Accueil Constructeurs Essai : Ford GT 2017

Essai : Ford GT 2017

1621
22
PARTAGER
Essai Ford GT (2017)

La Ford GT victorieuse au Mans débarque dans la rue. Et si elle a pour l’occasion laissé son aileron au stand, elle conserve la majeure partie de ses gènes liés à la compétition. Nous avons pu en prendre le volant sur les pistes de développement de Michelin, à Ladoux.

Apparue pour la première fois en 2015, la Ford GT avait pour mission de réitérer les exploits de son aïeule GT40 en terres mancelles. Chose qui fut faite dès sa première participation aux 24 heures l’année suivante. Mais ce qui aurait pu rester à l’état de voiture de course cantonnée à l’asphalte des circuits a surtout donné lieu à une version civile, que nous avons eu le privilège d’essayer.

Style extérieur

Les ingénieurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire de la GT une vraie fille d’Eole. Et la version de route ne diffère esthétiquement que très peu de sa sœur de compétition. Extracteurs à l’avant, flancs généreusement creusés et surtout partie arrière fuselée, rien n’a été laissé au hasard pour maîtriser au mieux les flux d’air. Jusqu’à l’aileron qui vient se désolidariser de la face arrière en action et muni de petits volets améliorant l’appui en toutes circonstances.

Déjà très agressive visuellement lorsqu’elle est en position normale, la Ford GT l’est encore plus lorsqu’elle s’abaisse (ou descend brutalement plus exactement) de 5 centimètres, une fois le mode track sélectionné. Il ne reste alors plus qu’à la floquer pour se croire au stand Ford des 24 heures du Mans!

Style intérieur et équipement

Ce n’est pas une surprise, il faut un minimum de contorsions pour prendre place à bord. Et commencer par enjamber les énormes pontons avant de glisser dans l’habitacle. Une fois en place, ne cherchez pas le réglage du siège, et pour cause : il n’y en a pas. Autre héritage de la compétition, ce sont en fait le volant et le pédalier qui s’adaptent à la morphologie du conducteur. Les sièges sont pour leur part très rapprochés, du fait de la cellule centrale réduite au maximum.

Toutefois, la Ford GT n’est pas avare en termes d’équipement. Ainsi, on y trouve la climatisation ainsi le système d’info-divertissement Sync 3. Et comme toute production américaine qui se respecte, la GT est dotée de deux porte-gobelets… Le niveau de finition intérieur cependant est correct. Même si carbone, alcantara et cuir sont présents, on aurait apprécié un souci du détail plus poussé (notamment au niveau des différents boutons) sur une auto de cet acabit.

Enfin et vous vous en doutez, ce n’est pas avec la GT que l’on part en vacances prolongées avec des bagages… Le coffre d’une contenance de 11 litres ne pourra au mieux qu’accueillir le vanity-case de Madame et les rangements intérieurs sont inexistants…

 

Châssis et motorisation

Pour le châssis, Ford a opté une fois encore pour des solutions techniques issues de la course. Ainsi, la suspension réglable permet d’abaisser l’assiette de la GT une fois le mode track sélectionné parmi les cinq disponibles (les autres étant respectivement dénommés normal, wet, sport, et v-max). Quant à l’architecture même de la voiture, intégralement en fibre de carbone, elle permet un gain de poids considérable.

S’agissant du moteur, point de V8 comme sur la GT de 2005. A la place, c’est le V6 Ecoboost biturbo de 3,5 litres de cylindrée équipant déjà le Ford F-150 Raptor qui officie. Partageant 60% de ses pièces en commun avec la version embarquée dans le pick-up, le bloc est toutefois retravaillé en profondeur. Il est épaulé dans sa tâche par une boîte automatique séquentielle à sept rapports et double embrayage.

Fort de 647 chevaux et de 745,7 Nm de couple, ce moteur permet à la GT d’abattre le 0 à 100 en 3 secondes et de pointer à 347 km/h en vitesse maximale. Malgré la double suralimentation, les courbes de puissance et de couple sont suffisamment généreuse pour offrir une large plage d’utilisation. En outre, l’adoption d’un système anti lag agissant sur l’admission permet de diminuer le temps de réponse des deux turbocompresseurs lors des relances.

