Accueil GP2 F2 2017 à Bakou : Leclerc, au nom du père

F2 2017 à Bakou : Leclerc, au nom du père

130
0
PARTAGER

Du grand, du très grand Charles Leclerc (Prema.) Malgré le décès de son père, le Monégasque a dominé les deux courses de F2 de Bakou.

Les essais

Pas de pot pour Alex Albon (ART Grand Prix) : il s’est blessé lors d’une balade à VTT. Du coup, son équipe a du appeler Sergey Sirotkin en urgence.
L’autre actualité, c’est la mort d’Hervé Leclerc, le père de Charles (Prema.) Finaliste du volant Avia-La Châtre 1982, il parti à la faute sous les yeux des jurés Jean-Pierre Jarier et Johnny Servoz-Gavin. Leclerc Sr obtint tout de même son ticket pour une saison de F3 Européenne. Il disputa ensuite le championnat de France de F3 en « B », puis en « A », sans marquer les esprits. Au moins, il a transmis la passion à ses enfants. Sans Hervé, Charles n’aurait peut-être pas fait de sport auto…

A Baku, le Monégasque fait abstraction de ses problèmes et il décroche la pole. Sa quatrième en autant d’épreuve de F2.

Course 1

Leclerc se retrouve aux côtés de Nobuharu Matsushita (ART Grand Prix.) Le Japonais a oublié de mettre son réveil et au feu vert, Nicholas Latifi (DAMS), Nyck de Vries (Rappax) et Antonio Fuoco (Prema) le déposent. Johnny Cecotto Jr (Rappax) part des stands, prend un virage, puis il se plante au second. Safety-car.
A la reprise, de Vries s’offre Latifi, tandis que Matsushita et Artem Markelov (Russian Time) doublent Fuoco. Sergio Canamasas (Trident) veut lui aussi le scalp de l’Italien. Il le double, Fuoco tente de se dédoubler. Il lui roule dessus et fini dans le décor. Les leaders partent aux stands et le seul changement, c’est que Markelov ressort devant Matsushita. Nabil Jeffri (Trident) tente de rester en piste. L’ex-pilote d’essai Lotus Racing se prend une tarte aux murs, d’où une neutralisation.
Luca Ghiotto (Russian Time) et Ralph Boschung (Campos) ne se sont pas arrêtés. Ils sont 1er et 2e, devant Leclerc. Au drapeau vert, le Monégasque double le Suisse Francophone. Louis Delétraz (Racing Engineering) part à la faute, entrainant un autre safety-car.
Au restart, de Vries et Latifi doublent Boschung. Leclerc, lui, attend que Ghiotto aille aux stands, puis il reprend les commandes. Sean Gelael (Arden) plante sa voiture dans un secteur sinueux. Sirotkin ne peut l’éviter et c’est un drapeau rouge.

Leclerc est déclaré vainqueur, devant de Vries et Latifi.

Course 2

Le lendemain, Oliver Rowland (DAMS) est en pole. Au feu vert, Boschung prend un meilleur départ. Norman Nato (Arden) surgit de nul part et se porte à la hauteur du Suisse. Les deux voitures se gênent et Rowland prend la tête. Nato, lui, essaye de semer Boschung et il perd quelques plumes. Boschung, davantage touché, laisse passer Latifi. De Vries se mène au groupe de chasse. Il double le Suisse, puis le Canadien. Coup de théâtre : Rowland est au ralenti, puis de Vries. Jordan King (MP Motorsport) et Leclerc, qui ont doublé Boschung, sont 3e et 4e. Le Monégasque passe alors à la vitesse supérieur, s’offrant King, Latifi et Nato. Hélas, on lui signifie qu’il est pénalisé de 10 secondes pour n’avoir pas suffisamment ralenti sous les drapeaux jaunes. Il a beau enchainer les tours de qualifications, Nato reste virtuellement 1er.

Nato, Leclerc et Latifi forment le tiercé de la course 2.

Leclerc a su faire abstraction du décès de son père pour s’imposer à Bakou. Frôlant le week-end parfait, il a déjà 122 points au tiers de la saison. Rowland est 2e, à 80 points. Markelov suit, à 76 points.
Le Français Nato passe 9e, à 43 points.

Source :
FIA Formula Two

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz