Accueil Endurance 24 Heures du Mans 2017 : Porsche revient de loin et gagne...

24 Heures du Mans 2017 : Porsche revient de loin et gagne pour la 19ème fois

155
113
PARTAGER

Pour tous les passionnés de compétition automobile, on comprend fort bien pourquoi, une fois encore en suivant cette édition des 24 heures du Mans, que l’Endurance est une discipline particulièrement prisée. Presque à chaque occasion, la magie du Mans est capable d’écrire un scénario de course digne d’un réalisateur de très grand talent.

Cette année encore, nous fûmes particulièrement gâtés.

Toyota frappée au coeur

Chez Toyota, la partition semblait parfaitement maîtrisée avec des victoires en championnat, de nombreuses séances d’essais de 30 heures chacune, au déroulement parfait et l’engagement d’une troisième auto pour pallier à tout incident de course. Hélas, le Toyota Gazoo Racing, qui a enregistré deux abandons en moins d’une heure de temps, est vraiment, une fois de plus, tombé de l’échelle.

Sans vouloir tout de suite évoquer les conséquences polico-sportives que ce retentissant échec entrainera de facto, nous voulons établir une image, sans doute subjective, de cette course à tout le moins débridée.

Pour les deux usines, chantres de l’hyper technologie ériger en dogme une telle sophistication, a sans doute pris du plomb dans l’aile. A cause de la chaleur, peut être?

En tout cas, on ne pouvait que remarquer combien il y avait de similitudes quand la Porsche N° 2 fut rentrée au box et mise sur tréteaux et quand la même aventure survint sur la Toyota N°8. Tout se passait sur l’avant et les mécaniciens de l’allemande semblaient très au fait du problème, alors que leurs homologues japonais paraissaient plus tâtonner, sans doute très surpris par la situation.

Sans morgue aucune, ni complexe de supériorité, l’équipe Toyota ne pouvait que compter sur son avantage numérique. Avec trois voitures en piste on pensait sans aucun doute qu’il en restait deux pour faire face à l’unique rescapée Porsche.

Puis coup sur coup, ces deux Toyota, pourtant bien en rythme, abandonnaient sèchement et la problématique s’inversait totalement, avec la Porsche N°2 lancée dans un splendide slalom réalisé  de manière quasi permanente, entre les rapides LMP2 et les GTE insolentes, ne dégageant pas facilement la trajectoire.

Les LMP2 entrevoient la victoire

On assistait à un véritable chambardement avec la possible victoire d’une LMP2 et par là-même, de Dunlop et non de Michelin comme depuis des lustres.

L’intérêt se reportait de manière très forte sur les LPM2.

Pour comprendre dans quel état d’esprit les pilotes de ces LMP2 vivaient cette nouvelle opportunité de gagner les 24 heures, nous nous sommes immergé un moment au coeur du stand Alpine, alors qu’auparavant, nous avions rencontré notre ami Tristan Gommendy – prenant un solide petit-déjeuner – , acteur majeur au sein du team Jackie Chan DC Racing, partageant le volant de l’Oreca N° 37 avec A. Brundle et D.Cheng.

Avec un incident de course subi par D.Cheng en début d’épreuve, l’équipage était contraint de pousser les feux pour ne pas trop se faire déborder. Avec des triple-relais systématiques pour une gestion optimale des pneus, la course ne fut pas une promenade de santé, notamment à cause de la chaleur.  Au milieu de nuit, Tristan ne souhaita pas effectuer un quadruple relais (chaque relais durant entre 35 et 40 minutes) sa position dans l’auto lui faisant directement toucher le carbone, il avait sérieusement mal à la jambe.

Par ailleurs, des caprices de l’accélérateur électronique nécessitant une très grande méfiance, on l’aura compris, la course ne fut pas une promenade de santé.

Chez Alpine, Bernard Ollivier et Philippe Sinault scrutent les écrans et réagissent aux images de passages osés de certains concurrents. Nelson Panciatici et Pierre Ragues, assis à côté d’eux, ne sont pas moins expressifs. Nelson, qui vient de laisser le volant à A. Negrao n’est pas trop marqué par l’effort intense qu’il vient de produire. Toute l’équipe est tendue vers un podium à conserver de haute lutte, quand la N°35 sort à Arnage, peine à s’extirper des graviers et rentre au stand, où l’on change les freins. Exit donc le podium génial mais toutefois, remarquable performance d’une équipe attachante.

