Accueil Actualités Entreprise Tavares confronté aux pertes colossales d’Opel 

Tavares confronté aux pertes colossales d’Opel 

5896
33
PARTAGER

Le rachat d’Opel, un « cadeau » empoisonné au final pour PSA ? Selon l’hebdomadaire allemand Automobilwoche, le constructeur allemand a creusé ses pertes au deuxième trimestre. Ces dernières avoisinent désormais 250 millions de dollars (210,8 millions d’euros) alors qu’elles étaient de 210 millions de dollars au premier semestre.

Et la situation ne devrait pas s’arranger de sitôt. Le journal relaie ainsi les informations de deux sources proches des deux constructeurs selon lesquelles Opel perdrait de l’ordre de 4 millions d’euros par jour d’activité.

La tache s’avère donc ardue pour PSA qui vient d’annoncer un bénéfice semestriel record de 1,25 milliard d’euros. L’ancienne filiale de GM a perdu 15 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros) cumulés en Europe depuis 16 ans, dont 257 millions pour la seule année 2016. L’an passé Opel avait argué des provisions opérées pour le Brexit pour expliquer ce calamiteux résultat. Une explication qui n’avait pas convaincu tout le monde, alors que dès le milieu de 2015, General Motors annonçait  à ses salariés européens qu’il serait difficile d’atteindre l’objectif d’un retour au bénéfice en 2016. Le géant US avait alors imputé ces contre-performances à la crise sévissant en Russie ainsi qu’aux incertitudes pesant sur l’avenir de la zone euro.

PSA prêt à prendre le taureau par les cornes

En mai dernier, Carlos Tavares, président du directoire de PSA, a déclaré quant à lui s’attendre à ce qu’Opel continue à perdre de l’argent en 2017. Un cadre de PSA a déclaré pour sa part à Automobilwoche que les équipes d’intégration regroupant des dirigeants de PSA, Opel et GM s’étaient réunies la semaine dernière à Paris en vue de discuter de la stratégie à mettre en place.

Selon le journal allemand, PSA aurait accepté qu’Opel dispose de sa propre équipe dirigeante dans de nombreux domaines. Néanmoins, de nombreux moteurs Opel devraient être remplacés par des moteurs PSA. Ce qui fait craindre aux représentants du personnel que seuls 800 employés sur 7.700 soient conservés dans les équipes de développement.

Un plan de redressement bientôt proposé

Un plan de redressement d’Opel inspiré par celui mis en oeuvre pour PSA devrait être prochainement présenté. Ses objectifs principaux seront de générer d’ici 2020 un free cash flow opérationnel positif et d’atteindre une marge opérationnelle de 2% à cet horizon, puis de 6% en 2026. Le flux de trésorerie opérationnel devrait quant à lui être ramené dans le vert à l’horizon 2020. PSA promet 1,7 milliard d’euros de synergies par an, dans le domaine des achats, de la fabrication et de la R&D.

« Nous aiderons Opel et Vauxhall à redevenir rentables », a assuré Carlos Tavares le 1er août dernier.

Tavares, l’homme de la situation ?

Certes, le défi sera dur à relever, mais PSA dispose de deux solides atouts : de moyens financiers … et de Carlos Tavares. Le président du directoire de PSA, a ainsi pu montrer et démontrer qu’il sait redresser une entreprise. En deux ans, le dirigeant aura ainsi réussi à restaurer la rentabilité du groupe PSA, une sacré performance pour ne pas dire un exploit.

Les gouvernements, les syndicats et les actionnaires veulent croire que le redressement d’Opel, aussi difficile soit-il, est possible et croisent les doigts en pointant un regard plein d’espoir vers Carlos Tavares.

Sources : Automobilwoche, Reuters, PSA, Challenges
Crédit Photo : Opel

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Tavares confronté aux pertes colossales d’Opel "

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

PSA était devenu trop facile à diriger, il lui fallait un nouveau challenge!

ART
Invité

« Tavares confronté aux pertes colossales d’Opel » Genre, il le découvre maintenant ? Avant d’en faire l’acquisition, y a bien eu un minimum d’étude !

En revanche, c’est sur, ça va trinquer chez les salariés…

Nicolas
Invité

Les syndicats ont soutenu l’achat de la marque et le gouvernement allemand a obtenu des garanties lors de l’achat.

Sur les pertes colossales d’Opel, je suis bien d’accord avec toi, tout le monde était au courant depuis bien longtemps.

Allegra
Invité

Rassurez-vous, avant de rachat Opel, PSA a passé au crible les finances de la marque. Ses pertes ne sont une surprise pour personne, si ce n’est peut être pour les nantis.

Nicolas
Invité

De toute façon, Opel est le 4e ou 5e constructeur européen, si je ne dis pas de bêtise. Donc je pense que le principal problème de rentabilité de la marque vient plus d’un problème de gestion qu’autre chose.

Après je n’ai pas vu les comptes d’Opel, donc je suis mal placé pour donner mon avis.

zeboss
Invité

7000 personnes au R& D ? et pas de SCr sur les diésel, pas d’hybride et une électrique made in GM ? des Astra fabriquée à partir d’insignia, des Corsa made in Fiat 2002, des utilitaires made in renault ou fiat, Ils cherchaient quoi au juste ? des trèfles à 4 feuilles ? Ça doit être pour ça qu’alfa est de retour…

Invité

Je me disais aussi la meme chose.
Ceci dit, il est difficile de juger. Ce n’est peut etre pas beaucoup dans le mondre de l’industrie auto?