Sur la route (ou plutôt la piste)

Voici enfin le moment de nous élancer pour quelques tours de piste. Une fois la reconnaissance des lieux effectuée, le tracé composé majoritairement de courbes rapides permet d’apprécier l’équilibre et la facilité de conduite de la GT. Bien sûr, les limites de l’auto se situent à des années-lumière des compétences de la majorité des conducteurs. Mais en haussant petit à petit le rythme, on ne se sent jamais intimidé. Mieux encore, la voiture elle-même invite à passer toujours plus fort, bien aidée en cela par la direction communicative et par sa monte pneumatique efficace.

Quant aux distances de freinage, elles diminuent à vue d’œil au fil des tours grâce à un bon feeling à la pédale qui met vite en confiance. Grâce en fait à l’intégralité du système, composé d’étriers Brembo à 6 pistons à l’avant et 4 à l’arrière et de disques en carbone-céramique. Aussi puissant que progressif, il permet de doser à sa guise l’effort exercé et à s’initier ainsi à l’exercice du freinage dégressif.

Pour l’ambiance sonore, le V6 Ecoboost donne de la voix à quelques centimètres de l’épine dorsale du conducteur. Aux antipodes du rugissement caverneux d’un bon vieux V8, il possède un timbre plus suave qui finalement sied bien au comportement de la GT. Mais sans oublier pour autant ses origines américaines. Les crépitements de l’échappement sont là pour nous le rappeler à chaque passage de rapport…

Tarif et conclusion

A l’heure du verdict, il est naturellement difficile de se prononcer objectivement sur la Ford GT. Et ce d’autant plus que nous n’avons pu l’essayer que sur piste et dans le seul mode track. Néanmoins, dans ces conditions, on ne peut que tirer notre chapeau à la marque à l’ovale. Non contente d’avoir concocté une version compétition immédiatement au-dessus du lot, elle livre également une déclinaison civile hautement désirable, et à la technique évoluée.

A quoi la comparer ? L’ingénieur en chef de Ford Performance, présent lors de notre essai, nous a confié avoir utilisé une Ferrari 458 Speciale comme maître-étalon pour la conception de la GT. Puis une McLaren 675 LT. Si l’analogie avec Maranello prêtera à sourire au vu de la genèse de la Ford GT40 originelle, force est de reconnaître que la GT de 2017 est entre deux feux. En termes de performance, celles-ci la classe dans la catégorie des supercars modernes à l’instar de la Ferrari 488 GTB. Mais sa technique la rapproche également du cercle fermé des hypercars.

Quoiqu’il en soit, malgré son tarif tournant aux alentours du demi-million d’euros, la GT a de toute façon trouvé son public. Pour preuve ? Les 1 000 exemplaires qui seront produits à raison de 250 par an ont d’ores et déjà trouvé preneur. Les acheteurs non sélectionnés devront donc scruter assidûment les annonces. Et composer avec la spéculation qui touchera nécessairement la GT, tôt ou tard…

+ON AIME
Souplesse mécanique
Freinage et châssis mettant en confiance
Technologie avancée
ON AIME MOINS
Déjà toutes vendues
Détails de finition grossiers

 

FORD GT 2017
Prix (à partir de)environ 500 000 euros
Prix du modèle essayé
Moteur
Type et implantationV6 biturbo, position centrale arrière
Cylindrée (cm3)3497
Puissance (kW/ch)476/647  à 6 250 tr/min
Couple (Nm)745,7 à 5 900 trs/min
Transmission
Roues motricesPropulsion
Boîte de vitessesDouble embrayage à sept rapports
Châssis
Suspension avantDouble triangle
Suspension arrièreDouble triangle
FreinsDisques ventilés-rainurés 394mm – étriers 6 pistons fixes AV/Disques ventilés-rainurés 360 mm – étriers 4 pistons fixes AR
Jantes et pneus245/35 R20 AV et 325/30 R20 AR – Michelin Pilot Sport Cup 2
Performances
Vitesse maximale (km/h)347
0 à 100 km/h (s)3,0
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)NC
Cycle extra-urbain (l/100 km)NC
Cycle mixte (l/100 km)NC
CO2 (g/km)NC
Dimensions
Longueur (mm)4779
Largeur (mm)2238
Hauteur (mm)1090
Empattement (mm)2710
Volume de coffre (l)11
Réservoir (l)57,5
Masse à vide (kg)1385