Les Rébellion ont tenu tout au long de la course  le haut du pavé. Des petits soucis mineurs, ont un peu entravé la marche impériale de la N°13 dont les pilotes  avec une immense satisfaction grimpent sur le podium. Le team Jackie Chan DC Racing a pu un temps entrevoir une victoire absolue la seconde place a néanmoins suscité des manifestations de joie bien compréhensible pour les pilotes H.P. Tung, O. Jarvis et très jeune français (19 ans) T. Laurent.

Le spectacle avec les GTE Pro

Les protagonistes de la catégorie GTE Pro auront été les grands animateurs de cette course,, tout à fait non conventionnelle dans son déroulement. Roue dans roue du début à la fin, la Corvette N°63, l’Aston N°97, la Ford N°67 et la Porsche N°91 ont rivalisé d’audace, de culot même pour ne jamais abdiquer et renoncer au podium. Une forme d’hystérie envahissait les stands supportant, qui la Corvette, qui l’Aston, à laquelle nous pourrions sans doute décerner la palme de la maîtrise.

J. Taylor sur la Corvette ne voulant rien lâcher, tenta bien de couper les cordes façon stock-cars, il y laissait quelques ambitions et fut remonté pour la seconde place – in extrémis- par la Ford N° 67.

Dans ce final époustouflant, dont Ferrari se trouve exclu, nous avons pu mesurer une fois encore la très grande popularité de cette catégorie, tout comme celle de GTE Am, où cette fois, les Ferrari trustent les trois premières places.

Les puristes et certains teams continueront de critiquer l’injustice crée par cette BOP ou balance des performances, mettant à la main des organisateurs le résultat qu’ils espèrent voir se réaliser par la marque qu’ils entendent mettre en avant.

En GTE Am…

Ferrari truste le podium avec trois 488 GTE issues de trois teams privés différents.

C’est peu dire que Monsieur Nardon responsable du service compétition clients n’était pas le plus disert car l’AF Corse avait vu ses chances anéanties par des sorties de piste non imputables aux pilotes maison.

Porsche paradait dès 15h 05 avec des tee shirts siglés « hattrick » avec la mention des 17, 18 et 19ème victoires ces trois dernières années. T.Bernhard encore au volant ne pouvait pas vraiment retenir ses larmes tant il avait sans doute le sentiment de revenir de très loin.

Les membres du team Toyota n’affichaient pas trop leurs sentiments, mais nous ne sommes pas sûrs que les bolides miniatures distribués aux VIP trouveront une place de choix dans les vitrines, où elles auraient dû célébrer -enfin- la notoriété sportive couronnée par un succès aux 24 heures. Après cet échec aussi sévère que cruel, on peut penser que la haute direction s’interrogera, non pas sur la pertinence d’un système hybride au quotidien mais sur les vertus confinant au fiasco de l’hybride pour la compétition au sommet.

Décidément au Mans tout peut arriver, même un renard traversant la piste au milieu de la nuit…

Pour notre part, il est grand temps que les grandes lignes du futur règlement évoluent encore avec moins d’usines à gaz et des coûts très encadrés, faute de quoi les constructeurs, Peugeot en tête ne franchiront plus le pas d’une venue en championnat du monde.

Le public adore les courses d’endurance à preuve les 258 500 spectateurs décomptés ce week-end, alors, nous faisons confiance aux travaux conjoints de l’ACO et de la FIA pour promouvoir de manière forte et inventive cette belle discipline.

Texte : Alain Monnot, illustration : T.Emme/le blog auto sauf 4-5-A. Monnot, galerie-Thierry Coulibaly

Poster un Commentaire

113 Commentaires sur "24 Heures du Mans 2017 : Porsche revient de loin et gagne pour la 19ème fois"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Philippe
Invité

Cette course confirme une nouvelle fois ce que nous savons depuis des décennies : les constructeurs allemands sont supérieurs, et de loin, à tous leurs concurrents. Parmi ces concurrents, les japonais qui n’ont toujours pas compris qu’ils ne boxaient pas dans la même catégorie. Toyota, un constructeur spécialisé en citadines hybrides pour papy et non en voitures de sport, s’obstine et continue de se ridiculiser devant le monde entier. Honda, Nissan et Toyota même combat. Que cela serve de leçon à Peugeot. Les allemands sont inaccessibles.

wizz
Membre

un peu de chance aussi, non?
genre 2016, où on avait autant de chance de gagner au loto que de voir Toyota en panne à quelques minutes de l’arrivée?