SGL
Invité
Tous ces « problèmes » peuvent être résolus avec du temps et, bien sûr, des moyens… D’ici 2021-23. Mais ça, ce sont les inconvénients, les avantages à terme sont l’énorme potentiel des marché Nord et Est Européens qui n’achètent pas ou très peu des voitures avec un badge français, sans parler de la synergie industrielle et de la compétence réel des ingénieures d’Opel qui jouaient un grand rôle dans la qualité de la technologie au sein de la sphère de GM jusqu’à maintenant. Comme pour DS Automobile et en prenant l’exemple de l’Alliance Renault/Nissan avec Mitsubishi… Ne jugeons pas trop… Lire la suite >>
Gautier Bottet
Editor

 » des Astra fabriquée à partir d’insignia » ??

Oh, le BE Opel a juste conçu les dernières plateformes D2XX et E2XX de GM, sans oublier les derniers modèles lancés par Opel (Astra, Insignia, Crossland X, GrandlandX…) y compris leurs déclinaisons Buick et Holden pour les US, la Chine et l’Australie le cas échéant…

Et combien de personnes dans les BE des autres marques européennes ?

zeboss
Invité

la précédente astra a été développée à l’économie en reprenant des pièces d’insignia, dans les train av et ar, des éléments interne de carrosserie aussi, du coup elle pesait 200 kg de plus qu’une 308 pf2 (première génération) pas réputée pour être une ballerine…

wizz
Membre
L’absence du SCR sur leur moteur diesel n’est pas imputable à la compétence du personnel du département R&D. C’est plutôt une décision de la direction. On peut citer PSA et Ford qui développent ensemble les moteurs diesel. Mais en sortie de ligne, les blocs à destination des usines d’assemblage de PSA recevront le système SCR (ainsi que le FAP additivé) tandis que ceux à destination des usines d’assemblage de Ford seront équipés du système LNT (et des FAP simple) Et bien entendu, on peut citer le département R&D du groupe VW, bien plus important que celui de Opel. C’est intentionnellement… Lire la suite >>
Pedro5
Invité

Quand on achete une merde, on a des merdes. Et c ‘est comme ca depuis la nuit des temps.

SGL
Invité

Jugement à l’emporte-pièce !
Est-ce que, par exemple, l’Insignia, ancien et nouveau modèle, sont des mauvaises voitures ?
Tant qu’en qualité intrinsèque de l’auto qu’en succès commercial.
Sachant tout cela, et avec un minimum d’honnêteté, est-ce que l’on peut encore appeler cela de la M..de !?
Si on leur donne des moyens, les ingénieurs d’Opel sortent de très bon produit et ils ne sont pas responsables des inconvénients administratifs de l’organisation industrielle de la marque.

Pedro5
Invité

Je parle de la politique Opel a la fausse immat et a la rentabilité ridicule. Et le profit recherché pour couvrir des fond de pension de retraites en Allemagne. Mais j’adore l’insigna, et’ est bien la seule caisse de la gamme que j’aime….

SGL
Invité

Ah OK
Effectivement, il y a de trop mauvaises habitudes commerciales pour faire « du chiffre » qui ne sont plus compatible avec la politique de PSA.
N’oublions pas que PSA gagne globalement plus d’argent en vendant moins de voitures ! (surtout en Chine) même si à terme le but est de vendre quand même… mais pas à perte !

AXSPORT
Invité

L’Astra Break n’est pas vilaine non plus………..

SGL
Invité

Rien n’est vraiment mauvais chez Opel.
Même la « vieille » Corsa sur base de la Punto a été considérablement améliorée à en surclasser ses cousines italiennes (Punto et MiTo).
L’Astra a pratiquement rattrapé son retard sur les Golf / 308 / Mégane, etc.
Les dernières mécaniques d’Opel ont d’excellents rendements… Tout n’est pas à jeter, loin de là !

SGL
Invité

« … en surclassant ses… »
Pardon !

wizz
Membre

Je ne sais pas si les Opel Corsa (sur la base de la Fiat Grande Punto) ont été considérablement améliorées. Mais il faut souligner que si ses cousines italiennes sont surclassées par la Corsa, c’est aussi parce que ces cousines italiennes n’ont pas été beaucoup améliorées. Un grand merci au grandissimo sergio…

SGL
Invité

Pour être le meilleur, il suffit parfois que les autres soient moins bons.
( Philippe Geluck, Le chat ) 😉
Plus sérieusement les essais de la dernière Corsa notent une progression bien réelle par rapport à l’ancienne malgré que la plateforme soit ancienne.
Mais effectivement, dommage que les Punto/MiTo n’ont pas autant subies d’améliorations !

kasijo henri
Invité

Opel n’a que trop raté et anticipé les évolutions du marché et trop centré sur l’europe. PSA va certainement s’atteler à la mondialisation de sa dernière acquisition et la rendre enfin rentable, un pari que Tavarès gagneras sûrement…

SGL
Invité

Tout à fait !
Faudra juger ça vers 2021… Pas avant !
Et ne pas partir vaincus d’office… Sinon autant tout laisser mourir à petit feu à vouloir ne jamais prendre de risques.

Gautier Bottet
Editor

Si Opel est centré sur l’Europe, ce n’est pas du fait de ses dirigeants, mais de ceux de GM à Détroit…

SGL
Invité

Bien sûr… c’est une évidence !
Incroyable de voir un « -1 » comme « réponse » à cela. 😯

SGL
Invité

Ça, c’est de l’argument !

4aplat
Invité

Je ne doute pas que le management de PSA sachait a quoi s’attendre lors de la reprise d’Opel …

wpDiscuz