Accueil Crossovers Essai Hyundai Kona 1.0 T-GDI Executive

Essai Hyundai Kona 1.0 T-GDI Executive

2491
28
PARTAGER
Essai Hyundai Kona 1.0 TGDI (2017)

En débarquant, comme la quasi-totalité de ses concurrents cette année, dans le segment ultra concurrentiel des SUV urbains, Hyundai s’assure de se faire une petite place au soleil. Mais avec près d’une dizaine de nouveaux aventuriers en culotte courte, il devient difficile de sortir son épingle du jeu. Le coréen espère faire la différence en misant sur un design marquant et un positionnement tarifaire particulier. Suffisant pour que ce Kona fasse de l’ombre aux références Peugeot 2008, Renault Captur et aux ambitieux Citroën C3 Aircross et Volkswagen T-Roc?

Un design marqué, au risque d’être clivant

Regard disposé sur trois étages, calandre saillante, éclairage avant et arrière englobé dans les protections d’ailes en plastique noir, ligne de caisse haute et montant C en forme d’aileron de requin… On ne pourra pas reprocher au Hyundai Kona de ne pas vouloir se différencier de tous ces petits SUV ayant envahi le marché cette année. Mais à trop vouloir éviter le consensus et marquer les esprits, le petit coréen pourrait être clivant. On aime ou on déteste, en tout cas ce parti pris n’a jamais empêché le Nissan Juke ou plus récemment le Toyota CH-R de connaître un certain succès.

Essai Hyundai Kona 1.0 TGDI (2017)

Avec 4,17 m de longueur, le Hyundai Kona est en plein dans la moyenne du segment, même si son design musculeux et ses larges épaules peuvent le faire paraître plus costaud. Un gabarit compact et une garde au sol conséquente de qui en font un parfait aventurier des villes.

Un habitacle nettement plus consensuel

Ceux qui ont été séduit par la ligne original du Kona pourraient être déçus une fois à bord. L’ambiance qui règne dans l’habitacle est nettement plus consensuelle que ce qu’aurait laissé présagé l’extérieur. La planche de bord est fidèle aux autres créations de la marque et semble être tirée de la classique i30. Quelques inserts de couleurs rappelant la teinte de la carrosserie et des surpiqûres arrivent tout de même à égayer le tout, qui présente d’ailleurs plutôt bien. Si seul un bandeau central a droit à un revêtement moussé, la qualité générale est d’un bon niveau avec des assemblage précis, à défaut d’utiliser les matériaux les plus flatteurs au regard.

Essai Hyundai Kona 1.0 TGDI (2017)

Côté habitabilité, le Kona s’avère plutôt accueillant pour quatre adultes (pas trop grands) et son coffre de 360 litres s’avère être dans la moyenne de la catégorie. C’est nettement moins que le Seat Arona (400 litres), nouvelle référence du genre, mais autant qu’une star du segment, le Peugeot 2008.

Une offre mécanique simple, en attendant

Au lancement, la palette mécanique du Hyundai Kona est plutôt restreinte. En attendant l’arrivée en 2018 des diesel – et ultérieurement d’une version 100% électrique -, il faudra se contenter de deux motorisations essence. Chez nous, la quasi totalité des ventes seront assurées par ce vaillant 1.0 T-GDI de 120 ch, associé à une transmission manuelle six rapports. L’originale version 1.6 turbo de 177 ch, forcément associée à la boîte auto double embrayage sept rapports et à la transmission intégrale, ne risque pas de convaincre grand monde dans ce segment. Elle a au moins le mérite de proposer une alternative aux versions hautes du Volkswagen T-Roc.

Sur la route, ce petit trois-cylindres essence s’avère d’excellente composition. Souple et disponible, il évite l’écueil de la majorité de ce type de bloc : un creux désagréable en ville sous les 2000 tr/min. Une souplesse qui rend la conduite agréable en ville sans être à la peine sur route, où les performances sont largement suffisantes (un peu moins une fois chargé) et le comportement routier rassurant, à défaut d’être vraiment amusant. Peu d’inertie, une direction suffisamment directe et des mouvement de caisse bien maîtrisés convaincront la majorité des automobilistes. En revanche, le niveau de confort, excessivement ferme, surtout à l’arrière, risque d’en rebuter plus d’un.

