est même la moindre des choses vu le prix astronomique qu’elle coûte. Prix qui est dans la liste des défauts. Faut arrêter avec la parano. Sinon, Leblogauto n’essaiera plus aucune voiture du groupe VW pour avoir la paix. Ce qui fait qu’ironiquement,… Lire la suite >>
Pat
Invité
@benoit Je ne sais pas depuis combien de temps tu es sur le blog auto, moi ça fait au moins 12 ans, je me rappelle de l’essai de la Laguna III qui venait de sortir par un certain JJO qui la démolissait (d’accord, tous le monde peut se tromper) puis d’un article étrange ou il prévoyait le fin de … Renault en 2020. Plusieurs personnes avaient justement posé des questions quant à l’orientation du site. Je ne parle pas des comptes fait sur de longues périodes il y a plusieurs années (7-8 ? c’est pas jeune !) sur les essais… Lire la suite >>
Amiral_sub
Invité

Sacrée voiture !

Uberalles
Invité

Merci pour l’article.

Comme vous le dites, l’abandon du 4.2 marque une fin de presque 30 ou 40 ans si je m’abuses pas qui remonte aux années 85.

c’est aussi un retour aux sources vis a vis de la 1ere RS4 qui étaient un vrai missile sol sol mais à la fiabilité éxécrable sans un entretien conscensieux.

Intéressant à noter que la nouvelle RS4 est plus grande qu’une RS6 4B

ART
Invité

En effet, 4m78, c’était la longueur d’une Série 5 E39, ou d’une Série 8 E31. Il y a eu un glissement hallucinant de la taille de toutes les gammes… Une A4/Série 3, c’est désormais de la grosse berline…

panama
Invité

Superbe Street Machine 😉
Quelqu’un peut-il m’en dire plus sur le quattro ? C’est un Haldex amélioré ou une vraie transmission intégrale permanente ?

Juxee
Invité

Probablement une vraie intégralle permanante.
– Seules les « petites » Audi (A3/TT/…) ont du Haldex pioché chez VW
– Sur les A4, il me semble que c’est du Torsen (sauf Quattro ultra avec des l’embrayage multidisque qui normalement rend 2 roues motrices uniquement en ligne droite)

wpDiscuz