Accueil F1 Essai jeu vidéo : F1 2017

Essai jeu vidéo : F1 2017

761
1
PARTAGER
Essai F1 2017

Dans le monde des jeux de simulation de course, F1 est l’une des franchises les plus installées. L’édition 2017 parvient néanmoins à apporter son lot de nouveautés. Sont-elles suffisantes pour justifier son achat auprès de ceux qui ont déjà craqué pour la version 2016 ?

Le dernier né de Codemasters, F1 2017, prolonge la lignée d’une série apparue chez l’éditeur en 2009. Et renouvelée depuis chaque année. L’édition 2017 arrive donc sur PC, PS4 et XboxLe renouvellement est naturellement centré sur la saison en cours, et l’on retrouve dans ce jeu toutes les voitures, tous les pilotes, et tous les circuits de la saison de F1. Plus 4 circuits en version courte : Silverstone, Bahrein, Circuit of the USA, Suzuka.

Sur ces différents circuits, la météo ou l’heure de la course pourra être gérée, ou laissée en aléatoire : beau temps, couvert, pluie fine, pluie forte, matin , début ou fin d’après-midi. Ou même la nuit pour certains GP. Dont celui de Monaco histoire de lui ajouter encore une touche supplémentaire de complexité…

Technique au point, sauf le son

Le jeu reposant techniquement sur le même moteur que l’édition précédente, on y retrouve des graphismes de qualité, et une gestion plutôt réussie du comportement des autos. Réussie aussi la gestion du comportement des concurrents en course. En revanche, quel dommage pour la bande son. Le son des moteurs des F1 actuelles n’est déjà pas des meilleurs dans la vraie vie, mais c’est pire dans le jeu. Et même presque catastrophique pour ce qui est des voitures historiques.

Les voitures historiques

Car c’est là l’un des attraits de cette édition, le retour de quelques modèles de F1 célèbres, de 1988 à 2010. Cela dit, petit anachronisme dans les courses avec ces modèles, le nombre d’exemplaires de l’une ou l’autre… Combien de Williams FW18 ou McLaren MP4/6 ont été construites ?

  • 1995 Ferrari 412 T2
  • 2002 Ferrari F2002
  • 2004 Ferrari F2004
  • 2007 Ferrari F2007
  • 1988 McLaren MP4/4 (achat supplémentaire)
  • 1991 McLaren MP4/6
  • 1998 McLaren MP4-13
  • 2008 McLaren MP4 -23
  • 1992 Williams FW14B
  • 1996 Williams FW18
  • 2006 Renault R26
  • 2010 Red Bull Racing RB6

Les modes de jeu

Le jeu propose plusieurs modes, selon son envie, la durée que l’on consacre au jeu ou son humeur. On pourra y régler différents paramètres d’assistances selon son niveau. Les modes de base sont ainsi :

  • Grand Prix : un ou plusieurs GP, avec ou sans essais, qualifications…
  • Championnat : un championnat donc, avec au choix le championnat de F1 officiel, un championnat rétro, une épreuve de sprint…
  • Epreuve : des courses dans un format prédéfinis, à télécharger en ligne avec à chaque fois un objectif différent
  • Contre la montre : lâché seul sur un circuit, avec pour unique objectif de réaliser le meilleur temps
  • Multijoueur : pour jouer non pas contre des concurrents gérés par l’IA du jeu, mais d’autres joueurs dans le monde…

Et bien entendu le mode Carrière.

Un mode carrière des plus complets

Outre les modèles historiques, le mode Carrière est la section du jeu qui a le plus évolué par rapport à la précédente version. Dans ce mode, il ne suffit pas de s’installer dans le baquet et de se lancer sur la piste. Il faut gérer aussi de nombreux paramètres de l’évolution technique de la voiture en cours de saison. 115 paramètres au total, en ayant à choisir entre l’amélioration de la performance ou la fiabilité. Et avec le risque que ces évolutions n’apportent pas les améliorations promises, ou qu’un développement rapide soit moins fiable…

Codemasters a veillé à ce que toute cette partie soit moins lassante que dans les précédentes éditions. Car au final, on est la pour jouer derrière un volant (ou une manette)… Le réalisme est au rendez-vous, mais devient vite assez complexe à gérer. Ce mode s’adresse donc surtout aux fans de F1, et aux fans de simulation pure. Ceux qui sont là pour s’amuser se tourneront vers les autres modes, avec aussi de nombreuses heures de jeu en perspective… Notons que le mode Carrière donne aussi accès aux modèles historiques via des événements hors championnat auquel vous pourrez participer.

+ON AIME
  •  Les F1 « classiques »
  • La qualité des graphismes
  • Les réglages pour adapter le jeu à son niveau
  • Le comportement des voitures, et des concurrents
ON AIME MOINS
  •  Le mode carrière trop complexe
  • Le son des moteurs

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Essai jeu vidéo : F1 2017"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
MINI_Stig
Invité
Et bien pour le son je ne suis absolument pas d’accord ! 😛 Comparez entre le jeu et la réalité, s’il y a bien une chose qui est relativement fidèle, c’est bien ce point là, je ne comprends donc pas trop la critique relativement dure et catégorique… Pour le reste, là non plus, pas franchement d’accord mais c’est plus par comparaison qu’en réel désaccord : Graphiquement il y a des choses intéressantes mais il y a une sensation de flou désagréable en « arrière plan » (enfin là où le regard se pose normalement) et globalement ça fait daté (peu lumineux et… Lire la suite >>
wpDiscuz