Accueil Volvo Essai Volvo XC60 D5 235 ch Inscription

Essai Volvo XC60 D5 235 ch Inscription

654
16
PARTAGER
Essai Volvo XC60 D5 Inscription (2017)

Avec plus d’un million d’exemplaires écoulés en dix ans de carrière et surtout des chiffres de vente en constante augmentation depuis sa commercialisation, le Volvo XC60 est un véritable succès pour la marque suédoise. Un modèle primordial qui lui permet de tenir tête aux rivaux germaniques, rois auto-proclamés du segment. C’est dire si le remplacement du XC60 est crucial. Volvo a donc capitalisé sur les atouts de la première génération, tout en y apportant ce qui fait l’attrait des nouveautés de la firme de Göteborg : une vraie personnalité, un confort princier et un contenu technologique impressionnant.

Design extérieur

Pour une marque – premium qui plus est – l’identité visuelle est primordiale. Volvo n’a donc pas pris de risque en dessinant son nouveau XC60 et a juste pris le soin de réadapter sur un format plus compact le style du grand frère XC90, il est vrai particulièrement réussi. On retrouve donc le regard souligné des feux de jours à LED en forme de T. Seule différence ici, ils sont prolongés jusqu’à la calandre. Si le profil conserve les lignes de la première génération, la poupe en revanche, plus acérée, reprend l’identité du break V90 avec une partie des feux sur le hayon. Il faut tout de même avouer que le tout est plutôt réussi avec une élégance propre aux modèles premium, et une touche de personnalité qui lui permet de se démarquer de ses concurrents d’outre-Rhin.

Habitacle et équipement

Une personnalité que l’on retrouve à l’intérieur avec un habitacle qui fait honneur à la réputation de la marque. C’est élégant et original à la fois, avec une ambiance zen dont les suédois ont le secret. La qualité de fabrication est au niveau de ce qui se fait de mieux dans le segment (comprenez l’Audi Q5 et Mercedes GLC) et l’ergonomie bien pensée permet de rapidement prendre ses marques. L’habitabilité est équivalente à ce qui se fait dans la catégorie. Seule le coffre, de 505 dm3, affiche en moyenne 50 dm3 de moins que celui des concurrents.

Essai Volvo XC60 D5 Inscription (2017)

Côté équipement en revanche, c’est Byzance ! Enfin pour peu qu’on aille piocher dans l’interminable liste d’options. La version Inscription Luxe « offre » certes le toit ouvrant panoramique, la sellerie cuir, les sièges électriques et chauffant, l’accès (même au coffre) mains-libres, la caméra de recul, la climatisation quadri-zone, le régulateur de vitesse adaptatif, le pilotage semi-automatique plus toute une batterie d’aides à la conduite… Mais il faudra tout de même mettre la main au portefeuille pour profiter des – très cher – agréments que propose le suédois. Jugez plutôt : 3 240 € pour le cuir Nappa perforé, 3 100 € pour l’exceptionnelle installation audio Bowers & Wilkins, 2 300€ pour la suspension pilotée, 3 150 pour les jantes de 22 pouces !

Châssis et motorisation

En reprenant à son compte la plateforme modulaire SPA sur laquelle repose déjà la gamme 90, le XC60 fait un saut dans la modernité. Il en hérite les très bons trains roulants mais surtout les nouvelles motorisations maison. Si Volvo, passé sous pavillon chinois depuis quelques années, a réussi à conserver toute son identité et ses priorités (qualité, sécurité, technologie), les moteurs en revanche ont fait les frais de la conjoncture. Les cinq cylindres ont donc totalement disparu au profit d’une toute nouvelle famille de bloc quatre-cylindres. En essence les puissances s’échelonnent jusqu’à 340 ch. Côté diesel, le 2.0 est proposé en version 150, 190 et 235 ch. La version T8 hybride rechargeable quant à elle chapeaute la gamme avec une puissance cumulée de 407 ch. Si le cœur de gamme sera le D4 de 190 ch, notre choix s’est donc porté ici sur la version diesel la plus puissante : D5 de 235 ch. Réussi, ce bloc arrive à marier douceur, disponibilité, discrétion et performance. Lors de notre essai, la consommation affichée s’est établie aux alentours de 8,5 litres en moyenne.