Pit
Invité

C’est faux.
L’équipe Toyota est allemande…
…et Peugeot avait bien réussi à gagner.

Et les allemands sont loin d’être infaillibles cf. les Mercedes ridicules en 1998, les plus rapides mais disparues au bout de deux heures de cette course d’anthologie.

Les constructeurs allemands gagnent régulièrement parce qu’ils mettent les moyens pendant des années.
Et Toyota aurait pu gagner cette année si une de leur voiture ne s’était pas faite percutée par une autre par exemple.

samuel
Invité

L’ équipe est qllemqnde mais le moteur et le systeme hybride viennnent du Japon. L ‘integration et la construction de la TS050 se fait chez TMG à Cologne.

Luk
Invité

Encore un mec qui ne connaît rien à la compétition automobile, quand la Porsche n2 rentre au stand pendant 1h les 3 Toy dominent, elles l’ont fait sur les performances (Kobayashi). C’est une histoire de malchance, rien de plus, comme pour la Porsche 1. Intéresse toi réellement à la compétition, avant de parler.

francois
Invité

Chapeau Philippe, ça mord bien ! 😀

SAM
Invité

@Vous craquez Philippe? Vous êtes bien le produit du consommateur qui dit des bêtises? Donc si on suit votre raisonnement … Demain matin au volant de votre Polo vous vous sentirez valorisé par la victoire de Porsche?

Les allemands ne sont présents qu’aux 24H du Mans et juste pour se faire de la pub. A quand Audi ou Porsche ou VW en F1?

On aurait aimé voir Toyota gagner mais pour moi le Mans c’est de la communication pour des publicitaires et autres marketings destinés à des gens comme vous! Ce n’est plus une course mythique!

KifKif
Invité

@SAM, honnêtement, cette édition était particulièrement géniale

SAM
Invité

@KifKif

Oui mais à part des grands groupes qui y vont pour faire des panneaux publicitaires sur leur victoire après… Plus personne n’y va aux Mans et c’est fort dommage! Il manque ce grain de folie. C’est devenu trop marketing. Prenez Audi, cette marque est présente nul part en compétition… Elle ne faisait son beurre que sur cette course mythique relayée par une presse amnésique! Si Peugeot, Audi, Porsche, Toyota, Mercedes, Maserati, Bentley alignent des autos pour la même édition et que le compétition soit au niveau de la F1, je prend!

SAM
Invité

Bien sûr si Mazda et Nissan se lancent aussi!

Quercus
Invité

C’est vrai, le mans n’a rien apporté à l’automobile, juste le macadam, Le turbo,le frein à disque, les feux à led, phare antibrouillard …….. que des inventions sans intérêts pour les automobilistes, c’est affligeant d’ignorance ce type de commentaires

Quercus
Invité

Le Mans n’est plus une course mythique, j’ai les oreilles qui saignent et ceux des 250 000 spectateurs aussi je pense !

KifKif
Invité
Il faut avoir le triomphe modeste : il est vrai que Porsche travaille énormément sur la fiabilité, et que les mécaniciens sont rodés (ils donnaient l’impression de savoir à quel problème ils avaient à faire quand chez Toyota ils semblaient plus perplexes)… Les Toyotas étaient plus performantes, ne l’oublions pas, et ont remporté toutes les courses depuis le début de cette saison… Le facteur chance est également de la partie… Mais la vraie prouesse à souligner, c’est la TENACITE du team de la n°2, qui classé en dernière position en début de course après 1h05 d’arrêt, remonte tous les concurrents… Lire la suite >>
Verslefutur
Invité

« Toyota, un constructeur spécialisé en citadines hybrides pour papy »
Zut, j’ai pourri la moyenne d’âge en achetant ma Prius neuve à 24 ans 🙂
Lorsque l’on sait conduire une hybride, on laisse sur place pas mal de tacot mazout récent, car ce sont des voitures très vives en reprises et en accélérations.

