Accueil Constructeurs La Packard Super Eight d’Eva Perón est à vendre !

La Packard Super Eight d’Eva Perón est à vendre !

532
2
PARTAGER

Don’t cry for me Argentina ! La Packard Super Eight de l’ancien président Juan Perón et de son épouse Eva (alias « Evita ») est à vendre.

Juan Perón fut longtemps une légende de la politique argentine. Dans les années 30-40, l’armée et les sociétés-secrètes d’officiers faisaient et défaisaient les présidents. En tant que jeune officier, Perón préféra tourner le dos à l’aventurisme de ses camarades. Ce qui lui couta deux exils (dans le Nord du pays, puis en Italie.) A son retour, il su se servir des syndicats ouvriers pour arriver au pouvoir, en 1946. En 1952, sa deuxième femme, Eva « Evita » mourut et les Argentins lui vouèrent un culte. Perón, lui, gouverna le pays jusqu’en 1955. Date à laquelle il fut renversé et exilé. De retour en 1973, il reprit le pouvoir. Mais il mourut l’année suivante.

Perón était connu pour son amour des voitures. Il existait un sport auto argentin, avant lui. Néanmoins, sous son impulsion, le Grand Prix de Buenos Aires devint une épreuve internationale. Il poussa également des pilotes Argentins en Europe (dont Juan Manuel Fangio.) Cette Packard Super Eight était donc la voiture d’un passionné. Elle fut carrossée par Derham, à Philadelphia. Signe particulier : elle avait la conduite à droite. D’après Sold ASAP, Perón l’appréciait tout particulièrement. Après le coup d’état de 1955, tout ce qui touchait à Perón devenait interdit. La Packard fut discrètement cachée dans un chenil. Elle en fut ressorti dans les années 70, puis ramenée aux Etats-Unis. Le marché de l’ancienne décollait et nombre de négociants sillonnaient l’Amérique latine et les Caraïbes à la recherche de modèles anciens. L’homme d’affaires Raymond Plaster acheta la Packard -en très mauvais état- et il la fit restaurer pendant 19 ans.

Comme d’habitude avec une véhicule d’une période aussi floue, il y a une controverse. Car dans le Petersen Museum, il existe une Packard Super Eight Derham ex-Perón ! Celle de Petersen est blanche. Sur les photos d’époque, la voiture était noire. Petersen raconte que durant les années 70-80, elle est passée de mains en mains et qu’un des propriétaire l’a repeinte. Passons. Surtout, celle de Petersen possède une conduite à gauche. Si les propriétaires étaient si peu scrupuleux, pourquoi l’auraient-ils modifiée ?

Celle de Plaster est une conduite à droite, noire avec une plaque d’immatriculation originale. Il est donc plus probable que ce soit la vraie. Par contre, l’historique est bidon. En fait, cette voiture fut surtout une ex-Farrell. En 1943, l’Argentine connu une énième coup d’état. Le général Pedro Pablo Ramirez plaça son poulain Edelmiro Farrell au pouvoir. Farrell était un officier et non un homme politique. Conscient de la popularité et du charisme de Perón, il lui ouvrit la voie de la présidence. Dès les années 20, l’Argentine était un allié de l’Italie fasciste. En 1944, Farrell avait conscience que les Alliés étaient en train de prendre le dessus. Il voulu se rapprocher de Franklin D. Roosevelt. L’un des gestes fut de commander une Packard Super Eight. Perón la récupéra pour sa campagne présidentielle de 1946. Néanmoins, dès son accession au pouvoir, il s’offrit une Cadillac. Puis une seconde, en 1950. En 1951, Eva brigua la présidence du parti péroniste. Pour battre la campagne, son mari lui offrit une Rolls-Royce Silver Wraith Limousine. Et juste avant d’être destitué, Perón acheta une troisième Cadillac ! Donc non, la Packard ne l’a pas accompagnée de 1946 à 1955. Par contre, les Argentins aiment se souvenir de la campagne de 1946. D’où l’omniprésence de la Packard dans l’imagerie…

Source :
Sold ASAP

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La Packard Super Eight d’Eva Perón est à vendre !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Il y a pas de prix de départ?

John Malone
Invité
wpDiscuz