Accueil 4x4 Essai Mercedes GLA 220d 2017

Essai Mercedes GLA 220d 2017 [vidéo]

2456
35
PARTAGER

Le Mercedes GLA passe par la case restylage, pour suivre la mise à jour de la Classe A avec laquelle elle partage beaucoup d’éléments. Dans un contexte de concurrence féroce, s’offre-t-il les bonnes armes ? Direction les routes grecques pour s’en assurer.

Extérieur

Quand on voit la forme du marché des crossovers, cela devient carrément problématique de ne pas en avoir un dans sa gamme. Mercedes n’avait pas l’intention de passer à côté de cette forte tendance, d’où le GLA. Aujourd’hui, il affirme encore un peu plus son positionnement. Et ça passe bien sur par quelques retouches cosmétiques, pour mieux souligner le premium qu’on attend d’une Mercedes.

La calandre évolue, alors que ses boucliers s’élargissent pour lui donner un air un peu plus baroudeur, sans perdre en style. Les feux également changent, mais cela reste plutôt discret. Néanmoins les modifications sont suffisamment visibles pour qu’on puisse différencier aisément les deux millésimes. Il prend également un peu plus de hauteur, 3 centimètres. De quoi affronter plus aisément les difficultés auxquelles il devra faire face… à commencer par les trottoirs.

Intérieur

A bord, la finition est égale à la celle de la Classe A restylée. C’est à dire très bien ! Tellement bien fait qu’on en arrive à être difficile sur les plastiques d’une qualité inférieure dans les parties basses, comme finalement dans toutes les compactes du moment, même premium. L’assemblage ne souffre pas vraiment la critique et les nouveaux matériaux flattent encore mieux le travail des gens à l’usine. L’ergonomie, suivant d’où on vient peut paraître plus ou moins difficile à appréhender, mais il ne s’agit pas d’un problème. La tablette trone toujours sur le haut de la console.

On pourrait s’en plaindre, mais en fait on réalise que le concept de l’écran déporté a été repris chez d’autres constructeurs. Il s’agit donc même d’une tendance. Des technologies, le GLA n’en manque pas, et l’offre s’enrichit encore plus. Avec des équipements à jour, il tient désormais parfaitement la comparaison avec ses rivaux les plus modernes, quand il ne les supplante pas en la matière. Simplement, à force de nous habituer aux écrans à la place des compteurs, on s’attendait à en voir aussi ici.

Agrément moteur

Sous notre capot, le moteur turbo Diesel de notre version 220d se fait un peu entendre. Du moins à l’accélération, car une fois à rythme stabilisé, il disparaît. Ce qui tranquillise particulièrement les trajets sur autoroute, un axe où il se sent bien. Il ne manque pas de couple. Avec 177 canassons on n’en attendait pas moins, surtout dans une Mercedes. Pour l’accompagner une boite automatique à 7 rapports répondant au nom de 7G-tronic. Cette boite à convertisseur de couple n’a rien de mauvais. Elle lisse les passages sans casser la quiétude à bord.

Elle sait bien aller chercher le bon rapport quand on sollicite la puissance en appuyant un peu plus fort sur la pédale de droite. Elle n’est jamais aussi bonne que quand on la laisse faire. En revanche, si l’on essaie de prend le dessus sur elle, elle manque de docilité. Elle ne répond pas vraiment au doigt et à l’œil, surtout lors des rétrogadages. Du coup on pense alors qu’elle manque un peu de réactivité, mais c’est surtout la lenteur de la commande qui donne une mauvaise sensation de lenteur. Il n’y a donc pas vraiment d’intérêt à utiliser le mode séquentiel.

Comportement routier

En termes de châssis, avec 3 centimètres de plus en hauteur, on aurait pu s’attendre à des mouvements de caisse un peu plus marqués. Mais heureusement il n’en est rien. Le confort reste le domaine clé à bien gérer quand on s’appelle Mercedes. De ce point de vue-là, il ne faillit toujours pas. En fait, il s’avère être assez identique au GLA non restylé, et le rehaussement n’ajoute pas grand-chose. En revanche, on avait peur pour le dynamisme, toutefois là aussi les mouvements de caisse sont toujours aussi bien maitrisés.

On a un peu l’impression d’être au volant d’une voiture surélevée quand il s’agit de s’attaquer aux virages plus ou moins serrés de Grèce. Certaines compactes avec les fesses bien plus près du sol font d’ailleurs moins bien. La direction plutôt consistante facilite d’ailleurs le placement et sert l’agrément de conduite de bon niveau. Et pour ne pas noircir le tableau, le freinage puissant et dosable à souhait finit d’assurer du plaisir au volant. On pourrait évoquer la transmission intégrale, mais très franchement cela n’apporte pas grand chose. Et il existe des voitures mieux indiquées pour ceux qui en ont vraiment besoin.

Conclusion

Le GLA se place donc bien parmi les crossovers premiums, du moins pour les prestations. Côté tarifs il faut débourser pour ce moteur au moins 40 000 euros. Etrangement il apparaît bien placé face à ses concurrents directs que sont le X1 et le Q3 même à équipement équivalent. Ce qui paraît surprenant quand on affiche une Etoile sur le capot. En tout cas, il est armé pour mieux les affronter, en espérant que la suite de sa carrière soit meilleure en termes de ventes.