Bernardo
Invité

La « Jamais Contente » , 1ère voiture électrique aussi !
De la même façon tu es « un passé » de retour Verslefutur . . .
En fait t’es juste un papy ré-incarné dans une peau de jeune 😉 lol

neutre
Invité

En même temps, quand on voit le créateur de groupe (A.D.) et les tricheries du groupes VW AG actuellement, ont peux se poser des questions sur les victoires des allemandes… tricherie, corruption ou sabotage… les 3 peut-être… faite vos jeux et préparer les pop-corn ^^

Papy turbo
Invité

Il suffit de se renseigner , les Audi diésel ont gagné le mans sans une goutte de diésel pendant des années………

Rowhider
Invité
Merci Philippe, pour ce post qui m’aura bien fait rigoler. Pour ta gouverne, l’équipe Porsche LMP1 a été bâtie de zéro en grande partie avec les transfuges de Peugeot-Sport suite au retrait du Mans. De la même manière que l’équipes VW WRC est en grande partie construite autour d’ingénieurs de Peugeot et Citroën après l’arrêt des programmes sportifs respectifs. Cela fait longtemps que le drapeau d’un constructeur ne signifie plus rien: les ingénieurs des équipes ayant toutes les nationalités. A part amener des finances, les constructeurs n’apportent pas grand chose. Et pour ton information, les constructeurs germaniques premium trustent les… Lire la suite >>
Jota
Invité

Le 1er commentaire est risible.
Il est étonnant de constater la compétitivité des mamies V8 Vantage, surtout que l’on entend toujours que les modèles civils sont plus typés grand tourisme que leurs concurrents etc etc… Tel est pris qui croyait prendre.
Et bravo Porsche, même si je suis convaincu que Toyota persistera pour atteindre le podium l’an prochain.

Rowhider
Invité

Aston Martin était devant uniquement grâce à la balance des performances mise en place dans la catégorie: les concurrentes étaient bridées et alourdies pour que les vieilles Aston puissent se battre avec.
C’est un résultat en trompe-l’oeil pour Aston-Martin, pas de quoi pavoiser.

Thibaut Emme
Admin
Disons qu’en GTE les écarts sont tellement minimes qu’un changement de lest ou de 1mm de bride suffit pour bouleverser la catégorie. La question fondamentale est…est-il sportif d’avoir une BOP ? Quand on ose poser la question dans les paddocks (ce que l’on a fait bien sûr), on voit les sourires se crisper… Officiellement, « ce n’est pas à moi de juger si la BoP est bonne ou pas. C’est l’ACO et la FIA qui décident. Nous on doit faire avec ce que l’on nous donne et aller le plus rapidement possible. C’est notre job »… Officieusement, la BoP est une manoeuvre… Lire la suite >>
Raymond Boncoin
Invité
Cette question de la BOP est récurrente, et c’est tout à fait logique car des modèles qui devraient être logiquement bien devant ne le sont pas en raison de cette « bride » artificielle. Maintenant si la BOP n’existait pas, l’on ne verrait pas autant de GT. C’est la contrepartie positive : chaque constructeur d’importance peut espérer l’emporter. D’ailleurs cette année Porsche s’était très bien préparé avec sa nouvelle 911 RSR. Et l’année dernière les Ford GT l’ont bien emporté après un mano a mano dantesque avec les Ferrari. Moi je reste favorable à la BOP, ne serait-ce que pour… Lire la suite >>
AXSPORT
Invité

En fait, Une LMP1 « non hybride » pourrait gagner face à ces usines à gaz !!!

Invité

Normalement l’année prochaine il y aura une plus grande équité de performance entre les lmp1 hybride et privé, ce qui semble attirer du monde avec déjà 9 voitures annoncés.

En tout bravo a Rebellion pour avoir enfin eu ce podium, belle ironie d’avoir du descendre en lmp2 pour le réussir d’ailleurs :p

Très beau finish en GTE même si la pauvre Corvette à tout perdu dans le dernier tour, quand même fou cela dit que la Vantage qui roule depuis presque 10 ans soit au même niveau que des voitures toutes neuves ^^’

AXSPORT
Invité

La BOP l’a sauvé……

Invité

Ah ça je dis pas le contraire, sans BOP je pense que les Ford écraseraient tout le monde

