Accueil Actualités Entreprise Michelin invente le pneu du futur imprimable en 3D

Michelin invente le pneu du futur imprimable en 3D

481
5
PARTAGER

Motorisation électrique, système de conduite autonome, design « boîte à chaussure », l’automobile de demain ne sera plus la même qu’aujourd’hui. Tous les concept-cars annonciateurs d’un futur meilleur ont pourtant tous un composant en commun qui n’a pas vraiment changé depuis un siècle dans son principe, le pneumatique. Michelin est bien décidé à le faire entrer dans le 21e siècle en dévoilant au salon Movin’on de Montréal, un tout nouveau concept de pneu bio, recyclable et rechargeable sur une imprimante 3D.

Baptisé Vision tout simplement, ce pneu du futur adopte une structure intérieure alvéolaire capable de supporter le poids d’une voiture. Supprimant l’air, cette structure envoie ainsi aux oubliettes les éventuelles explosions et les crevaisons. Sur sa partie extérieure, le pneu Vision reçoit une bande de roulement biodégradable inédite qui peut être rechargée avec une imprimante 3D.

Concrètement, le client viendra dans une station équipée d’imprimantes 3D pour remettre de la gomme sur la bande de roulement lorsque le pneu est usé. Quant à savoir quand il sera usé, pas de soucis de ce côté puisque le pneu Vision est équipé de capteurs et connecté pour renseigner sur son état en temps réel.

Reste à savoir quand ce pneu du futur deviendra réalité. Aucune date de commercialisation n’a été évoquée, mais les dirigeants de Michelin estiment qu’avec l’accélération des innovations technologiques, le pneu Vision pourrait débarquer dans dix ans, voire moins.

 


Source : Michelin

Source photo : Michelin

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Michelin invente le pneu du futur imprimable en 3D"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Georges
Invité

Ça me semble bien plus réaliste que de faire des tunnels partout sous les villes… .

Ce que j’en retire c’est l’adaptation du pneus aux conditions, hiver, humidité, été, pourquoi pas confort, performance.
Une optimisation de son comportement du fait qu’il n’a plus le critère du kilométrage.

Michel
Invité

Seul bémol, le temps d’impression, en technologie additive, on dépose de minces couche de matériau, de ce fait le process d’impression d’une couche prend plus de temps que de changer 4 pneus

Thibaut Emme
Admin
En fait ce n’est pas le temps de changer les pneus qui est à prendre en compte, mais le fait que l’on n’a plus à transporter les pneus d’un coin à l’autre de la France. Vous prévoyez de changer les pneus mais votre garagiste ne les a pas en stock, vous devez attendre qu’il en fasse venir. Dans bcp d’endroits ce ne sera pas avant 2 jours, voire plus. Là il lance l’impression et hop. Autre intérêt, on a n’importe quelle taille à dispo, gain de stock. Et en théorie, vous venez avec 1 pneu crevé, on prend les mesures… Lire la suite >>
Michel
Invité

Effectivement on pourrait programmer sont voyage et établir une ou plusieurs étapes techniques pour équiper le véhicule avec des pneumatiques pré-commandés

Disons plutot le pneu sans air comprimé, par la physique, les trous de des structures type éponges sont remplis d’air a pression ambiante

labradaauto
Invité
Le pneu ne cesse d’évoluer. je reviens sur le temps où je changeais les pneus à chaque vidange et c’était 3000 km. Oh c’est pas loin 45 ans . A présent les pneus des autos que j’utilise sur route , ils n’usent plus, sont larges, perdent en qualité parce que les gommes prennent lune , soleil. ça rejoint les plaquettes de frein qui se décollent du support métallique. En résumé on ne se sert plus de l’organe…grâce à la nouvelle législation qui interdit de « se servir » des autos. Même des pneus remanufacturés que j’ai essayés récemment offrent une qualité irréprochable… Lire la suite >>
wpDiscuz