Accueil Land Rover Le futur Defender d’Ineos s’appellera Grenadier

Le futur Defender d’Ineos s’appellera Grenadier

2668
4
PARTAGER
Defender - Grenadier

Le PDG du géant de la chimie Ineos, Jim Ratcliff, a révélé le nom du futur tout-terrain qu’il souhaite lancer pour succéder au Defender.Comme l’explique Jim Ratcliff, résidant suisse, le futur tout-terrain doit adopter un nom viril, militaire, et surtout britannique. Il s’appellera donc Grenadier.

Programmé pour 2020, le futur 4×4 Ineos reposera sur un châssis échelle comme le Defender et sera disponible avec plusieurs empattements et carrosseries comme le légendaire Land Rover. Appelé à être vendu dans le monde entier, le futur Grenadier sera offert avec des motorisations essence, diesel et hybrides. À trois ans d’une éventuelle commercialisation, c’est un programme chargé que se donne Ineos.

Le projet devient encore plus ambitieux quand on apprend qu’Ineos Automotive réfléchit à construire une nouvelle usine au Royaume-Uni qui coûterait entre 660 et 700 millions de livres (675 et 788 millions d’euros). Cette nouvelle usine ne verrait pas le jour sans un coup de pouce du gouvernement britannique en échange des 7 000 emplois qu’Ineos créerait. Dans l’hypothèse où cette usine ne verrait pas le jour, le futur Grenadier pourrait être produit chez Magna Steyr.

Optimiste, le PDG d’Ineos Automative, Dirk Heilmann a déclaré à un confrère britannique vouloir créer « le meilleur 4×4 au monde ». « Nous avançons. Nous avons recruté une équipe de management first-class, nous avançons dans la recherche d’une usine et nous avons lancé un site web interactif dédié au Grenadier », a-t-il annoncé.

 

Source : Autocar, Ineos Automative

Source photo : Land Rover

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le futur Defender d’Ineos s’appellera Grenadier"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Will
Invité

« le futur tout-terrain doit adopter un nom viril, militaire, et surtout britannique. Il s’appellera donc Grenadier »

Lol, port’nawak

Nicolas
Invité

Bon il a un nom militaire, britannique, je sais pas…

Gautier Bottet
Editor

Le nom est certes d’origine française : le régiment des Grenadier Guards a pris ce nom en 1815 après… Waterloo. Mais ce sont aussi ces fameux Grenadier Guards qui gardent Buckingham Palace, avec leur tunique rouge, leur couvre chef en poil d’ours et leur visage impassible. Le colonel en chef du régiment est la reine Elizabeth, et le colonel le Prince Philip…

Pas assez anglais ?

Will
Invité

C’est pas le côté anglais qui me fait « rire », c’est le pitch voulant un nom viril et militaire.
Ils pourraient laisser le côté militaire hors du domaine civil et plutôt axer sur le côté aventure, baroudeur… Là je trouve que ça révèle une mentalité assez superficielle…

wpDiscuz