Accueil Actualités Entreprise Immatriculations de Nissan suspendues au Japon

Immatriculations de Nissan suspendues au Japon

8989
19
PARTAGER

Mauvaise passe pour Nissan. Le constructeur a annoncé vendredi la suspension temporaire des immatriculations de ses nouveaux véhicules au Japon. Des mesures prises alors que des milliers de véhicules sont sortis de ses 6 usines locales en ayant reçu des certifications de la part de salariés non habilités.

Selon Nissan, au moins 60.000 véhicules sont concernés. Ce chiffre pourrait néanmoins augmenter d’ici la fin des investigations. C’est en effet ce qu’a indiqué un porte-parole du constructeur. 21 modèles incluant les Nissan Note, Skyline et Leaf sont impactés. Durant les trois dernières années, les ventes de ces 21 modèles ont totalisé 1,2 millions d’unités. Un chiffre qui  correspond  à celui du nombre de véhicules annoncés comme rappelés lundi par le constructeur, via un nouveau communiqué officiel.

Les véhicules Nissan concernés sont uniquement destinés au marché japonais. Au fil des heures,  des éléments cruciaux ont  été précisés. Il est ainsi apparu  que les voitures impactées avaient contrôlés par des techniciens non habilités à effectuer des inspections pour les automobiles destinées au marché local. Ils sont uniquement détenteurs des certificats requis pour les unités devant être exportées à l’étranger.

Nissan a par ailleurs ajouté que les véhicules affectés seront ré-examinés et que les immatriculations reprendront quand les vérifications seront terminées. En ce qui concerne les véhicules déjà vendus, les propriétaires seront contactés en vue de leur transmettre les instructions nécessaires pour que leurs véhicules soient ré-inspectés.

Le ministère  des Transports veillera au grain

Le ministère des Transports, qui a découvert le problème, a demandé à Nissan d’améliorer ses processus   et a exhorté les autres constructeurs à vérifier si des incidents similaires se sont produits dans leurs usines. L’anomalie a été découverte lors d’une inspection sur site réalisée par des officiels du ministère le 18 septembre dernier.

« Cela menace le système complet d’immatriculation et c’est extrêmement regrettable. Je m’assurerai qu’il n’y aura pas de phénomène récurrent », a quant à lui déclaré le ministre des Transports Keiichi Ishii dans un communiqué.

Naoki Yuzuriha, un responsable de Nissan, a déclaré pour sa part lors d’une conférence de presse que la société s’excusait pour ces inconvénients et l’anxiété générée. Ajoutant qu’il n’y avait aucun risque concernant la sécurité pour les véhicules Nissan mis en circulation.

Dysfonctionnement ou acte intentionnel par souci d’économie  ?

La presse japonaise précise tient à préciser qu’il ne semble pas clair si le dysfonctionnement est intentionnel ou non. Laissant entendre qu’il pourrait s’agir d’un acte volontaire de Nissan en vue de réduire les coûts. Rappelant que le constructeur a sauvé Mitsubishi grâce à une injection de capital après que les ventes de ce dernier aient chuté à la suite d’un scandale concernant des tromperies sur les consommations affichées pour ses véhicules. Scandale qui en suivant aura affecté à son tour les comptes de Nissan en 2016. Suite aux malversations opérées sur les données d’économie de carburant, le groupe a enregistré une perte nette de 198,52 milliards de yens (1,75 milliard de dollars) pour l’exercice allant jusqu’en mars 2017.

Sources : Nissan, AFP , Japantimes

Crédit Photo : Nissan

 

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Immatriculations de Nissan suspendues au Japon"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Milou
Invité

….. certifications de la part de salariés non habilités.
Qu’est ce qu’un salarié habilité ? quel grade ? quel diplôme ?

au moins 60.000 véhicules sont concernés …. rien à voir avec les 5 millions de rappel VW en Chine en septembre 2017.

http://www.zonebourse.com/TAKATA-CORPORATION-6499274/actualite/Chine-Volkswagen-va-rappeler-4-9-mio-de-vehicules-equipes-d-airbags-Takata-25114408/

Nos emplettes sont nos emplois
Invité
Nos emplettes sont nos emplois

Jamais entendu parler de ce rappel massif de vw. Quid ?

dédé
Invité

VW ou Takata/VW ne souhaite pas qu’on en parle.

Milou
Invité

Les véhicules Nissan concernés sont uniquement destinés à être commercialisés sur le marché japonais. Ils ont été contrôlés par des techniciens qui ne sont pas habilités à effectuer des inspections pour les automobiles destinées au marché local…… Ils n’ont les certificats requis que pour les exemplaires devant être exportés à l’étranger……

Ségolène Royal a t elle été embauchée par le gouvernement Japonais ?… les pauvres.
Bon pour l’étranger mais pas pour le Japon.

Maître 90
Invité

Mauvaise traduction du japonnais : « …. qu’il n’y aura pas de phénomène récurrent ».

Bearune Sloane
Invité

Bonjour comment faire pour un Nissan navara d 22 ? Voir s’il fait parti des 60000 véhicule par défaut de fabrication et mal façon? Merci de me répondre.

dédé
Invité

Avec VW c’est plus simple ils sont tous avec défaut de fabrication et mal façon.

de passage
Invité

euh… vous avez dû vous tromper d’endroit. Je ne crois pas que le blogauto soit un forum de discussion Nissan… ni le service pares vente de la marque..
Même s’il est vrai que l’article est assez elliptique, et qu’il est difficile de comprendre de quoi il s’agit…

beniot9888
Invité

Ça n’est à priori ni un défaut technique ni une malfaçon, mais un problème réglementaire. Un règlement mal appliqué qui impacte la certification (de conformité).

wpDiscuz