Crédits photo : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai : Ford GT 2017"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Seb
Invité
Autent je trouve dommage de « casser » la tradition de revival de l’emblématique GT40 , autent elle à une gueule tellement formidable qu’on lui pardonne volontiers ce petit écart ! :p On regrettera également la disparition du V8 et de sa sonorité typiquement US et un V6 fait  » pas très noble  » sur une voiture proposée à ce tarif ( mais bon ca reviendrait à dire qu’une Jaguar XJ220 n’était pas une caisse noble non plus et je m’y refuse catégoriquement ! :p ) Bref pour ma part un énorme coup de cœur ! Ca fait pas mal d’années que… Lire la suite >>
akouel
Invité
excellente auto routière, en revanche je passe mon tour pour cette victoire aux 24 heures du mans avec une voiture au dessus du lot : Dans les faits, elle consommait 1L au tour en plus qu’une 488GTE (6.17L VS 7.11L au tour), mais la BOP l’a bien aidée, en la mettant 20Kg plus légère que la Ferrari, et avec un réservoir de carburant supérieur de 8L. Désolé de faire mon ronchon, mais je n’ai vraiment pas apprécié leur coup de Trafalgar aux essais pour être généreusement aidés en course 🙂 Et au passage, même une Corvette (Jake never dies !)… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

C’est le problème de la BOP et de ses dérives. Cette année c’est Corvette qui en a profité … enfin, qui a failli en profiter puisque battue dans une dernière heure d’anthologie par une Aston Martin qui peut aussi dire merci à la BOP.
La victoire de cette Ford GT(qui ne pu s’appeler 40) m’avait laissé un peu sur ma faim. Héritière de sa glorieuse aînée elle ne concourait que pour une victoire de catégorie fût elle passionnante. A quand une Ford en LMP1? Oui, je sais, jamais.

akouel
Invité

Vu les qualifs de corvette cette année, je pense aussi que l’équipe a eu une bonne gestion de la course, sans trop de soucis. La BOP était clairement tourné vers Aston, au même titre que 2013 (centenaire « oblige). la dernière heure, et les derniers tours on été sublimes ! (peut on remercier la BOP pour ça ?
Joker, car nous dévions le sujet ^^

Thibaut Emme
Admin
@Gigi4LM, vu les paroles de Dave Pericak (on n’a pas pu passer l’itv, l’enregistrement était bruyamment inexploitable snif) ce n’est pas demain que Ford sera en LMP1. La seule façon serait de revivre l’époque de la GT40, ou celle des GT1. A savoir que les GT se battent pour la victoire au général. Personnellement je trouverais cela top de voir des GT qui ressemblent aux véhicules de routes, mais avec les brides relâchées histoire qu’elles tournent comme les protos ou presque. Exit les proto, ou alors qu’en LMP2. Et plus de BOP. Juste un règlement comme le LMP1 qui bride… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

@ Thibaut : Voilà un avis que je partage. Que les dieux de l’endurance vous entendent !

ART
Invité

C’est quand même bien biaiser la course cette histoire de BOP…

Thibaut Emme
Admin
Totalement. Mais, le sport dans une écrasante majorité, pratique ce genre de compensation. Quand il s’agit d’un championnat, les résultats précédents modifient le lest qui vous est attribué. On peut citer le WTCC, le WRX, etc. on peut même citer les chevaux où on applique un lest pour éviter les jockeys trop poids plume. Dans d’autres séries, le leader ouvre la route comme en WRC, ce qui fausse le rallye…une règle équitable ne pouvant exister, on pourrait tirer au sort l’ordre des départs… Mais bizarrement, on veut toujours que ce soit « équilibré ». Ici on veut de la compétition, mais on… Lire la suite >>
ART
Invité

L’argument du « ça se fait ailleurs » est assez pourri tout de même. C’est un biais, et du coup, ça fausse complètement un résultat. Equilibrer de quoi ? Si une équipe domine, tant mieux non ? C’est ainsi, ils sont mieux organiser, ont mieux développer etc.
Désolé, mais couronner « qui elle veut », on n’est plus dans le sport…

akouel
Invité

je veux ça ! Je veux ce règlement l’ACO ! et vu les constructeurs en P1, ça peut nan? quoi? Mais les constructeurs en GT vont trouver ça trop cher à faire (en même temps vu comment le GT3 a tourné, le département GT des constructeurs ne doit pas être dans le rouge, bien qu’une GTE soit déjà hors de prix à développer

Mais nous dérivons ! nous dérivons et nous nous faisons du mal ^^

Thibaut Emme
Admin

Pourquoi cher à faire ? La base est la même, mais on permet plus d’appui (on peut rallonger de qq cm le diffuseur par exemple) et proposer une carrosserie « long tail » comme avant.
Mais berk la motorisation hybride (sauf si les constructeurs le veulent…). Un thermique comme actuellement permet largement de tourner dans les temps d’une LMP1…preuve avec les LMP2.