Sur la route

Côté comportement en revanche, le Volvo XC60 marque le pas face à ses rivaux allemands. Si les progrès sont flagrants par rapport au premier modèle, le poids (près de 1 900kg tout de même) et l’amortissement typé confort renforcent le côté pataud de la bête. Les Audi Q5 et surtout BMW X3 sauront séduire les amateurs de conduite plus enjouée. Rien de rédhibitoire, mais les limites sont rapidement atteintes. Ce n’est de toute façon pas ce qu’on demande à cette Volvo qui s’apprécie avant tout pour son côté cocon douillet. Une impression renforcée par l’excellente suspension pilotée qui offre un niveau de confort exceptionnel, même avec des jantes de 22 pouces.

Essai Volvo XC60 D5 Inscription (2017)

Tarifs et conclusion

Volvo n’a plus vraiment de doute quant à ses capacités à vendre du premium. Les tarifs du XC60 sont haut perchés et la liste des options permet de rapidement égaler le prix des limousines allemandes. S’il est affiché à partir de 49 100 € avec la version D4 190 (cœur de gamme), notre modèle d’essai, auquel il ne manque pas grand-chose il faut le dire, est vendu au prix de 59 720 €. Et près de 80 000 € avec ses options ! L’équivalent chez Audi, c’est un Q5 2.0 TDI 190ch (le V6 diesel sera disponible cet été) en version Design Luxe vendu 57 400 €. Quant au BMW X3 (dont la nouvelle génération vient d’être présentée), il est affiché à 58 650 € avec un six-cylindres de 258 ch. Volvo plus cher que le premium allemand ? C’est désormais possible !

Performant, ultra-confortable, luxueux et hors de prix lorsqu’il est tout équipé, le Volvo XC60 est plus premium que jamais. S’il est parfaitement armé pour affronter ses rivaux germaniques, son comportement routier pataud et son coffre plus petit jouent en sa défaveur. A ce niveau de tarif, les clients sont intraitables.

+ON AIME
  • Confort princier
  • Habitacle et équipement très premium
  • Moteur discret et disponible
ON AIME MOINS
  • Comportement routier en progrès mais toujours pataud
  • Tarifs très élevés
  • Volume de coffre
VOLVO XC60 D5 Inscription
Prix (à partir de)49 100 €
Prix du modèle essayé59 720 € (hors options)
MOTEUR
Type et implantationQuatre cylindres en ligne turbo diesel
Cylindrée (cm3)1969
Puissance (kW/ch)173 / 235 @ 4 000 tr/min
Couple (Nm)480 @ 1 750 tr/min
Transmission
Roues motricesIntégrale
Boîte de vitessesAutomatique 8 rapports
Châssis
Suspension avantDouble triangle
Suspension arrièreMultibras
FreinsNC
Jantes et pneus235/55 R19
Performances
Vitesse maximale (km/h)220
0 à 100 km/h (s)7,2
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,2
Cycle extra-urbain (l/100 km)6,1
Cycle mixte (l/100 km)5,5
CO2 (g/km)144
DIMENSIONS
Longueur (mm)4 690
Largeur (mm)1 900
Hauteur (mm)1 655
Empattement (mm)2 860
Volume de coffre (l)505
Réservoir (l)71
Masse à vide (kg)1 879

Crédit illustrations : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Essai Volvo XC60 D5 235 ch Inscription"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Panama
Invité

Un vrai premium – tout est dit.
Il n’y a pas que les Allemands qui savent fair ce genre de véhicule. Et puis Volvo a su garder une image en béton

CDA
Membre

Tu le sais sûrement mais ton commentaire prête à confusion : Volvo est suédois, et appartient au groupe chinois Geely.

ddd
Invité

Et alors?

MrJeSAisTout
Invité

Et..??
Tu peux finir ta phrase stp?

Land Rover n’est pas à 100% indien?