Essai Hyundai Kona 1.0 TGDI (2017)

Une gamme haut perchée

Avec une gamme démarrant à 21.400 euros, le Hyundai Kona est nettement plus cher que tous ses concurrents, qui débutent aux alentours des 16/17.000 euros. Mais il faut y regarder de plus près pour se rendre compte que le coréen fait tout simplement l’impasse sur les versions d’entrée de gamme. Ainsi, il ne dispose pas de moteur de moins de 120 ch, et « offre » d’office dans sa version Intuitive, l’aide au maintien en file, le régulateur de vitesse, AppleCar Play et AndroidAuto. A 25.900 euros, le haut de gamme Exécutive embarque l’affichage tête haute, les clés mains-libres, le système multimédia avec navigation sur écran de 8 pouces, le freinage automatique d’urgence, la surveillance des angles mortes les sièges en cuir chauffant et électrique. Même la liste des options est réduite à peau de chagrin. Si les Hyundai ont longtemps convaincu par leur prix plancher, il est désormais clair que les coréennes vous en offre davantage pour votre argent.

Conclusion

Suréquipé, belle gueule, bien motorisé et rassurant sur la route, le Hyundai Kona rempli honorablement sa part du contrat. Mais sa ligne pas vraiment passe partout, son confort trop ferme et sa gamme qui fait l’impasse sur les versions plus accessibles pourrait lui être préjudiciable sur ce segment ou les rivaux sont trop nombreux pour s’autoriser le moindre écart.

+ON AIME
  •  Style différencié
  • Finition sérieuse
  • Souplesse du moteur
ON AIME MOINS
  •  Confort un peu trop ferme
  • Gamme  réduite
Hyundai Kona 1.0 T-GDI 120 Executive
Prix (à partir de)20 500€
Prix du modèle essayé 26 850 €
Moteur
Type et implantationTrois cylindres en ligne turbo essence
Cylindrée (cm3)998
Puissance (kW/ch)90 / 120
Couple (Nm)172 de 1500 à 4000 tr/min
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreEssieu déformable en H
Freins
Jantes et pneus235/45 R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)181
0 à 100 km/h (s)12
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,3
Cycle extra-urbain (l/100 km)5,0
Cycle mixte (l/100 km)5,4
CO2 (g/km)125
Dimensions
Longueur (mm)4170
Largeur (mm)1800
Hauteur (mm)1570
Empattement (mm)2600
Volume de coffre (l)360
Réservoir (l)50
Masse à vide (kg)1308

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Essai Hyundai Kona 1.0 T-GDI Executive"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Pas d’entrée de gamme. Aïe!

SGL
Invité

Le Stonic est là pour cela…

Rickyspanish
Invité

En même temps, qui prend encore l’entrée de gamme d’un modèle qui est souvent sous-motorisée et sous-équipée ? Les acheteurs choisissent souvent le niveau intermédiaire ou hdg et piochent dans les options … Vu le positionnement voulu du Kona, c’est plutôt cohérent.
L’extérieur a la mérite d’apporter du sang neuf et proposer un style identifiable et différent des concurrents.
Mais l’intérieur est vraiment trop sage, dommage qu’ils ne soient pas allé aussi loin qu’avec l’extérieur.

mail
Invité

Il suffit de regarder peugeot le nombre de 208 « like » (le plus bas de gamme) , on en voit partout…et pourtant aucune option sauf la peinture des rétroviseurs pour faire « style »

Panamo
Invité

C’est pas allemand donc c’est du caca.

SGL
Invité

Plus très loin d’un premium…
Mais l’intérieur est triste

greg
Invité

« Plus très loin d’un premium… »
Tu sais une Renault Zoe ce n´est pas premium 😀

SGL
Invité

Captur : 17K€
Kona : 21K€
Q2 : 25 K€
Oui, mais ça se resserre.

ART
Invité

A pondérer avec l’équipement bien sûr…

SGL
Invité

Oui, le Captur va jusqu’à 30 k€
Certainement, que le Kona couvera encore plus ! 35 k€ ?

ART
Invité

Je veux dire à comparer ces véhicules avec un même niveau d’équipements. C’est dingue cette capacité à comprendre de travers !!!

SGL
Invité

Équipements comme la transmission intégrale « indispensable » ? 😀

ART
Invité

Est-ce que j’en ai parlé ???

shanks
Invité

Des phares aussi bas … Il va falloir manœuvrer juste et éviter les chocs au quotidien si utilisation citadine car sinon la facture sera bien souvent salée …

Bof
Invité

Trop de plastique noir à l’arrière genre Kangoo, Partner.
http://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2017/11/2017_Essai-Hyundai-Kona_10-1024×768.jpg

CDA
Membre

Ces bourlets plastiques sont affreux je trouve.
Et s’ils en ont trop fait à l’extérieur, l’intérieur est d’une banalité…

wpDiscuz