 

+ON AIME
  • Equipements
  • Moteur
  • Pas si cher par rapport aux concurrents
ON AIME MOINS
  • Transmission intégrale superflue
  • Mode séquentiel inutile

 

Mercedes GLA 220d
Prix (à partir de)34 400 €
Prix du modèle essayé46 100 €
Moteur
Type et implantation4 cyl. turbo Diesel
Cylindrée (cm3)2 143
Puissance (kW/ch)130 / 177
Couple (Nm)350
Transmission
Roues motricesintégrale
Boîte de vitessesautomatique 7 rapports
Châssis
Suspension avant*
Suspension arrière*
Freins *
Jantes et pneus *
Performances
Vitesse maximale (km/h)218
0 à 100 km/h (s)7,7
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,0
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,5
Cycle mixte (l/100 km)5,1
CO2 (g/km)132
Dimensions
Longueur (mm)4 420
Largeur (mm)1 800
Hauteur (mm)1 490
Empattement (mm)2 700
Volume de coffre (l)421
Réservoir (l)56
Masse à vide (kg)1 595

Poster un Commentaire

35 Commentaires sur "Essai Mercedes GLA 220d 2017 [vidéo]"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

Bref, Mercedes est toujours au top des catégories où il est présent.
C’est pas donné mais le prix est justifié par l’ensemble des prestations.

miké
Invité

Ca fait cher l’habitabilité d’une clio et les plastiques qui sonnent creux

panama
Invité

@Niké : Ce n’est pas le même usage, voyons.

miké
Invité

Ah bon ?

SGL
Invité

Dès le GLA, le diesel s’impose !!! 😯

Czig
Invité

Avec la nouvelle fiscalité, le diesel n’a d’Interret que par la longévité moteur.
J’ai personnellement un gla 250 essence très performant par rapport au diesel.

SGL
Invité

Combien fait-il a 130 km/h en consommation ?
Combien fait-il de 0 à 100 km/h (s) ?
Combien faites-vous de kilomètre à l’année ?
Le « bébé » fait déjà 1.6 t à vide, si l’on fait plus de 20.000 km/an le diesel commence par être un atout.
Tout dépend ce que l’on est prêt à mettre dans le budget carburant pour un plaisir donné. (c’est en fait très personnel)

wizz
Membre
SGL Si tu es VRP, fais plus de 300km dans la journée, dont la moitié sur des voies rapides, alors il y a toutes les chances pour que tu fasses plus de 20.000km dans l’année 1.6T à vide, la nouvelle Leaf 40kWh s’en approche. En version 60kWh, elle dépassera ce seuil. C’est une capacité vraiment nécessaire si on veut faire la moitié de son trajet de VRP sur des voies rapides Et dans ce cas là, VRP, plus de 300km par jour, allure rapide, bien plus de 20.000km par an, ne serait il pas judicieux de conseiller ce VRP d’opter… Lire la suite >>
SGL
Invité

« Transmission intégrale superflue » 😀 😀 😀

Pat
Invité

Cette remarque m’a fait tiquer aussi.

Les 177ch ne sont pas superflus ? Le cuir sur les sièges ? La clim bi zone peut être ?

Parceque l’auteur habite en ville, les constructeurs sont priés de faire des tout terrains pas tout terrain.
Aller zou, un mauvais point !

ART
Invité

Pareil, transmission intégrale superflue quand l’essai porte que sur route !! Encore un essai complètement à la masse… As usual

Lolo
Invité

Ah parce que tu pense vraiment que des gens achètent un GLA pour aller sur chemin (je n’en parle même pas de tout terrain) ?? Non

ART
Invité

Après si tu vis en plaine et que tu t’en fous, très bien ! Mercedes ne s’est pas amusé à coller une transmission intégrale plus couteuse et plus lourde pour rien !!

panama
Invité

177 cv et le couple d’un diesel sur les roues avant, ça doit patiner sec sur sol mouillé – sans compter sur les remontées de couple dans le volant.
Bref, si on conduit pépère ça sert à rien – mais les 177cv non plus.
A ce niveau de prix je dirais qu’il vaut mieux investir dans les 4RM et se passer d’une ou deux options.

SGL
Invité

A part « l’image de marque » le Peugeot 3008 2.0 BlueHDi 180 GT EAT6 est exactement sur le même terrain. 😉

rickyspanish
Invité

Oui mais à ce niveau, c’est justement l’image de marque qui fait toute la différence…

SGL
Invité

Oui exact, bien qu’en attendant, prix et volume de vente… c’est actuellement le cas, la concurrence est bien réelle !

Invité

Volume de vente en France alors, parce qu’au niveau mondial, je suis pas convaincu que le 3008 soit tant à son avantage 😉

SGL
Invité

@dancod
Le 3008 n’est vendu qu’en France !!!
Je plaisante, il est vrai que la (mauvaise) diffusion des voitures françaises en dehors de nos frontières pose problème pour notre économie.
Enfin en Europe, il se vend 3 X plus de 3008 que de GLA a des tarifs très proches en moyenne.

miké
Invité

Les prestations de la peug’ etant largement superieures..

Pat
Invité

Sauf pour la transmission intégrale. Quoique c’est peut être un avantage visiblement….

Invité

Sauf qu’il aura jamais les 4rm 😀

SGL
Invité

Si si , en 2019 !
Avec en prime d’autres avantages.

SGL
Invité

Et Daimler qui va bientôt produire une (vraie) Mercedes « made in France » c’est intéressant ça !? 😉
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/daimler-va-bientot-produire-une-vraie-mercedes-made-in-france-1268865.html

wpDiscuz