Will
Invité

Question bête, l’aura des 24h du Mans, c’est dû au circuit du Mans ? Ou au 24h ?
Je veux dire, n’aurait-on pas la même « tension », la même incertitude et à force la même aura sur n’importe quel circuit où l’on roulerait 24h ?
Y a-t-il d’autres courses qui durent 24h ?
Le Mans est-il le seul circuit suffisamment long pour une telle course ?
Il y a les 12h de Sebring mais personne n’en parle, pourquoi ? C’est chiant ? (en tout cas en jeu vidéo j’ai toujours trouvé ce circuit chiant)

Thibaut Emme
Admin
@Will : En fait les 24H ont toujours cette aura capable de mobiliser 260 000 spectateurs, venus de partout dans le monde grâce à la fois au circuit des 24H mais aussi la durée, ainsi que la date où elles ont lieu. Le circuit, certes il a été aménagé au fil des années (les chicanes sur les Hunaudières, la modification de Mulsanne devenu un rond-point, le raccordement, etc. mais il reste grosso modo le même depuis des dizaines d’années. Grosso modo et sauf erreur, depuis 1932 le circuit a trouvé sa distance actuelle de 13,6 km. Bien sûr on ne… Lire la suite >>
Will
Invité

Ca en fait des choses, comme quoi ce n’est pas si simple à expliquer.

C’est vrai que c’est peut-être le côté non permanent qui joue pas mal, le mélange ville/forêt, un circuit qui ne ressemble pas trop à un circuit.
J’imagine 24h à Spa, il manquerait le côté urbain. Et 24h à Monaco, il manquerait le côté nature (et de toute façon tout le monde finirait dans un rail).

Admin
Il y a bien d’autres courses de 24 heures. 24 Heures de Spa justement, tous les étés pour les GT3. 24 heures de Daytona en janvier, 24 heures du Nürburgring en mai, pour ne citer que les classiques, mais aucune n’égale les 24 Heures du Mans. A côté des points cités par Thibaut, on peut rajouter le fait que le circuit est ultra-rapide. 80% du temps à fond d’accélération, cela rajoute au challenge pour les machines et les hommes. Et avant l’ajout des chicanes dans les Hunaudières, c’était la course où l’on atteignait les vitesses les plus élevées, 405 km/h… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Et de façon amusante, AJ Foyt qui était là avec Ford pour le cinquantenaire de sa victoire en 67 sur une Shelby GT 40 ne comprend toujours pas pourquoi il fascine autant la jeune génération. « C’était il y a 50 ans ! C’est vieux ». A noter qu’il a les 24h et 4 fois les 500 miles…mais pas Monaco en F1 🙂 Dans beaucoup de course, seule la victoire ou le podium compte. Là, finir les 24h est un aboutissement pour beaucoup d’équipage. C’est gravir l’Everest, on sait qu’on n’est pas le premier, pas le plus rapide, sans doute pas le… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

Un peu comme le Vendée Globe, l’important est de le boucler (mais l’épreuve est encore trop récente pour entretenir la légende)

Salva
Invité

L’ Aston Martin DB 8 vous salue bien…

Thibaut Emme
Admin

La DB8 peut saluer, mais elle n’a jamais existé chez Aston Martin 😉
Ce n’est d’ailleurs pas une DB9 qui courait au Mans, mais une Vantage. Dès l’an prochain elle sera remplacé et a magnifiquement signé son départ en retraite.
http://www.leblogauto.com/2017/06/24-heures-mans-2017-rencontre-david-richards-spirit-of-mans-2017.html

Salva
Invité

La DB8 c’est la « V8 Vantage » que je préfère désigner par « DB8 », que je préfère personnellement.

Thibaut Emme
Admin

Ho bah si on donne des noms perso aux voitures autres que l’officiel oui oui…

Rowhider
Invité
Une grande édition assurément. Plusieurs dizaines de changement de leader en LMP2 et en GTE Pro en 24h. Je crois même qu’une catégorie à dépasser les 40 changements de leader de la course. Avec le départ de Audi, on pouvait craindre le pire mais non. Les Toyota ultra-rapides ont craqué à mi-course: si la victoire l’année dernière aurait dû être leur, cette année leur échec est cuisant et sans appel. Porsche n’a pas fait beaucoup mieux: la fiabilité a été défaillante également tant en LMP1 qu’en GTE, mais il parviennent à arracher une victoire dans la dernière heure. Une bien… Lire la suite >>
wpDiscuz