SGL
Invité

« Il n’y a pas que les Allemands qui savent fair ce genre de véhicule »
Merci de l’avoir préciser @Panama ! 🙂
Une direction à suivre pour nos constructeurs…
Les problèmes sont plus liés à l’image que des problèmes d’ordre technique.

panama
Invité

Pas du tout SGL, c’est un contresens. Volvo sait faire du premium, Renault non.
Il n’y a pas que l’image car comme le dit l’auteur de cet article « A ce niveau de tarif, les clients sont intraitables »

SGL
Invité
Mais bien sûr ! 🙂 Ça, c’est ce que l’on fait croire au client… Prestige, passé glorieux, l’immatériel, etc. et donc ce qui fait le Pricing power par la suite. Du pipeau commercial. Rien et absolument rien, de ce que fait Volvo, de Renault ne peut faire (ou le faire par un sous-traitant dans le pire des cas). Faurecia fait 100 % de l’intérieur de la Mercedes-Benz Classe S, y pire comme référence http://www.faurecia.com/fr/faurecia-equipped-mercedes-benz-s-class-interior-without-parallel-worldwide Donc ce n’est vraiment pas un problème technique pour Renault, mais bien de motivation et de budget. Renault peut y arriver progressivement, Volvo était à la… Lire la suite >>
AXSPORT
Invité

Goshn disait que Renault faisait de l’argent sans faire de Premium et que ça lui allait bien…………..

De toute façon, ils n’ont pas de moteurs

Invité

Avec la future hybridation, mais surtout l’electrique, la notion de moteurs haut de gamme va etre caduque dans, aller, les 5 prochaines annees.
Une fois que tout le parc sera electrique, n’importe qui pourra offrir des performances de sportives sur leur modele.
http://encyclopedie-energie.org/sites/default/files/images/articles/art138_figure6_evolution-prix-kwh-batterie-lithium.png
A priori, Tesla serait deja dans les $98 au kWh avec leur Giga factory et leur cycle de recyclage.

SGL
Invité

Ah bon pourquoi pas, pourtant avec le premium les marges sont confortable, au sein du groupe VW, l’A3 équivalent à la Golf fait rentrer plus d’argent par exemple, tout le monde sait ça !

Pour les moteurs :
Un peu de la même façon que Volvo ! Non ? 😉

koko
Invité

Faut arrêter de tout ramener à Renault à chaque article et comparer ce qui est comparable.
On peut légitimement classer Volvo dans les premiums alors que Renault est généraliste. A la limite, le futur suv alpine sera éventuellement de la partie.

SGL
Invité

Et pourquoi donc ? @koko
1er Volvo a une histoire liée à Renault.
2e Volvo a le statut de premium que relativement récemment.
3e Espace, Talisman, Koleos, kadjar, Mégane, en haut de gamme, sont parfaitement en concurrence.
Alpine, effectivement, mais c’est dans le futur.
Il suffit que Renault pousse un peu le curseur sur la finition Initiale paris pour qu’ils soient en plein dedans !

wizz
Membre
axsport ne pas avoir de moteur, est ce réellement un problème? rappelle nous s’il y a un moteur Lotus sous le capot des Elise, Exige, Evora… Suzuki n’a pas de moteur diesel pour les voitures. Il se fournissait chez PSA, puis Renault, puis Fiatvia GM, puis a failli se fournir chez VW avant de se forunir directement chez Fiat Toyota ne veut plus dépenser un kopek pour développer des nouveaux moteurs diesel rien que pour le marché européen. Pas grave, il se fournit chez BMW Mitubishi n’avait pas de moteur diesel pour l’Europe. Mais pas de soucis, puisque VW leur… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

j’ajouterais aux propos de wizz que pour rappel de jolies mercedes ont des moteurs renault sous le capeau. Ca ne me choque pas. L’ancien XC90 avait un très réussi V8 essence Yamaha.

ddd
Invité

Pourquoi ne pas comparer les choses comparables?

Comme un XC60 D4 AWD 190 Geartronic Inscription affiché a 55 220€*, comparé aux :
Q5 2.0 TDI 190 S-tronic Design Lux affiché a 58 900€*.
Ou GLC 250d 204 Fascination a 58 600€*.

Par ailleurs le X3 xDrive20d 190 sera aussi disponible, en 4 cylindres comme les modèles ci-dessus.

*Tous les tarifs proviennent des configurateurs des filiales France.

Neoxa
Invité

options chères certes, mais les autres ne font pas forcément mieux. par exemple l’option 22pouces (est-ce utile?) est beaucoup moins chère que la monte hiver en 21 pouces proposée chez Tesla à 7500EUR. De toute façon sur le XC60 comme le XC90, la meilleure version est la motorisation plugin-hybride, dont le prix explose il est vrai. du coup l’acheteur intéressé ne s’offusquera pas de quelques options à ajouter.

wpDiscuz