L’avantage est que la même GTE servirait pour 3 catégories (GTE-LMP1, GTE-Pro, GTE-Am). De quoi amortir un peu plus les châssis et développements même s’il y a des différences sur les trains roulants, etc.

akouel
Invité
@thibaut : cher à faire pour le développement moteur : une gte réclame entre 8 et 10 millions d’€ pour le développement de son moteur, et si on le veut plus puissant (faudrait minimum 650ch pour que ces autos commencent à causer) il va aussi le fiabiliser, elles en font autour de 500 ajd (trop peu). il faudra revoir certaines modalités, ne serait-ce que les freins, car des freins acier, pour tourner en moins de 3’30, ça risque d’être léger. il faudra aussi un poids plus faible, avant BOP elles sont à 1245 kg. S’il y a du GT1 (autant… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Le moteur, ce n’est pas « trop » un souci. Ils sont bridés et sont prévus pour développer plus. En plus cela peut rendre les courses plus palpitantes avec la durée de 24h si spécifique. On mes des trains roulant de LMP1 non hybrides (ils sont en 18 pouces non de mémoire). Et on enlève le lest pour alléger le tout. Cela couterait plus cher qu’une GTE mais moins, largement moins qu’un LMP1 et surtout c’est une publicité roulante pour une voiture de route. Après pourquoi garder le GTE pro ? Car cela fait une catégorie accessible pour des écuries qui veulent… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

Si l’on met des GTE-Pro/LMP1 (😀) pour jouer la victoire il va falloir ralentir les nouvelles LMP2. Refaire un pas en arrière en quelque sorte

akouel
Invité
tous les constructeurs n’ont pas des trains de LMP1 (mais on est bien sur du 18 pouces si ma mémoire est bonne). Après, je n’ai rien contre un duel entre 2 catégories pour le général donc on laisse les P2 à 600 ch (mais on a vu cette année que tous les pilotes n’étaient pas en mesure de les gérer) et on met les GT1 (rien que le nom me fait ban…rêver ^^) à 650 ch, avec un réservoir plus important, et un poids quasi similaire (elles auront sans doute un avantage, mais c’est aussi la que les constructeurs iraient,… Lire la suite >>
Admin

« Personnellement je trouverais cela top de voir des GT qui ressemblent aux véhicules de routes, mais avec les brides relâchées histoire qu’elles tournent comme les protos ou presque »

Ça s’appelle le GT500… Et l’ACO n’en veut surtout pas malgré les suppliques répétées de la GT Association pour venir au Mans, parce que ce n’est pas envisageable d’avoir des autos qui ressemblent à des GT tourner autour des GTE et même des LMP2. Dommage.

Thibaut Emme
Admin

Voilà…des GT500 et des GTE/GT300 équivalentes aux GTE actuelles.

Bon après, les protos font aussi partis de l’histoire des 24H. Surtout les protos artisanaux (qui manquent).
Donc que de la GT, j’ai un doute :/

akouel
Invité
Fudji est le seul circuit où nous pouvons comparer le WEC et le gt500 : en 2016, une GT500 en qualifs pondait en moyenne du 1’29, alors qu’en wec, les p1 tapaient 1’23, les P2 1’31, et les GTE pro 1’37. Les P2 vont beaucoup plus vite cette année, et pourraient passer au niveau (voir mieux?) des gt500…donc loin, très loin d’une GTE, qui serait plus proche d’une gt300 (meilleur tour en course en 1’39, pas trouvé de qualifs !) le comparo aurait été plus intéressant face à une GT1 (la GTA demandait déjà à cette époque), bien que le… Lire la suite >>
CDA
Membre

Je suis pas trop Ford mais j’avoue que je trouve ce modèle spectaculaire.

Invité

Je pense que cette Ford comble les besoins de son créateur et en met plein la vue,alors Bravo même si j ai jamais été un grand fan de Ford.j avoue que des fois ils me surprennent.avez vous vu la nouvelle Torino 2018 vraiment on ma touché au cœur quel beau bolide.amitié

Guiome
Invité

Elle est vraiment superbe, avec ce jaune !!!
Enfin des photos réelles et non promotionnelles, c’est top !

wpDiscuz